Stephen Curry s’entraîne dur cet été… pour de vrai

Fini de rire, Stephen Curry s'est vraiment remis au boulot. Le meneur des Warriors cherche à améliorer son jeu et à gommer ses points faibles.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / NEWS
Stephen Curry s’entraîne dur cet été… pour de vrai
Stephen Curry n'a pas chômé cet été et il a tenu à le montrer à travers la saga de vidéos humoristiques intitulées "no days off" (pas de jour de repos en VF). Mais en plus des cours de stretching et ses séances de "pump fake" à domicile, le meneur des Golden State Warriors s'est effectivement mis au boulot sans relâche durant l'intersaison. Pour la première fois depuis son entrée au sein de la ligue en 2009, la star montante de la baie d'Oakland n'avait aucun pépin physique à soigner. Il en a donc profiter pour se mettre au boulot et d'améliorer certains aspects de son jeu à travers différents exercices au camp Accelerate Basketball. Ce n'est un secret pour personne, Stephen Curry est l'un (le ?) des meilleurs shooteurs de la ligue. Mais ce n'est pas pour autant que le joueur des Warriors souhaite se reposer sur ses lauriers. Ainsi, le natif d'Akron ne compte plus seulement les paniers ratés. Il s'efforce tout simplement de marquer sans toucher le cercle. Switch or nothing. Histoire d'ajouter un peu de piment et de gagner en explosivité, Curry répète certains moves tout en étant attaché à des poids via un harnais. Une fois libéré du harnais, il effectue le move en concluant par un shoot à trois-points. Un meilleur aperçu en vidéo : [youtube hd="0"]http://www.youtube.com/watch?v=3_FM1n4HeQo#at=13[/youtube] Si à l'inverse de la plupart des meneurs de sa génération, Stephen Curry est un as du shoot, il pêche encore dans la finition près du cercle. Ce n'est pas qu'il est mauvais en pénétration, simplement le fiston de Dell Curry est bien meilleur loin du cercle (un paradoxe).
"J'espère pouvoir shooter aussi bien cette saison que la précédente", assure le joueur à Sporting News. Mais en tant que meneur, vous devez pouvoir créer du jeu et gérer les contacts".
Autrement dit, Curry ne doit plus chercher à s'éloigner du cercle. Il doit donc gagner en force (1,91 m, 84 kg) afin de s'imposer au milieu des poids lourds des raquettes. D'où le second exercice, dont la vidéo est plutôt amusante. [youtube hd="0"]http://www.youtube.com/watch?v=ozUc0bZppZ4[/youtube] Il est bien sûr idéal de gagner en force et en explosivité pour pénétrer au mieux les raquettes adverses, Derrick Rose pourra en témoigner. Mais un bon dribble est aussi l'assurance de pouvoir se sortir d'une situation délicate en éliminant ses vis-à-vis avec aisance. Le prochain exercice se fait donc à l'aide de poids attachés sur ses poignets et de medecine ball. [youtube hd="0"]http://www.youtube.com/watch?v=IikQ2L0UJ4U[/youtube] [youtube hd="0"]http://www.youtube.com/watch?v=_TfpQAKEFA8[/youtube] Alors que certains scouts doutaient de ses capacités à s'imposer durablement en NBA à sa sortie de la petite faculté de Davidson, Stephen Curry a continué à bosser pour prouver qu'il méritait sa place.
"C'est la seule chose que l'on peut contrôler. Le travail. Il faut être prêt à jouer 82 matches. Chaque année, c'est de plus en plus dur (l'été) et cela fait partie de ma progression en tant que joueur."
Vu la charge de travail abattu par Curry cet été, on peut s'attendre à un gros début de saison du meneur des Warriors...
Afficher les commentaires (9)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest