[Test] La Mizuno Wave Rider 22

Théophile HaumesserPar Théophile Haumesser Publié

Une fois n'est pas coutume, c'est une chaussure de running que nous avons soumise à notre grand test, la Mizuno Wave Rider 22.

Tout d’abord, quelques petites précisions en préambule. Je ne suis en aucun cas un joggeur. Pendant des années, pour moi, le running n’avait qu’une seule et unique fonction : me servir de préparation durant l’été pour aborder la reprise des entraînements de basket avec un peu de cardio. Autrement dit, courir a toujours été une corvée sans nom que je m’imposais dans le seul but de pouvoir être un minimum performant dans mon « vrai » sport.

Les années passant et ayant arrêté la compétition, je me suis mis à courir pour une autre raison : conserver suffisamment de forme physique pour ne pas me retrouver face à Homer Simpson ou une version plus tassée de Big Baby Davis en me regardant dans le miroir. Là encore, il n’était pas question de prendre de plaisir en courant, mais simplement de survivre… et puis, j’ai chaussé la Mizuno Wave Rider 22.

Dur de savoir si c’est simplement le confort de cette chaussure qui m’a fait découvrir le plaisir de courir ou si, à force de répétition, j’ai commencé à développer une sort de complexe de Stockholm envers la course, mais toujours est-il que c’est la première fois que je chausse mes running avec satisfaction voire que j’ai hâte de les mettre pour sortir.

Cela fait maintenant un peu plus deux mois que je les porte à raison de deux ou trois petites sorties par semaine (bien moins en période de bouclage du mook) et la première impression ne s’est pas démentie. Ce qui m’a le plus surpris la première fois que j’ai passé cette Wave Rider 22, c’est son confort et la qualité d’amorti de la semelle. Il m’a d’ailleurs fallu un peu de temps pour m’habituer au moelleux de la semelle. Au début, on a quasiment l’impression de courir sur un petit coussin.

La description de l’assemblage de la plaque Wave et de la technologie U4icX utilisée au talon et U4IC sur la semelle que l’on peut lire sur le site même de Mizuno met en avant « la légèreté, l’amorti et le dynamisme » de cette chaussure et c’est exactement ce que j’ai ressenti avec cette chaussure. Elle possède un vrai « bounce » qui fait que les foulées s’enchaînent sans effort et qui donnent l’impression (très illusoire dans mon cas) que l’on pourrait courir avec toute la journée. Je l’ai testée à la fois en ville et sur terrain meuble et le résultat est le même : un grand confort de course et une bonne adhérence au sol.

La languette de la chaussure est plutôt épaisse et moelleuse, ce qui donne l’impression d’être dans un vrai chausson, tandis que l’empeigne Airmesh assure à la fois la légèreté de l’ensemble et une bonne respirabilité. Bref, une chaussure tout confort qui, dans mon cas en tout cas, a vraiment fait la différence dans mon approche de la course.

Le plus beau dans tout ça, c’est que le fait d'avoir commencé à me remettre un peu en forme m’a aussi remotivé pour le basket.

La Mizuno Wave Rider 22 en détails

Mizuno Wave Rider 22