Thomas Robinson, le retour en force

A l'image de son énorme block sur Corey Brewer cette nuit, Thomas Robinson est revenu de loin. Espérons désormais que les Blazers lui donnent sa chance d'en montrer encore plus.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
Thomas Robinson, le retour en force
A peu de choses près, les statistiques de Thomas Robinson cette saison sont identiques à celles qu’il alignait lors de son passage à Houston l’année dernière. 4,5 points et 4,1 rebonds. Pour un sophomore cinquième choix de draft, on a connu mieux. Mais détrompez-vous, « T-Rob » est un homme nouveau. Endurci après une première année infernale dans la ligue (arrivé dans le foutoir des Kings, transféré aux Rockets puis aux Blazers cet été), le joueur est plus mature, plus humble et plus serein. Homme du banc d’une équipe ambitieuse, il attend simplement son heure.

Le match de sa carrière

Le malheur des uns faisant le bonheur des autres, Thomas Robinson profite actuellement de la blessure de LaMarcus Aldridge, la superstar des Blazers, pour gagner du temps de jeu. Cette nuit, il a fait mieux que combler le vide. Bestial, l’ancien prodige de Kansas a compilé 14 points, 18 rebonds et deux bocks dont un contre ÉPOUSTOUFLANT sur Corey Brewer (il a pris une faute technique dans la foulée après avoir chambré son malheureux adversaire avec un peu trop d’intensité – NDLR).
[superquote pos="d"]Ce soir c'était "Thomas Aldridge" pour les Blazers[/superquote]« On s’est moqué de lui en retournant au vestiaire, on l’appelait Thomas Aldridge. Il a été énorme pour nous », plaisantait Damian Lillard après la victoire importante des Blazers face à Wolves.
Il ne s’agit que d’une rencontre, un match de saison régulière paumé au milieu d’une année bien chargée. Un match qui n’aura peut-être aucune répercussion en termes de classement au sein de la Conférence Ouest. Mais pour Thomas Robinson, c’était bien plus qu’une rencontre. Il a pu prouver une nouvelle fois qu’il est capable d’avoir un impact sur son équipe.
« T-Rob a mis le gros block et j’ai planté le dunk en alley-oops dans la foulée, c’était le chaos », témoigne Will Barton. « Nous avions besoin d’un run. Cette action nous a poussés à prendre le contrôle du match. »
Avec son intensité, son énergie et son sens du devoir, Thomas Robinson a fait le plus grand bien à des Portland Trail Blazers pas toujours impliqués à 100% en défense.

La belle promesse ?

Si Robinson a attendu le mois de février pour vraiment se mettre en valeur du côté de Portland, c’est avant tout parce que Terry Stotts fait très peu tourner sa rotation. Le jeune intérieur ne passe que 13 minutes sur le parquet. Du coup, les titulaires des Blazers ont accusé le coup ces derniers temps. L’implication du sophomore pourrait faire le plus grand bien à la franchise qui se cherche un second souffle. Rappelons que Robinson a été engagé comme back-up de LaMarcus Aldridge mais aussi comme une roue de secours au cas où la star venait vraiment à demander un transfert (il semblait désireux de vouloir quitter l’Oregon cet été avant les bons résultats de son équipe). Ce n’est pas un chauffeur de banc.
« Je dois continuer à faire tout ce que je fais actuellement, quel que soit mon temps de jeu », prévient déjà Thomas Robinson. « Je dois continuer à faire des efforts quand je suis sur le terrain. »   « On avait l’impression de revoir le joueur de Kansas », remarque Wesley Matthews. « Il a joué dur, il a très bien joué. Nous avions besoin de tout ça cette nuit. »
Thomas Robinson a donc apporté un surplus d’énergie nécessaire aux Blazers cette nuit. Il est temps de lui laisser sa chance d’avoir un impact sur la fin de saison de Portland, et non seulement sur une rencontre de temps en temps.
Afficher les commentaires (2)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest