Tim Duncan : « Je me fous de mon âge »

Une nouvelle fois décisif la nuit dernière, Tim Duncan continue d'écrire sa légende malgré ses 37 ans. Le joueur serait-il éternel ?

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / NEWS
Tim Duncan : « Je me fous de mon âge »
Il traînait péniblement ses sneakers sur le parquet du Fedex Forum, il y a deux ans. Les San Antonio Spurs, leaders de la Conférence Ouest, venaient de se faire éliminer dès le premier tour des playoffs par une surprenante équipe de Memphis. Tim Duncan, dominé par la raquette des Grizzlies, paraissait alors bien vieux du haut de ses 35 balais. L'élimination des Texans avait des allures de chant du cygne pour l'un des meilleurs joueurs de tous les temps. Paradoxalement, deux saison plus tard, sur le même parquet, le natif des Îles Vierges semblait éternel la nuit dernière. Dominateur, décisif, "Timmy" a achevé les espoirs de comeback héroïque des joueurs de Lionel Hollins, désormais menés trois victoires à rien en finale de Conférence.
"Je me fous de mon âge", balance Tim Duncan à la presse après le match.
En même temps, la star des Spurs, l'âme de la franchise depuis maintenant 16 saisons, ne faisait pas ses 37 printemps. Depuis le début de la saison,Tim Duncan est incroyable. Avec 24 points, 10 rebonds, 5 passes décisives et 2 blocks, il a encore une fois mis à mal la notion du temps qui passe...
"Il a été énorme pour nous en prolongation", résume Gregg Popovich, toujours aussi admiratif de son champion. "Il est incroyable, il sent qu'il doit nous porter. Il a fait le travail et c'est pour ça qu'il est toujours considéré comme un grand, grand joueur depuis 17 ans."
Malgré son divorce, Tim Duncan ne perd pas de vue son objectif : ramener les San Antonio Spurs en finale pour la première fois depuis six ans et surtout tenter de remporter un 5ème titre. L'an passé, les Texans ne sont pas passés loin avant de s'écrouler face au Thunder. Trop vieux, trop usés, trop fatigués, les observateurs prévoyaient un dernier baroud d'honneur pour le Big Three des éperons. Ils ont une nouvelle fois déjoué les pronostics :
"Je me souviens qu'en 2007, on disait déjà de nous que nous étions trop vieux", plaisante Manu Ginobili.
Cette saison, Mr Big Fundamental et ses coéquipiers sont aux portes de la finale, la cinquième en 16 saisons NBA pour l'ancien pensionnaire de Wake Forest. La dernière ? Avec Tim Duncan, rien n'est moins sûr...
Afficher les commentaires (11)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest