Les Spurs voulaient faire de Jason Kidd le mentor de Tony Parker

Les San Antonio Spurs voulaient faire venir Jason Kidd afin de faire mûrir Tony Parker il y a quelque années. Aujourd'hui le Français est devenu l'un des meilleurs meneurs de la ligue.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / NEWS
Les Spurs voulaient faire de Jason Kidd le mentor de Tony Parker
Jason Kidd a pris sa retraite après 19 saisons NBA. S'il a souvent été confronté à Tony Parker (finales NBA 2003, oppositions avec Dallas), le meneur de jeu futur Hall Of Famer n'a jamais évolué dans la même équipe que le Français. Pourtant, les San Antonio Spurs ont tenté à plusieurs reprises de récupérer le natif de San Francisco. Déjà considéré comme trop soft par Gregg Popovich lors de son premier workout avant la Draft, TP continuait de mûrir sans la présence d'un véritable vétéran capable de lui enseigner quelques ficelles du jeu NBA au poste de meneur.
"Ça aurait été un super coup si nous avions pu avoir Jason (Kidd) comme mentor de Tony", se souvient Pop' à Yahoo ! Sports. "Mon illustre carrière NBA s'est arrêtée au bout d'une semaine et demi. Comment je pouvais donc lui apprendre à être un bon meneur de jeu ? Tony n'était pas favorable à cette idée mais bon on a tout de même essayé."
Finalement, Jason Kidd rejoindra bien le Texas, mais plutôt du côté de Dallas. Tony Parker s'est lui imposé comme l'un, voire le meilleur meneur de jeu de la ligue. A 31 ans, il semble progresser saison après saison. Déjà au niveau des tout meilleurs entre octobre et avril, le triple champion NBA est passé à la vitesse supérieur durant les playoffs. Il tourne désormais à 23 points, 4 rebonds et 7 passes par match. Bourreau des Grizzlies (18 passes dans le match 2, 37 points dans lors de la dernière rencontre), TP fait peur au Miami Heat. Avec ou sans le ballon, le joueurs des Spurs est toujours en mouvement. Son agilité et sa vitesse d'exécution, lié à son QI basket font de Parker un joueur très difficile à contenir. Mario Chalmers, bon défenseur, aura la lourde tâche de se coltiner le leader de l'équipe de France.
"J'ai hâte", assure le meneur de Miami, sûr de sa force. "Ce sera un duel face à l'un des meilleurs meneurs de jeu de la ligue actuellement et je vais devoir le contenir."
Si jamais Mario Chalmers venait à être dépassé ou gêné par les fautes, c'est LeBron James himself qui pourrait donner un coup de main en défense. Le double MVP sortant a toujours été loué pour sa capacité à défendre sur tous les postes. Il avait notamment éteint Derrick Rose, lorsque ce dernier jouait encore sur deux genoux, lors des finales de Conférence en 2011. Peu importe qui sera chargé de défendre sur lui, Tony Parker continue de travailler par étapes.
"Contre Miami, ce sera la plus dure à franchir. C'est très dur de remporter un titre spécialement contre une très bonne équipe comme le Heat."
Malgré l'énorme saison de Tim Duncan, le principal facteur de succès des Spurs reste TP9. Lorsqu'il score 20 points ou plus, les Texans affichent un bilan hallucinant de 42 victoires en 50 matches. A l'inverse, lorsqu'il ne franchit pas ce seuil, les Spurs se sont inclinés à 13 reprises en 30 rencontres. Tony est l'un des quatre joueurs présents sur le parquet ce soir à avoir remporté le titre de MVP des finales (avec Dwyane Wade, LBJ et Tim Duncan). Ce fut le cas en 2007, face aux Cleveland Cavaliers de LeBron. Et si la star du Heat s'estime "50 fois meilleur" aujourd'hui, Parker a lui aussi évolué.
"Il est nettement plus fort", explique Duncan. "On lui demande d'en faire beaucoup plus qu'avant et il est un bien meilleur joueur. Il est bien mieux préparé et il a beaucoup plus de responsabilités dans le succès de notre équipe maintenant qu'auparavant."
Tony Parker a une opportunité de décrocher un quatrième titre NBA... Et le tout sans Jason Kidd.
Afficher les commentaires (20)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest