111 CHI
117 BKN
83 IND
102 MIL
102 NYK
103 CHA
109 MIA
94 NOP
105 MIN
125 HOU
116 SAS
121 POR
110 DAL
102 TOR
150 LAC
101 ATL

Top 10 : Les rookies qui vont surprendre

Antoine PimmelPar Antoine PimmelPublié

Si Zion Williamson est l’épouvantail de sa promotion, il y a d’autres rookies, moins mis en avant, qui seront précieux pour leur équipe cette saison. Diaporama.

Matisse Thybulle (Philadelphia Sixers)

Arrière / 22 ans / 1,96 m

Il n’est jamais facile pour un rookie de se faire une place au sein de la rotation d’un candidat au titre. Sauf s’il a les bons atouts. Pour les Philadelphia Sixers, où Matisse Thybulle va débuter sa carrière après avoir été drafté en vingtième position, cela signifie être capable de bien défendre et de contribuer en attaque sans pour autant avoir le ballon entre les mains. Le profil du « 3 and D ». C’est justement ce que l’ancien coéquipier de Markelle Fultz à l’université de Washington peut apporter. Il était un stoppeur d’élite en NCAA. Avec par exemple 3,5 interceptions et plus de 2 blocks par match lors de sa dernière saison à la fac. Il a d’ailleurs été élu meilleur défenseur de la saison.

Ça devrait l’aider à gagner du temps de jeu dès sa première année chez les pros. Les coaches sont toujours avides de joueurs capables de contenir leurs adversaires directs. Surtout en vue d’une longue campagne de playoffs. Si Thybulle fait preuve d’adresse en attaque, et notamment à trois-points, il sera encore plus précieux. Pour l’instant, il se règle encore (30% derrière l’arc de réussite en pré-saison). Les Sixers peuvent se heurter à d’éventuels problèmes de « spacing » et un extérieur capable d’étirer les lignes – en plus de sa défense – aura forcément une carte à jouer. Le jeune homme de 22 ans a une opportunité. Le niveau global du banc de Philly est assez faible. Il est prêt physiquement et plus mature mentalement après un cursus complet à l’université. Let’s go.

Nickeil Alexander-Walker (New Orleans Pelicans)

Arrière / 21 ans / 1,96 m

L’un des rookies les plus performants en NBA depuis le début de la pré-saison. Nous n’irons pas jusqu’à dire qu’il est plus efficace que son coéquipier Zion Williamson, impressionnant de réussite, mais les prestations de Nickeil Alexander-Walker sont injustement mises en retrait. Le cousin de Shai Gilgeous-Alexander démarre vraiment du bon pied. Il n’a eu besoin que de quelques matches pour prouver qu’il était un « all-around player ». Un arrière polyvalent. Playmaker et scoreur. Adroit de loin. C’est simple, en quatre sorties, il affiche 15 points, 42% à trois-points et 4,8 passes. Le tout avec pourtant seulement 18 minutes passées sur le terrain.

Le dix-septième choix de la draft est une assurance intéressante en cas de (nouvelles) blessures de Lonzo Ball ou Jrue Holiday. Reste à savoir s’il aura encore du temps de jeu quand la saison va commencer, avec les deux « guards » devant lui mais aussi J.J. Redick. On l’espère.

Tyler Herro (Miami Heat)

Arrière / 19 ans / 1,96 m

En voilà un qui est justement de moins en moins méconnu. Il est un peu le… héros (cinq ans d’étude pour arriver à ce jeu de mot bidon) du Miami Heat depuis le début de la préparation. Nous avons d’ailleurs déjà beaucoup écrit sur lui. Encore aujourd’hui, après ses 23 points (à 9/14 aux tirs) contre les Atlanta Hawks cette nuit. En fait, c’est fou mais c’est à se demander s’il ne va pas tout simplement commencer sa carrière dans le cinq majeur des Floridiens à ce rythme. Devant Goran Dragic. Sauf si Erik Spoelstra temporise et relance son vétéran slovène au coup d’envoi de la saison.

Mais que ce soit dans la peau d’un titulaire ou d’un sixième homme, l’ex-gâchette de Kentucky aura forcément des occasions de dynamiser le jeu du Heat. Il peut même devenir l’un des chouchous du public.

Lire la suite