Vincent Collet : « De sérieux maux de têtes dans les jours à venir »

Alors qu'il va devoir se séparer de deux nouveaux joueurs, Vincent Collet a bien conscience qu'il lui sera compliqué de choisir les 12 qui participeront à l'Eurobasket 2017.

BasketSessionPar BasketSession  | Publié  | BasketSession.com / NEWS / Équipe de France
Vincent Collet : « De sérieux maux de têtes dans les jours à venir »
Au terme d'un véritable festival offensif, l'équipe de France a enregistré face au Monténégro sa quatrième victoire en six matches de préparation pour l'Eurobasket 2017. Un large succès qui a permis aux Bleus de faire le plein de confiance et de démontrer à Vincent Collet que chaque membre de l'effectif est prêt à mettre les bouchées doubles pour faire partie de l'équipe qui débutera la compétition le 31 août prochain à Helsinki face à la Finlande. Le sélectionneur tricolore, qui devra se séparer de deux nouveaux joueurs pour réduire son groupe à douze éléments, s'est d'ailleurs réjoui des performances réalisées par Vincent Poirier, Louis Labeyrie, Kim Tillie ou encore Léo Westermann (10 points, 9 passes) qui a rendu sa meilleure copie depuis le début de la prépa.

« J'ai dit aux joueurs dans le vestiaire qu'ils allaient nous occasionner de sérieux maux de tête dans les trois jours à venir », a confié Vincent Collet au journal L'Equipe.

« C'est mieux dans ce sens-là. Mais je veux retenir l'état d'esprit et l'engagement de tous, qui sont pour moi un vrai bonheur. Il faudra choisir, et on se garde encore le droit d'observer. Vincent Poirier a encore marqué des points ce soir, sachant que Kim Tillie et Louis (Labeyrie) ont aussi été bons. Quant à Léo Westermann, il a fait son meilleur match et de loin. Il a bien fait jouer les autres (9 passes, 10 pts en 24 minutes), a été juste dans les prises de décision, présent en défense... »

En signant une 104è victoire depuis son arrivée à la tête des Bleus en 2009, Vincent Collet est devenu le sélectionneur français le plus victorieux de l'histoire samedi soir. Une véritable fierté pour le technicien, très ému
 « On me l'a appris quand je suis sorti du terrain. Vous savez à quel point je suis passionné de l'histoire de notre sport. Pour moi, des noms comme Robert Busnel, Joë Jaunay veulent dire beaucoup. Mais un entraîneur n'existe que par ses joueurs. Ce chiffre consacre surtout la continuité du travail entamé il y a des années, notamment avec Nando De Colo, qui a pratiquement été de toutes ces victoires avec moi, comme Boris Diaw, Florent Pietrus, Mike Gelabale, Nico Batum... J'ai eu la chance de diriger une génération unique, autour de Tony Parker, performante depuis des années. Et je suis fier aussi de pouvoir en accompagner le renouvellement. »
Prochains rendez-vous pour l'équipe de France, ce dimanche soir face à l'Italie (20h30) avant un dernier match de préparation dimanche prochain à Berlin face l'Allemagne.
Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest