114 DET
120 MIN
116 BOS
106 DAL
116 NOP
122 HOU
109 SAS
113 MEM
108 GSW
122 UTA
98 LAC
88 TOR

Les Warriors ont balancé Beverley à la NBA avant le game 3

BasketSessionPar BasketSession Publié

Les Golden State Warriors auraient envoyé un montage vidéo à la NBA pour se plaindre de la défense de Patrick Beverley avant le game 3.

Le duel entre Kevin Durant et Patrick Beverley est très médiatisé depuis le début de la série entre les Golden State Warriors et les Los Angeles Clippers. Malgré le travail de sape du meneur de L.A., "KD" expliquait cette semaine pouvoir parfaitement s'accommoder de la situation si toutefois les arbitres le laissaient jouer aussi dur que son adversaire et ne se laissaient pas prendre par le côté "David et Goliath", pour reprendre ses propres termes, de l'opposition. On avait d'ailleurs beaucoup aimé la manière dont le MVP 2014 était entré dans le détail pour analyser la manière dont Beverley défendait sur lui. "KD" réclamait un arbitrage plus équilibré, mais pas un traitement de faveur. Les Warriors n'ont a priori pas compris sa démarche de cette manière.

Selon Fox Sports, la franchise a directement envoyé un montage vidéo avec les séquences les plus accrochées entre les deux hommes, pour se plaindre de l'impunité dans laquelle évoluait Beverley. Pour une équipe aussi forte et dynastique, c'est franchement petit. Se plaindre dans les médias aurait très certainement suffi à faire passer le message.

On pourrait se dire que ça n'a eu strictement aucune incidence sur le game 3, mais difficile de ne pas remarquer que Patrick Beverley a eu beaucoup moins d'opportunités de perturber Kevin Durant et que des gestes défensifs qui n'étaient jusque-là pas sanctionnés, l'ont subitement été. Durant a fini avec 38 points et Golden State l'a emporté avec 27 points d'écart. Rapidement, les arabesques de Beverley ont été dans le collimateur d'arbitres particulièrement tatillons...

Et ça n'a pas concerné que le pitbull de Doc Rivers, puisque Kevin Durant et JaMychal Green ont tous les deux pris une faute technique pour avoir commis l'impardonnable crime de... discuter. Même pas pour s'insulter ou s'envoyer des punchlines. Juste pour évoquer, en se replaçant, une faute de l'un sur l'autre. A trois, les refs auraient quand même pu décoder correctement la situation. On espère un juste milieu dans le game 4, entre le permissif à outrance et l'aseptisation totale du jeu.