106 PHI
86 DET
95 CLE
118 BOS
111 IND
119 MIN

Wild Wild… EAST !

BasketSessionPar BasketSession Publié

Depuis le départ de LeBron James pour la Conférence Ouest, la route vers les Finales NBA s’est ouverte à l’Est. Et sur cette deadline des trades, une tendance s’est dégagée : les formations de l’Est veulent gagner dès maintenant.

Sous les couleurs du Miami Heat et des Cleveland Cavaliers, LeBron James a réussi à atteindre les Finales NBA sur les 8 dernières années. A "l'East", il fallait forcément avoir le King dans son équipe pour prétendre à atteindre ce stade de la compétition. Autant dire que la présence de LBJ dans cette conférence refroidissait les ardeurs de ses concurrents directs à s’activer sur le marché des trades. C’est simple, les équipes ne voulaient pas mettre en danger leur avenir pour un mouvement qui ne semblait pas suffisant pour battre la formation de James.

Mais désormais, les temps ont changé. L’été dernier, LeBron a rejoint les Los Angeles Lakers et la Conférence Ouest. La route vers les Finales NBA à l’Est est enfin ouverte pour de nombreuses équipes. Et désormais, elles n’ont plus peur de se mouiller pour s’affirmer comme des prétendants à la victoire.

Les Philadelphia Sixers, il est loin le Process

Arrivées : Tobias Harris, Jonathon Simmons, James Ennis, Boban Marjanovic et Mike Scott.
Départs : Markelle Fultz, Wilson Chandler, Mike Muscala, Landry Shamet et des choix de Draft.

Sans le moindre doute, les Philadelphia Sixers ont été la franchise la plus agressive à l’approche de la deadline des trades. Comme avec le cas Jimmy Butler, libre au terme de la saison, les 76ers ont montré qu’ils étaient prêts à prendre des risques pour gagner dès maintenant. Tobias Harris, qui évoluait quasiment à un niveau digne d’un All-Star chez les Los Angeles Clippers, représente la recrue majeure de Philadelphia. Mais comme Butler, Harris sera en fin de contrat cet été. Bien évidemment, il se dit que les dirigeants ont l’intention de conserver les deux hommes, mais il s’agit tout de même d’un vrai risque.

Mais peu importe, les Sixers ont un objectif : dominer l’Est dès cette saison. Et les autres mouvements réalisés l’ont encore prouvé. Avec Jonathon Simmons, James Ennis, Boban Marjanovic et à un moindre degré Mike Scott, Philadelphia va sérieusement renforcer son banc et veut s’affirmer comme un prétendant à la victoire. Pour cela, de nombreux atouts ont été sacrifiés. On pense aux choix de Draft bien sûr, mais aussi à Landry Shamet, dont le potentiel est intéressant, mais aussi Markelle Fultz. Malgré ses problèmes physiques, le gamin de 20 ans possède un talent évident et sur le long terme, il peut devenir une bonne pioche pour l’Orlando Magic. Mais à Philadelphie, le temps du Process est bel et bien terminé. Il faut gagner et un jeune joueur, peu importe son potentiel, ne sert à rien s’il ne peut pas jouer et apporter à l’instant T.

Les Milwaukee Bucks ont aussi les crocs

Arrivée : Nikola Mirotic.
Départs :  Thon Maker, Jason Smith, Stanley Johnson et des choix de Draft.

L’actuel leader de la Conférence Est ne pouvait pas laisser l’un de ses grands concurrents se renforcer sans rien faire. Mercredi, l’échange avec les Detroit Pistons concernant Thon Maker et Stanley Johnson n’avait pas un grand intérêt. Si l’arrière pouvait apporter chez les Bucks, il ne changeait pas grand-chose au sein de cet effectif (où il faisait même un peu doublon avec Tony Snell). Mais le General Manager de Milwaukee Jon Horst avait un autre plan en tête… Il a utilisé Johnson pour récupérer l’intérieur Nikola Mirotic en provenance des New Orleans Pelicans. Et là, pour le coup, cette arrivée change la donne !

Autant le dire tout de suite, cette acquisition nous séduit vraiment. Portés par un Gianni Antetokounmpo exceptionnel cette saison, les Bucks ont besoin de joueurs capables d’enchaîner (et de rentrer) les tirs à longue distance. Brook Lopez et Ersan Ilyasova se régalent dans le système de Milwaukee sur cet exercice. Et on ne voit pas comment l’international espagnol ne pourrait pas s’adapter. L’an dernier, Mirotic avait eu un impact énorme sur les New Orleans Pelicans et il pourrait permettre aux Bucks de vraiment passer un cap. Bien sûr, les Bucks ont sacrifié de nombreux atouts (4 choix au second tour de la Draft) pour le récupérer alors qu’il sera en fin de contrat au terme de la saison, mais il s’agit d’un renfort inestimable pour cette équipe. En Playoffs, cette acquisition pourrait représenter un tournant.

Les Toronto Raptors, une vraie réponse

Arrivée : Marc Gasol.
Départs :  Jonas Valanciunas, Delon Wright, CJ Miles et un choix au second tour de la draft 2024.

Un peu comme les Philadelphia Sixers, les Toronto Raptors ont montré il y a quelques mois qu’ils voulaient gagner dès maintenant avec l’arrivée de Kawhi Leonard, libre au terme de la saison. Malgré la possibilité de perdre l’ancien joueur des San Antonio Spurs sans la moindre contrepartie l’été prochain, la franchise canadienne a notamment sacrifié DeMar DeRozan. Sur cette dernière ligne droite des trades, les Raptors ont confirmé cette volonté de tout miser sur cette saison avec l’arrivée de l’intérieur Marc Gasol en provenance des Memphis Grizzlies.

Dans la dernière année de son contrat, l’international espagnol de 34 ans sera également sur le marché l’été prochain. Mais peu importe pour les Raptors, qui ont accepté de se séparer de Jonas Valanciunas, Delon Wright, CJ Miles et un choix au second tour de la draft 2024 pour le récupérer. Si Wright et Miles n’avaient pas l’opportunité de s’exprimer à Toronto, le départ du Lituanien représente un choix fort. Longtemps blessé cette saison, Valanciunas disposait d’un profil différent par rapport à Serge Ibaka et pouvait apporter sur certaines séquences.

A 26 ans et avec une option pour la saison prochaine, il pouvait encore s’inscrire dans la durée à Toronto. Mais sur le court terme, le choix de privilégier Marc Gasol sonne comme une réponse aux mouvements réalisés par les autres équipes. En Playoffs, l’Ibère est capable de livrer un gros duel avec Joel Embiid par exemple. Même sur pick-and-roll, le recrutement du vétéran pourrait totalement relancer Kyle Lowry. Puis ses qualités ne sont plus vraiment à présenter... Alors oui, le patron des Raptors Masai Ujiri prend encore une fois un risque, mais il est sacrément alléchant et pourrait payer.

Mais attention à l'autre cador de l'East

Bien évidemment, on vient de citer trois favoris au sein de la Conférence Est, mais il ne faut pas oublier les Boston Celtics. Peu actifs, sauf pour se débarrasser de Jabari Bird, les Celtics attendent l’été prochain pour lancer les grandes manœuvres pour l’intérieur des New Orleans Pelicans Anthony Davis. Du coup, il faut les enterrer pour cette saison ? Pas du tout ! Boston sera dans la course aux Finales NBA et… sera surtout à surveiller sur le marché des joueurs libres. Pour se renforcer, il se murmure que la franchise du Massachusetts surveille le cas de l’intérieur Enes Kanter, libéré par les New York Knicks. La bataille ne fait que commencer à l’East