DeMar DeRozan, un MVP straight outta Compton ?

DeMar DeRozan réussit un début de saison exceptionnel avec les Raptors. S'il maintient la cadence, le gamin de Compton sera l'invité surprise de la course au MVP.

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
DeMar DeRozan, un MVP straight outta Compton ?
La saison n'en est qu'à ses balbutiements. Cela dit, après quatre ou cinq matches, on peut déjà dégager quelques joueurs dont le niveau de jeu devrait leur permettre de marquer cette édition de leur empreinte et de lutter pour le titre de MVP. Evidemment, les performances statistiques monstrueuses de Russell Westbrook, Anthony Davis, Kevin Durant, LeBron James ou James Harden ont capté l'attention du public. Rien de plus normal. Mais dans l'ombre de ces showmen, véritables goinfres en termes de chiffres et d'influence sur leur équipe, un type est discrètement en train d'afficher ses prétentions : DeMar DeRozan. Même si le joueur des Raptors est un All-Star et un basketteur respecté, il était jusque-là difficile de le mettre dans la même catégorie que les "Usual Suspects" pour le sacre individuel. Ses cinq premiers matches absolument épatants ont commencé à modifier cette donne. L'ADN du jeu de DeRozan n'a pourtant pas changé. L'arrière de 27 ans refuse toujours les shoots extérieurs et se concentre sur les deux armes offensives qu'il a toujours le mieux maîtrisées : la pénétration et le shoot à mi-distance, à une époque où tout le monde se plie à la dictature from downtown. [caption id="attachment_346021" align="alignright" width="318"] Le jumper à mi-distance, l'arme de destruction massive de DeMar DeRozan.[/caption] Seule différence avec les saisons précédentes : une efficacité diabolique dans tout ce qu'il tente. "DDR" tourne pour le moment à 35.8 points de moyenne à 55.1% d'adresse, là où il affichait 41.3% et 44.6% sur ses deux saisons All-Star. Les défenseurs sont souvent dépassés et l'envoient en moyenne 10 fois sur la ligne, un spot où il fait généralement mouche (84.4%) tout en gardant une intéressante marge de progression. Son démarrage est tel qu'il est le premier joueur depuis Michael Jordan en 1986 à signer 5 premiers matches d'une saison à 30 points ou plus... [superquote pos="g"]46e meilleur joueur de la ligue selon SI, 24e selon REVERSE[/superquote]S'il maintient cette forme, on ne pourra plus atténuer le mérite de sa présence au prochain gala de février en expliquant que c'est parce qu'il faut forcément récompenser une équipe performante en sélectionnant un ou plusieurs de ses joueurs (cf Atlanta en 2015). Avec ce qu'il montre sur le terrain, entre dunks féroces et prises de risques calculées un peu plus loin du cercle, DeRozan risque d'être indiscutable et peut-être même le seul Raptor présent si Kyle Lowry n'est cette fois pas plébiscité. Sports Illustrated, qui l'a classé 46e meilleur joueur de la ligue à son grand désarroi, doit déjà regretter. On commence même à se dire que sa 24e position dans notre Top 100 du dernier numéro de REVERSE est sévère... Il faudra évidemment attendre un ou deux mois de compétition pour affirmer que DeRozan est bien légitime pour succéder à Stephen Curry, mais ses chances de jouer les trouble-fêtes sont réelles. Si Toronto reste, comme on peut s'y attendre, la deuxième meilleure équipe de l'Est et que le Californien tourne autour des 30 points de moyenne sans pour autant vampiriser le jeu des Raptors, il méritera au moins d'être dans la conversation. Là où Westbrook, Davis et probablement Harden auront du mal à conduire leur équipe dans le top 5 de leur Conférence et auront un handicap aux yeux des votants, l'ancien de la fac d'USC (où il a côtoyé Nikola Vucevic) peut s'appuyer sur ce critère fondamental, comme LeBron ou KD. [superquote pos="d"]"DeMar est à moi, DeMar à nous. Il est formidable".[/superquote] Sa 8e saison dans la ligue, qu'il débute avec le deuxième plus gros contrat cumulé de l'histoire de la NBA (139 millions de dollars sur 5 ans) en poche, semble en tout cas pouvoir être celle de l'explosion. Longtemps, on a pu croire que DeRozan ne serait qu'un athlète divertissant, squatteur de tops 10. Puis on s'est aperçu que le garçon avait de multiples talents offensifs et une polyvalence suffisante pour être All-Star et membre de Team USA. Aujourd'hui, le voilà en quête du statut de meilleur joueur de l'histoire des Raptors, lui dont on a pensé un temps qu'il ferait du pied aux Lakers pour un retour à la maison.
"DeMar est à moi. DeMar est à nous. DeMar appartient aux Raptors. Il est formidable et son approche est celle d'un leader, d'un joueur professionnel à l'extrême", a lancé son coach Dwane Casey après la victoire contre Miami.
Un gamin de Compton à LA, voilà qui aurait fait un joli tableau. Les enfants issus des rues de l'une des villes les plus violentes des Etats-Unis ou qui ont fréquenté l'un de ses établissements scolaires (Dominguez et Centennial High School notamment) sont assez nombreux à avoir percé. Parmi les exemples les plus récents, Arron Afflalo (qui a eu droit à un couplet dans le morceau "Black Boy Fly" de Kendrick Lamar), James Harden (qui jouait sur les playgrounds de Compton avec DeRozan mais a été au lycée d'Artesia) ou Brandon Jennings born and raised à "Hub City", sont les plus parlants. D'autres ont des attaches fortes avec le lieu, comme Kawhi Leonard, dont le père a été assassiné dans le car wash qu'il possédait dans le vivier californien du gangsta rap. [caption id="attachment_346019" align="alignleft" width="318"] Compton, en Californie.[/caption] Mais aucun n'a autant représenté la ville que DeMar DeRozan, né à Compton et star du lycée de la ville où ses exploits ont fait le tour de la région. Ses jeunes coéquipiers Norman Powell et Delon Wright, des Californiens pur jus, ont récemment expliqué avoir grandi avec les exploits de DeRozan et sa réputation de meilleur joueur de l'état. Chaque été, il passe quelques jours à batailler dans la Drew League, la meilleure ligue estivale du pays avec Rucker Park. Pour veiller à ce que leur joueur ne soit pas trop nostalgique, les Raptors font retentir un extrait de "Straight out of Compton" pour accompagner chacun de ses paniers. Le morceau n'a jamais été aussi présent à l'Air Canada Center que ces derniers jours et risque de s'user rapidement si "DDR" maintient la cadence...

DeMar DeRozan au lycée

http://www.dailymotion.com/video/x4q8nle_demar-derozan-high-school-basketball-highlights_sport

Les stats de DeMar DeRozan en NBA

Year Team G Min FGM FGA FG% 3PM 3PA 3PT% FTM FTA FT% Off Def Reb Ast TO Stl Blk PF Pts
2009-10 TOR 77 21:36 3.3 6.6 49.8 0.1 0.2 25.0 1.9 2.5 76.3 0.9 2.0 2.9 0.7 0.8 0.6 0.2 2.3 8.6
2010-11 TOR 82 34:46 6.6 14.1 46.7 0.1 0.6 9.6 4.0 4.9 81.3 0.9 2.9 3.8 1.8 1.8 1.0 0.4 2.6 17.2
2011-12 TOR 63 35:00 6.0 14.3 42.2 0.4 1.5 26.1 4.3 5.3 81.0 0.6 2.7 3.3 2.0 2.0 0.8 0.3 2.6 16.7
2012-13 TOR 82 36:44 6.7 15.0 44.5 0.4 1.5 28.3 4.3 5.2 83.1 0.6 3.3 3.9 2.5 1.8 0.9 0.3 2.1 18.1
2013-14 TOR 79 38:11 7.6 17.8 42.9 0.8 2.7 30.5 6.6 8.0 82.4 0.6 3.7 4.3 4.0 2.2 1.1 0.4 2.5 22.7
2014-15 TOR 60 35:00 6.8 16.5 41.3 0.4 1.5 28.4 6.0 7.2 83.2 0.7 3.9 4.6 3.5 2.3 1.2 0.2 2.0 20.1
2015-16 TOR 78 35:56 7.9 17.7 44.6 0.6 1.8 33.8 7.1 8.4 85.0 0.8 3.7 4.5 4.0 2.2 1.0 0.3 2.1 23.5
2016-17 TOR 5 37:06 14.0 25.4 55.1 0.2 1.6 12.5 7.6 9.0 84.4 1.4 3.6 5.0 2.6 3.0 1.2 0.0 2.0 35.8
Totals 526 33:54 6.5 14.6 44.4 0.4 1.4 28.1 4.9 5.9 82.5 0.7 3.2 3.9 2.6 1.9 0.9 0.3 2.3 18.3

Le couplet de Kendrick Lamar sur Arron Afflalo

"J'étais jaloux d'Arron Afflalo. Il était celui qu'il fallait suivre. Le seul leader qui prévoyait de meilleurs lendemains. Il vivait à la salle, nous dans le chagrin. Complètement envieux de lui. Il a fait d'un rêve une réalité. Il a rendu possible l'échappée de Compton, avec encore davantage à accomplir. Il a été diplômé avec les honneurs, est devenu le parrain, a donné des bourses scolaires. En 2004, je l'ai vu marquer 30 points et le souvenir de ces points est douloureux. Chaque panier nous remémorait que nous, nous allions dans le mauvais sens. On avait l'art de rater les cours et d'aller nulle part. Lui se concentrait sur les maths, la détermination, l'ambition, le dévouement et la sagesse. Des qualités innées que nous, on n'avait pas". https://www.youtube.com/watch?v=BPAxrGT2emw  
Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest