Les Warriors continuent de s’auto-saborder

Les Golden State Warriors ont perdu devant leur public contre les Los Angeles Clippers cette nuit. Parce qu'ils se sont vus trop beaux.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié

« Ils avaient déjà la tête à Houston. Nous, on voulait étendre la série. » En une phrase, très pertinente, Lou Williams a résumé le match d’hier soir gagné par les Los Angeles Clippers contre les Golden State Warriors. Deux effectifs complètement différents. Deux équipes qui ne boxent pas dans la même catégorie. L’une vise un troisième titre en quatre ans. L’autre a obtenu sa place en playoffs en se battant jusqu’au bout de la saison régulière. Mais ce sont aussi deux états d’esprit opposés. D’un côté un groupe historiquement talentueux qui joue un peu trop avec l’interrupteur ON/OFF, de l’autre une bande de guerriers sans All-Star qui n’a rien à perdre. Ça fait très romancé dit comme ça mais ce n’est pas forcément loin de la réalité.

Cet écart de mentalité, il s’est donc ressenti cette nuit. Les Warriors l’avouent eux-mêmes. Ils ne peuvent même pas s’en cacher tellement c’est évident : ils avaient match gagné dans leurs têtes… avant de l’avoir joué. Les Houston Rockets venaient de décrocher leur ticket pour les demi-finales de Conférence et les Dubs se voyaient déjà les rejoindre le jour même. Mais pour ça, il fallait déjà faire acte de présence. Pas juste venir sur le terrain et se contenter du minimum. Ce qui, entre nous, fonctionne assez souvent puisque cette franchise compte quatre All-Stars – et même cinq avant la blessure de DeMarcus Cousins.

Mais il y a des fois où ça ne passe pas. Et il y en a de plus en plus. Parce qu’il y a aussi de plus en plus de match où les Californiens font preuve de suffisance. Ça se paye cash.

« Dès que l’on a une avance confortable, on a tendance à se relaxer. Je l’ai déjà dit avant. Et nos adversaires cherchent juste quelque chose pour se relancer dans le match. Une faute sur un tir à trois-points, quelques balles perdues ou des tirs manqués de notre part et ils se mettent en rythme », explique Kevin Durant.

KD a aussi souligné le manque d’intensité de son équipe. Tout est lié. Les Golden State Warriors jouent trop relâchés. Il y a nuance entre confiance en soi et suffisance. Ils franchissent de plus en plus cette limite. Quitte à prendre le risque que ça ne passe plus un jour. Pour l’instant, ils s’en sont sortis à chaque fois. Parce qu’ils sont plus forts. Et c’est parce qu’ils sont vraiment plus forts que l’on s’attend à les voir gagner. Comme eux. Mais pour ça, il faudra d’abord retrouver un peu de sérieux. Ce qui passe contre Los Angeles ne passera pas forcément contre Houston. Et encore, avant de jouer les Rockets, il faut sortir les Clippers, ce que les Warriors ont oublié hier soir.

Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest