123 NYK
105 CLE
132 TOR
96 CHA
86 BKN
115 IND
132 HOU
108 POR
101 CHI
115 MIL
117 DAL
110 SAS
85 PHO
99 BOS
102 UTA
112 MIN
90 LAC
88 OKC

Une saison galère pour les Warriors ?

Julien DeschuyteneerPar Julien Deschuyteneer Publié

Les Golden State Warriors se sont fait exploser pour leur premier match au Chase Center. Faut-il être pessimiste pour cette saison ?

Ça y est, les Golden State Warriors ont enfin étrenné en match officiel le Chase Center. Une nouvelle salle pour laquelle Joe Lacob et ses partenaires ont frappé fort : 18000 places, 23 bars, 1111 écrans de télévision, le plus grand tableau d’affichage de la ligue, 32 suites… Un vrai changement d’ère par rapport à l’Oracle Arena. Sauf que, malheureusement pour Steve Kerr, Stephen Curry ou Draymond Green, le changement d’ère a également été visible sur le terrain hier.

Après avoir vu les siens se faire balayer par les Los Angeles Clippers (141-122), Steve Kerr n’a pas cherché à vendre du rêve à ses fans :

« Ce n’était pas une soirée sans. C’est la réalité. Il va y avoir des soirées comme celle-ci, cette saison. »

Cette réalité a surgi brutalement. Dès les premières minutes (0-14), les Los Angeles Clippers ont montré qu’ils étaient une classe au-dessus. Les cinq Finales NBA consécutives semblaient loin alors que Kawhi Leonard et sa nouvelle équipe enquillaient les paniers et prenaient le large.

« Perdre, ça craint. Ce n’est pas marrant. Mais ça correspond plus à la réalité de la NBA », rappelait Steve Kerr. « Les cinq dernières années, nous avons vécu dans un monde qui n’est pas censé exister. Donc là c’est le vrai monde, on a neuf joueurs de 23 ans et moins, et on repart à zéro sur de nombreux points. »

Des Warriors incapables de produire des stops

Le premier des chantiers concerne bien évidemment la défense. Klay Thompson est out jusque mars minimum, peut-être pour la saison. Les Golden State Warriors ne peuvent plus non plus compter sur la longueur de Kevin Durant pour défendre sur des joueurs comme Kawhi Leonard. Et s’ils pourront alimenter la marque toute l’année, Stephen Curry et D’Angelo Russell ne sont pas des foudres de guerre en défense.

Hier, Golden State n’a pas semble capable de faire le moindre stop défensif. Ni d’empêcher l’accès au cercle, ni de contester les tirs longue distance. Outre les 144 points, Los Angeles a fini la partie à 18 sur 33 à trois-points, alors qu’ils ont planté 62,5% de leurs tentatives à deux-points !

Leur incapacité à défendre était d’autant plus saisissante visuellement que de l’autre côté les Clippers étaient impressionnants d’investissement. A l’image de Pat Beverley qui a encore une fois été hyper actif. A l’image de remplaçant qui malgré le blowout continuait d’harceler les lignes arrières des Warriors alors qu’il restait cinq minutes à jouer. A des années-lumière de l’attitude renvoyé par les derniers finalistes :

« Je pense qu’au long de la saison, nous allons scorer suffisamment de points car nous avons du talent de ce côté du terrain. Mais ça va juste être une question d’à quel point nous avons envie de l’autre côté du terrain », expliquait Stephen Curry après la rencontre.

Un roster jeune et peu profond

S’il ne ciblait pas la défense en particulier , l’énervement de Draymond Green ne laisse pas de place au doute

« Nous avons été putain de nuls. Et nous devons être meilleurs. Je ne suis pas un coach, donc je ne vais pas regarder la vidéo et dire ‘Oh, nous pouvons construire là-dessus.’ J’en ai rien à foutre de ce sur quoi on peut s’appuyer. On a été nul ce soir, et on doit être meilleur de manière générale. »

Les carences défensives étaient certes flagrantes. Mais ce n’est effectivement pas le seul domaine où les Golden State Warriors ont pêché. Malgré les 122 points marqués, leur attaque n’a pas impressionné non plus. Loin de là. Face à une grosse défense, elle n’a pas su trouver les solutions. Stephen Curry a perdu 8 ballons, l’équipe a tourné à un triste 39,4% aux field goals et surtout les plus jeunes ont parfois paru paumés sur le terrain.

Car le manque d’expérience global de l’équipe, comme le soulignait Steve Kerr, mais aussi le peu de profondeur du roster, risque aussi de poser problème. La perte de Kevin Durant pèse bien évidemment lourd. Mais celle des vétérans Andre Iguodala et Shaun Livingston fait mal. Pour stabiliser et calmer le jeu quand ça se passe mal, mais aussi pour encadrer des jeunes qui auraient pourtant bien eu besoin d’eux. Steve Kerr l’a rappelé : neuf joueurs à 23 ans et moins. C’est énorme.

Surtout que, sans leur faire injure, le niveau de talents a considérablement chuté. Face à une défense comme celles des Clippers, pas mal de jeunes semblaient sans réponse sur le terrain, voire perdus par moment. Du coup, la mécanique bien huilée qu’affichait les Warriors ces dernières années étaient par moment qu’un lointain souvenir.

Des raisons d’espérer pour les Golden State Warriors ?

De quoi prédire une saison galère ? Dès la pause, Charles Barkley, jamais le dernier quand il s’agit de tacler les Warriors ne les voyait déjà plus en playoffs.

« J’avais tort avant le match. J’ai dit qu’il finirait 7ème ou 8ème. Ils ne feront pas les playoffs, parce qu’ils ne peuvent pas scorer assez », a balancé ce bon vieux Chuck à la mi-temps, devant Klay Thompson.

Au bout d’une mi-temps seulement ! Gare aux conclusions hâtives. En plus de Klay Thompson, les Warriors ne sont pas vernis niveau blessure. Kevon Looney, de retour après avoir manqué le training camp à cause d’une blessure aux ischios, est sorti du match et n’a pas joué de la deuxième mi-temps. Draymond Green s’est blessé à l’avant-bras au bout de trois minutes, a manqué la fin du 1er quart et a probablement été gêné tout le match.

Surtout, ce n’était qu’un premier match. Et contre les Clippers, en plus ! Golden State ne sera pas cette saison l’équipe qu’elle était, mais elle ne peut que progresser. Si le jeune âge du roster explique bien des choses sur la rencontre d’hier, on peut en revanche raisonnablement penser qu’il y a une vraie marge de progrès. Et avec des Stephen Curry, Draymond Green, Steve Kerr ou Klay Thompson dans les parages, l’apprentissage pourrait être rapide. C’est d’ailleurs un peu le sens de la réponse de Thompson à Barkley :

« Chuck a le droit d’être un peu pessimiste. Mais je pense que ces jeunes gars vont progresser et s’affirmer. J’ai fait un exercice de tirs avec Jordan Poole hier, et il m’a fumé sur 3 spots sur 5. Glenn Robinson a une vraie expérience dans cette ligue. J’ai vraiment aimé ce que Marquese a montré pendant le training camp. »

La saison va être longue. Les Golden State Warriors vont certainement galérer en défense tant que Klay Thompson ne sera pas revenu. Ils devront faire avec un effectif moins profond. Mais ils ne montreront clairement pas le visage montré hier toute l’année. Les jeunes ne peuvent que progresser, et l’équipe avec eux. Stephen Curry ne sera pas à 8 balles perdues et 2/11 à 3-pts tous les soirs, mais il faudra qu’il s’adapte à la nouvelle donne, sans KD et Thomson pour le soulager. Il en est capable, surtout que D’Angelo Russell et Draymond Green peuvent avoir un vrai impact. Suffisant pour atteindre les playoffs dans cette conférence Ouest dingue ? Pas sûr. Mais les disqualifier dès ce premier match serait une vraie erreur.