93 PHI
112 WAS
107 BKN
123 TOR
133 MIA
144 HOU
116 NYK
117 NOP
104 SAS
91 MEM
- GSW
- LAL

Stephen Curry plaide coupable pour le fiasco des Finales 2016

BasketSessionPar BasketSession Publié

La défaite des Golden State Warriors lors des Finales 2016 a laissé des traces. Stephen Curry n'a jamais oublié et s'en veut encore.

Une fois que la dynastie des Golden State Warriors aura pris fin, tout le monde se souviendra évidemment des bons moments. Trois titres en quatre ans (peut-être bientôt quatre en cinq ans) et une domination assez formidable sur le reste de la ligue. Néanmoins, les Finales 2016 resteront au moins autant dans la mémoire des gens. Alors qu'ils menaient 3-1, les Californiens avaient perdu 4-3 dans l'une des plus grosses désillusions de l'histoire de la NBA. Si les Warriors gagnent leurs deux matches à domicile contre les Toronto Raptors, ils seront à nouveau dans cette position de force. Stephen Curry n'a pas oublié cette série maudite. Particulièrement le game 7, où il s'estime responsable de la débâcle vécue par son équipe. Il a de nouveau évoqué cette fin de match particulièrement mal gérée à ses yeux auprès de Jackie McMullan d'ESPN.

A 30 secondes de la fin, alors que Cleveland menait de 3 points, Stephen Curry a pris un shoot à 3 points rapide et l'a manqué. Derrière, LeBron James a bouclé l'affaire sur la ligne et les Cavs ont pu brandir le trophée Larry O'Brien.

"Sur le moment, je me dis que j'ai juste besoin d'un peu d'espace. Et c'est là que j'ai commencé à me précipiter. Je pense que j'aurais pu facilement contourner Kevin Love et marquer à deux points. Derrière on aurait eu le temps de faire un stop et j'aurais pu tenter de marquer un autre panier. On aurait gagné un autre titre si je n'avais pas voulu jouer les héros. Il n'y avait aucune maîtrise dans ce shoot et ça nous a coûté un titre".

La série et même ce game 7 ne se sont pas joués sur ce simple tir raté. Kevin Love a d'ailleurs rapidement pris ombrage de la remarque de Curry, persuadé qu'il l'aurait "facilement" contourné...

Charge à Stephen Curry que ce cataclysme ne se reproduise pas cette année ou même d'ici la fin de sa carrière. Le traumatisme semble encore bien présent malgré les succès en pagaille réussis dans la Bay Area.