La NBA n’envisage pas de sanction immédiate contre Sterling…

Alors que la décision de la ligue est attendue de tous, Adam Silver n'a pas encore pris de sanction envers Donald Sterling. La NBA mène d'abord son enquête.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / NEWS
Adam Silver est en place depuis le 1er février dernier. Après avoir évoqué plusieurs dossiers brûlants comme le « tanking », la draft et la réforme des playoffs, le nouveau commissionnaire  de la NBA doit maintenant faire face à son premier scandale. Donald Sterling, le propriétaire des Los Angeles Clippers, serait soupçonné d’avoir tenu des propos racistes à l’égard des afro-américains. Le milliardaire a été enregistré à son insu par sa petite amie et la bande audio, où l’on peut donc entendre les commentaires scandaleux, a ensuite été publiée par TMZ. Pour l’instant, la NBA mène son enquête pour déterminer s’il s’agit bien de Donald Sterling.
« Les équipes d’investigation cherchent à valider l’authenticité de l’enregistrement et elles devraient interviewer Donald Sterling ainsi que la femme en question », expliquait hier soir Adam Silver lors d’une conférence de presse.
Le commissionnaire a promis une enquête « extrêmement rapide ». Il faut dire que le ton monte et les acteurs de la ligue – joueurs, coaches, analystes, anciennes légendes – grondent et attendent des sanctions. Les Los Angeles Clippers ont évoqué l’idée de boycotter les playoffs avant de faire marche arrière. Magic Johnson a appelé Donald Sterling à vendre la franchise (si les Milwaukee Bucks valent autour des 500 millions de dollars, imaginez donc la somme récupérée par le propriétaire s’il revend les Clippers…). LeBron James, comme d’autres joueurs NBA, a affirmé que Sterling n’avait pas sa place en NBA. Mais pour l’instant, Adam Silver n’a pas pris de sanction. Le renvoi d’un propriétaire est très difficile à mettre en place… mais à situation exceptionnelle, mesure exceptionnelle. Après tout, Barack Obama, le président des Etats-Unis, s’est lui-même exprimé sur le sujet. En 2009, la compagnie immobilière de Donald Sterling a déjà été condamnée à verser 2,7 millions de dollars de dédommagement à des familles aux origines afro-américaines et hispaniques. L’entreprise était alors accusée de discrimination raciale. Deux ans plus tard, Elgin Baylor, ancien joueur NBA et ancien dirigeant des Clippers, dénonçait des propos racistes de Donald Sterling. On verra si le propriétaire survit à ce nouveau scandale… qui pourrait avoir des impacts sur la franchise de Los Angeles.
Afficher les commentaires (23)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest