Carmelo Anthony : « On était fatigués de perdre »

Après deux succès consécutifs, les New York Knicks et Carmelo Anthony ont retrouvé le sourire mais également leurs ambitions.

Yann LachendrowieczPar Yann Lachendrowiecz  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
Carmelo Anthony : « On était fatigués de perdre »
En enchaînant deux succès pour la première fois cette année, les Knicks ont-ils enfin lancé leur saison ? S'il est encore certainement trop tôt pour le dire, l'optimisme est en tout cas de retour au sein d'une équipe de New York qui était il y a encore quelques jours la cible toutes les railleries. A l'image d'un Iman Shumpert retrouvé et revanchard, les hommes de Mike Woodson espèrent désormais confirmer leur bonne forme actuelle et oublier un début de saison désastreux.
« Je n’aime pas perdre. Je sentais que les gens se moquaient de mon équipe et je n’aime pas ça », confiait Shumpert au N.Y. Post après le succès des Knicks, cette nuit contre Orlando.
« Nous essayons de gagner tous les matches en ce moment. Nous savons que nous sommes tombés au fond du trou. Maintenant il faut essayer d’en sortir. »
Même sentiment du côté de Carmelo Anthony, qui ne supportait plus l'idée que son équipe soit devenue la 'risée de la ligue'. Soulagé d'avoir mis fin à une série de sept défaites de suite à domicile, Melo ne peut que se réjouir que les Knicks commencent à retrouver une solidarité qui avait fait leur force la saison dernière.
« Tout le monde fait son travail et prend en plus du plaisir à le faire. On était fatigués de perdre. »
Reboosté par un succès sur les terres du rival de Brooklyn la veille, c'est un Carmelo Anthony plus impliqué collectivement qui a montré la voie à suivre aux siens contre Orlando. Moins gourmand que lors de ses précédentes sorties, l'ailier des Knicks a sorti un match aussi sobre qu'efficace (20 pts à 6/10, 11 rebonds, 4 passes) pour porter les siens vers un large succès. Une victoire convaincante qui permet à New York de se replacer dans la course au titre de champion d'une Atlantic Division plus faible que jamais. Même Mike Woodson, dont le départ semblait déjà acté il y a quelques jours après neuf revers de rang, se remet à rêver.
« C’est dingue. Quand vous regardez de près, personne ne se détache. Nous sommes à deux matches et demi de la première place », confie le coach new-yorkais. « En tant que coach, mon travail est de prêcher pour notre équipe. Nous avons encore une chance de remporter le titre de division. Nous allons y croire. Regardez les autres divisions. Ils sont à sept, huit, neuf matches de la première place. Ce sera compliqué de remonter ça. »
Deux résultats positifs décrochés face à deux des plus mauvais élèves de la ligue ne peuvent néanmoins suffir à sortir New York de la crise. Si les Knicks veulent rattraper leur retard et décrocher leur place en playoffs, il leur faudra désormais afficher le même état d'esprit lors des prochains matches. Pour JR Smith, cette amorce de série ne doit servir qu'à encourager les joueurs à poursuivre leurs efforts.
« C’est encore trop tôt », répond sagement l'arrière des Knicks quand on lui demande si New York est de retour pour de bon. « Nous avons gagné deux matches de suite. Mais nous n’allons pas relâcher notre vigilance pour autant. Il faut équilibrer notre bilan avant de penser à autre chose. »
A l'heure de recevoir les Celtics, demain au Madison Square Garden, les Knicks auront en effet tout intérêt à maintenir leur vigilance pour réduire l'écart avec leur adversaire du soir, leader de l'Atlantic Division. Et confirmer dans le même temps que leur saison a enfin démarré.  
Afficher les commentaires (3)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest