70 points Embiid, 62 KAT : Pourquoi il y a de plus en plus de cartons en NBA

70 points Embiid, 62 KAT : Pourquoi il y a de plus en plus de cartons en NBA

L'inflation des performances offensives en NBA est évidente et nous avons essayé d'en trouver les raisons.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus

Interrogé sur les performances actuelles au scoring en NBA, Tony Parker a reconnu qu’il se serait vu planter au moins 60 points s’il avait joué aujourd’hui. Une prise de position plutôt crédible vu son style de jeu très rapide et sa capacité à faire des différences balle en main. Dans un bon soir d’adresse, il l’aurait probablement fait. Après tout, son record personnel est de 55 points !

Ça nous amène donc à l’inflation offensive spectaculaire que connaît la ligue à notre époque. Les cartons sont de plus en plus fréquents et la dernière nuit folle en est la parfaite illustration : Joel Embiid a claqué 70 points, Karl-Anthony Towns 62 – première fois depuis 1978 que deux joueurs passent la barre des 60 le même soir – Kevin Durant 43, etc. C’est d’ailleurs ce même KD qui a commenté à chaud en apprenant la perf du pivot camerounais des Philadelphia Sixers.

« Il en a mis 70 ? Putain… le niveau technique de cette ligue est incroyable. Les schémas tactiques en attaque et le coaching sont aussi incroyables. Il y a tellement de systèmes différents pour obtenir des paniers à trois-points. Les coaches sont bien plus créatifs pour mettre leurs meilleurs joueurs dans les dispositions pour faire de telles stats. Il y a des shooteurs aux quatre coins du terrain. Selon moi, on est à l’apogée du basket. C’est incroyable ce qui se passe. »

Les joueurs seraient-ils plus forts qu’avant ? Ce n’est pas tout à fait l’idée. Enfin, si, un peu. Mais ce n’est pas une manière de dire qu’ils sont forcément « plus grands. » Juste qu’ils profitent – eux mais aussi les coaches – de tout ce qui a été fait avant eux. Ils sont des mises à jour permanentes des légendes passées auparavant.

Petite comparaison étrange : l’homme (ou la femme) qui a construit la toute première maison de l’Histoire de l’humanité disposait sans doute d’une forme de génie civil exceptionnel. Mais sa maison n’a rien à voir avec celles qui sont construites aujourd’hui. Si cette même personne avait grandi à notre époque, son génie lui aurait sans doute permis de construire des bâtiments complètement dingues. Bref, vous avez saisi l’idée ?

Les coaches ont pu apprendre, expérimenter en se basant sur ce qui a été fait avant. Pareil pour les joueurs, qui ont atteint un niveau technique absolument incroyable. Sans compter sur le fait qu’ils ont accès à encore plus de données. Tout comme ceux qui passeront après eux d’ici quinze ou vingt ans.

Il n’y a eu que 9 joueurs qui ont atteint ou dépassé le seuil légendaire des 70 points en NBA. Le plus fou ? 3 d’entre eux l’ont fait en l’espace d’à peine plus d’un an. Donovan Mitchell en janvier 2023, Damian Lillard en février juste après et donc Embiid lundi soir. D’autres joueurs feront probablement de même. En fait, à ce stade, il est facile d’imaginer presque n’importe quelle superstar (donc pas n’importe quel joueur non plus) taper la barre des 65-70.

Il y a 4 joueurs qui tournent à plus de 30 points par match cette saison. 46 (!!!) à 20 points ou plus. Contre seulement 19 en 2024 par exemple (un seul à plus de 30). Hormis Tracy McGrady, aucun joueur ne marquait plus de 25 points par match en 2004. L’inflation au scoring est réelle.

Elle peut évidemment s’expliquer par la révolution à trois-points menée au cours des 10 dernières saisons. En 2014, les Houston Rockets tentaient 26 tirs extérieurs, plus que n’importe quelle autre équipe. En 2024, les Los Angeles Lakers sont ceux qui en prennent le moins avec 30 tentatives par soir. En 1998, lors du dernier titre des Chicago Bulls, seules 7 franchises prenaient plus de 15 trois-points par match en moyenne.

3 valent plus que 2, bien sûr, mais la présence de shooteurs de plus en plus adroits sur le terrain confère aussi de plus en plus d’espaces aux meilleurs attaquants pour manœuvrer. Ça facilite la tâche pour scorer. C’est même maintenant à se demander qui ira chercher les 81 points de Kobe Bryant. Longtemps perçue – à juste titre – comme une performance d’extra-terrestre, elle pourrait tomber un de ces quatre. Et qui sait, peut-être bien qu’il y en aura un d’ici 20 ans pour aller chercher les 100 points de Wilt Chamberlain.

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest