Chris Bosh, la taille patron ?

Avec le départ de LeBron James, une montagne de responsabilités échoit désormais à Chris Bosh. Peut-il encore être un franchise player fiable ?

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
Chris Bosh, la taille patron ?
Quelle sera la taille du vide laissé par LeBron James ? Voilà la question principale que l'on se pose du côté de Miami après cet été cauchemardesque où le meilleur joueur du monde a quitté South Beach un peu plus tôt que ce qu'imaginaient les dirigeants et les fans du Heat. Mais qu'on se le dise, Pat Riley n'entend pas sombrer dans la Conférence Est et passer de favori pour le titre à figurant. En soi, le départ de James a été plutôt bien géré et endigué. Avec Luol Deng, l'un des postes 3 les plus complets de la ligue, les Floridiens ont un renfort solide dans ce secteur et le reste de l'effectif double champion NBA n'a pas tant bougé que ça. Seule la distribution des rôles a changé. Au coeur de cette nouvelle donne, un homme va être obligé de prendre une dimension nouvelle : Chris Bosh. Si à Miami on espère évidemment que Dwyane Wade affichera une forme plus constante et affutée que la saison précédente, les chances de revoir "Flash" dynamiter les défenses "on a daily basis" sont assez minces. Auréolé d'un nouveau contrat à faire pâlir ses détracteurs, Chris Bosh n'a lui aucun souci physique ou mental à déplorer à l'approche du début de saison. Avec 118 millions de dollars à toucher sur 5 ans, l'ancien joueur des Toronto Raptors ne peut plus se cacher derrière les plus glamours James et Wade. Aujourd'hui, le franchise player c'est lui. Mais pour assumer ce statut sur le parquet, le All-Star de 30 ans va devoir modifier son jeu. [superquote pos="d"]"Je devais jouer un rôle pour que l'on gagne des titres".[/superquote]Depuis son arrivée à Miami, Bosh s'était docilement mué en stretch 5, avec pour mission d'épauler correctement ses deux "amigos". En gros progrès à 3 points, fiable dans les autres secteurs malgré sa réputation d'intérieur un peu soft, le #1 était en somme un lieutenant parfait. A quelques semaines de la reprise, le Heat ne peut plus se contenter d'un adjudant discipliné. C'est d'un leader, d'un homme capable de faire des dégâts dans la peinture, dont les Floridiens ont besoin. Chris Bosh peut-il justement retrouver les qualités qui étaient les siennes du temps où il était le visage des Raptors ? Lui en est convaincu.
"Je devais jouer un rôle pour que l'on gagne des titres. J'ai l'impression de revenir à quelque chose de plus naturel pour moi cette saison. A savoir jouer au poste, être plus agressif offensivement... Je suis vraiment impatient de montrer à Miami ce que j'ai en moi. C'est comme le vélo, ça ne s'oublie pas. J'ai quand même acquis de l'expérience et j'ai continué de travailler dans ces secteurs en sachant que j'en aurais à nouveau besoin un jour", a expliqué Chris Bosh dans le Sun Sentinel.
Lorsqu'il était encore "CB4", un jeune intérieur star au Canada, Bosh n'avait aucun mal à enregistrer des lignes de stats assez énormes tout en gérant l'attention toute particulière des équipes adverses. Les choses ont évidemment changé depuis ce temps-là, et on peut légitimement se demander si le trentenaire a le mental et l'énergie pour revivre cette situation.
"On était à Toronto, j'étais plus jeune, pas marié, avec un seul enfant. Les choses étaient différentes... On veut que je redevienne une personne qui n'était pas sûre d'elle. Aujourd'hui, mon jeu est plus arrondi, plus complet. Je ne veux pas qu'on pense que je n'arriverai pas à faire gagner des matches sans redevenir ce gars-là. Tout ne se fera pas en un jour, une semaine ou un mois".
A votre avis, Chris Bosh peut-il être un franchise player efficace et maintenir Miami dans le haut du tableau à l'Est ? On veut votre avis ! [poll id="273"]  

Afficher les commentaires (23)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest