Donovan Mitchell illumine le Paris Game 2024

Retour sur le Paris Game et ce qui s'est passé sur le terrain entre les Cavs d'un Donovan Mitchell étincelant, et les Nets.

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié  | BasketSession.com / NEWS / Récap
Donovan Mitchell illumine le Paris Game 2024

Nets @ Cavs : 102-111

On ne va pas survendre le Paris Game 2024 et son affiche un peu light en termes d'excitation provoquée chez les fans français. Voir un match NBA en France, avec tout le barnum que ça implique, reste un privilège. On vous en parlera dans le CQFR et dans un article avec tout ce que l'on a retenu de l'édition 2024. Cet événement devenu traditionnel manquait un peu de saveur et d'ambiance cette année (les décibels n'ont jamais été aussi hauts que lorsque Ronaldo et David Beckham sont apparus à l'écran...) mais le match a réussi à prendre un peu de piquant en cours de route, alors que les Cavs se dirigeaient vers un succès très large dans une partie assez terne.

Brooklyn et son feu follet Cam Thomas (24 pts), qui a fait à peu près autant de passes (pas décisives, des passes tout court) qu'il n'a rentré de tirs, ont réussi à rendre la fin de match à peu près divertissante. On aurait même pu avoir droit à un money time très serré si un homme n'avait pas voulu montrer qu'en termes de standing en NBA, il se plaçait nettement au-dessus des autres acteurs sur le terrain. Donovan Mitchell est monté en pression petit à petit et a dégoûté les Nets dans le 4e quart-temps, pour finir avec 45 points, 12 rebonds et 6 passes à 15/30. Lorsque "Spida" a décidé d'accélérer et de marquer d'à peu près partout sur le terrain, personne n'a pu le contrarier.

On retiendra que Mikal Bridges a eu du mal à se mettre en route et ne semble pas, en tout cas sur ces dernières semaines, être un franchise player pour les Nets, mais plutôt un lieutenant parfait. Son match à 26 points à 6/18 a été frustrant. Brooklyn a plein de bons role players, mais définitivement pas de star comme les Cavs, auxquels il manquait à nouveau Darius Garland et Evan Mobley.

Nic Claxton et Tristan Thompson ont tué l'ennui en commençant à vouloir s'envoyer des mandales et le Canadien a même été expulsé pour avoir répondu avec trop de virulence au "taunting" de l'intérieur de Brooklyn.

Au final, Cleveland a imposé sa loi et montré plus d'assurance dans son style de jeu, tout en étant obligé de jouer sans Max Strus, en délicatesse avec son genou. C'est la 4e victoire de suite d'une équipe particulièrement résiliente, actuellement 6e à l'Est avec un bilan identique à celui des Knicks et des Pacers. Les Nets, dans le même temps, ont perdu 7 de leurs 10 derniers matches.

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest