Gordon Hayward a déçu

Le sophomore du Jazz a loupé ses playoffs

Benoît JametPar Benoît Jamet  | Publié  | BasketSession.com / NEWS
Gordon Hayward a déçu
Si le Jazz d'Utah s'est qualifié en playoffs à la toute dernière extrémité de la saison, c'est bien grâce à la superbe saison statistique d'Al Jefferson (19,2pts et 9,6 rbds) mais aussi grâce à la progression du jeune ailier de 2ème année, Gordon Hayward. L'ancien joueur de l'Université de Butler, avec laquelle il est arrivé en finale NCAA et qu'il avait failli gagner sur un shoot du milieu du terrain au buzzer, avait déjà démontré l'année dernière sa capacité à tenir un vrai rôle dans la NBA. Un changement de poste avait alors joué le rôle de détonateur et il avait pu prouver toute sa valeur.  Cette saison, ses chiffres se sont révélés être bons (11,8 pts , 3,5 rbds et 3,1 passes en 30 minutes de jeu à 45,6% de reussite dont 34,6 à 3-pts) au point d'en faire la première option extérieure de l'équipe de Ty Corbin. De plus, son superbe mois d'avril, où il tourna à 16,1 pts à 50% de reussite (dont 49% à 3pts) en avait fait un réel "Facteur X" pour les playoffs 2012, une fois le Jazz qualifié en battant Phoenix. Tous les observateurs attendaient donc avec impatience ce premier tour contre les Spurs, le Jazz arrivant sur une série de 5 victoires de suite et ayant fini la saison à la 4ème place de la Ligue aux points marqués (99,7/match), San Antonio finissant deuxièmes avec leurs 103,7pts par rencontre. Mais finalement, la série n'eut de confrontation que le nom tant les Spurs ont dominé Utah sur ces 4 matches, en les battant de 15, 31, 12 et, pour conclure, de 6 points lors du Game 4. Et si Jefferson a tenu son rang en affichant des stats presque identiques à celles de sa saison regulière (18,3 pts et 8,5 rbds) et que Derrick Favors a pu démontrer son potentiel pour l'avenir, Gordon Hayward a totalement sombré au cours de ces quatre rencontres, ne tournant qu'à 7,3pts à 18% de réussite, dont un vilain 8% à 3pts (1/12). Le 4ème match de la nuit dernière fut l'exemple type de la frustration du jeune joueur. Alors que le Jazz déroula les deux premiers systèmes pour lui, il ne mit aucun panier et finit le match à 0/7.
"C'est tout simplement frustrant, tout particulièrement après tout le travail effectué, de jouer et de shooter comme ça. C'est inacceptable. On doit être capables de mettre des paniers" a commenté Hayward
Le #20 du Jazz a même été benché au profit du rookie Alec Burks par Ty Corbin, tellement cette équipe était en recherche d'une étincelle offensive, mais le destin d'Utah était, semble-t-il, de s'arrêter là vu le bilan désastreux (0/8) du suppléant. C'est donc "Un p'tit tour et puis s'en vont" pour le Jazz cette année mais cette équipe jeune, talentueuse et dotée de bons intérieurs devrait devenir une vraie force à l'Ouest dans les prochaines années. En NBA, comme souvent, il faut apprendre à perdre avant de pouvoir gagner.
Afficher les commentaires (12)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest