Pourquoi Kevin Durant doit signer aux New York Knicks

Nous avons décidé de vous donner les raisons pour lesquelles Kevin Durant doit se rendre aux New York Knicks l'an prochain.

N.SPar N.S | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
Pourquoi Kevin Durant doit signer aux New York Knicks

Parce que New York n'attend que lui pour retrouver les sommets

1973. On a souvent parlé de la malédiction des Cleveland Cavaliers, mais celle des New York Knicks n'est pas mal non plus. 43 ans de disette avec une dernière finale NBA en 1999, une qualification à la surprise générale, perdue face aux San Antonio Spurs. Une éternité pour une ville qui est l'un des symboles des États-Unis et dont la franchise est la plus chère (les 3 milliard d'estimation ont été atteints cette saison). Malgré un parcours marqué par d'innombrables zones d'ombre, les Knicks restent cette organisation historique qui ne demande qu'à rayonner, à retrouver les étoiles de la ligue. Mais pour ça, il lui faut ce joueur si spécial, celui qui comme LeBron James, peut changer le destin d'une équipe. Kevin Durant a ce pouvoir-là, très rare, de pouvoir faire automatiquement des New York Knicks, une machine de guerre. Big Apple veut et doit regagner les sommets, et KD mérite de faire partie de cette fantastique résurrection des Knicks crucifiés pendant pratiquement un demi-siècle. Son histoire personnelle n'en serait que plus belle.

Parce qui ne rêve pas de voir un quatuor Derrick Rose-Carmelo Anthony-Kevin Durant-Kristaps Porzingis

Depuis le Big Three de Miami en 2010, aucune équipe ne peut faire plus rêver ! Deux des quatre derniers MVP, un qui a déjà squatté un paquet de fois le All Star ou la All NBA Team, ou encore l'un des rookies les plus intrigants et talentueux de ces dernières années. On voit déjà venir les sceptiques argumentant qu'il est impossible de faire cohabiter deux postes 3, Melo et KD, le tout avec deux joueurs sur le déclin et qui ont le corps ravagé par les blessures. Dans une ligue où le Small Ball est désormais roi, cette excuse ne tient plus. L'un ou l'autre peut évoluer power forward, ce que les deux ont déjà fait par le passé, que ce soit en NBA ou avec Team USA. Dans cette éventualité, décaler Kristpas Pozingis en poste 5 reste une option plus qu'intéressante même s'il lui manque encore du muscle. Mais son envergure et sa mobilité sont des armes très redoutables et peuvent compenser ce manque de physique, en attaque ou en défense. C'est une pépite qu'il faut polir et qui, certes, aura la pression, mais qu'en a t-il fait cette saison alors qu'il avait été sifflé et décrié de toute part par les fans ? Quant à Derrick Rose, il dit ne plus être loin de son niveau de MVP, il n'est pas interdit d'en douter. Mais malgré ça, un Rose agressif vers le cercle suffirait largement, d'une part pour se créer lui-même des brèches, d'autre part pour obliger les défenses à se resserrer et donc laisser des espaces aux pistoleros que sont Durant, Melo et Porzi. Un casse tête infernal pour les défenses adverses.

Parce que s'il veut gagner un titre, il doit partir à l'Est

San Antonio ? Golden State ? OKC ? C'est très solide, trop solide. Un spot en Finals pour trois franchises. Et surtout trois clubs qui n'ont pas nécessairement besoin du MVP 2104. Même le Thunder conserverait une ossature plus que correct si Kevin Durant venait à partir vers d'autres cieux. La guerre est pour le moment trop rude à l'Ouest pour permettre à KD d'accéder aux Finales NBA. Les Warriors semblent parer pour quelques années encore, et cette finale perdue contre Cleveland va les remonter comme jamais. Même en menant 3-1, OKC n'a pas su gérer alors qu'il était écrit que les Dubs ne pouvaient que se réveiller après trois matches pourris. À l'Est, l'histoire est bien différente. Les Cavs sont le gros calibre de la conférence, mais derrière...Les Toronto Raptors ont à chaque fois dû batailler sept matches, avant de sombrer en finale de conf'. Rien ne dit que Kevin Durant ne gagnera le titre tout de suite. À part les Celtics de 2008, personne n'y est arrivé. Faut la jouer comme LeBron et enfin le destituer de son trône, lui domine l'Est depuis 2010.

Parce que Phil Jackson n'attendait que lui pour montrer son pouvoir de persuasion

Il a échoué avec LaMarcus Aldridge, dans les grandes largeurs. Mais il n'avait pas Kristaps Porzingis à l'époque, ni Derrick Rose. Et ces deux joueurs sont deux arguments de choc pour convaincre Kevin Durant de rallier les New York Knicks. Phil Jackson attend ça, depuis deux ans, de choper un gros poisson pour montrer qu'il n'est pas une escroquerie. Il a quand même réussi à fourguer Lopez, Calderon et un rookie contre D-Rose. Le deuxième vrai coup après la Draft d'un Letton dont tout le monde s'est moqué. Toute sa carrière, le Zen Master a tenu un discours quasi sans faille à ses joueurs, aux Bulls comme aux Lakers. Il est celui qui a réussi à faire cohabiter Kobe et Shaq, deux gars qui se détestaient et qui n'avaient rien en commun. À un moment, tous les grands doivent sortir de leur boîte dans les moments où ils sont le plus dos au mur. Et il semblerait que ce moment soit arrivé, avec l'un des trois meilleurs joueurs du monde sur le marché et libre d'écouter les plaidoyers de tel et untel. Bien aidé par son acolyte Carmelo Anthony, qui est l'un des amis proches de Durant, il aura l'avantage d'être le second à rencontre KD, juste après les Clippers. Une chance qu'il ne laissera pas passer pour devenir l'homme providentiel des New York Knicks.

Parce qu'en ne signant qu'un an, il n'a rien à perdre

Depuis plusieurs semaines, Kevin Durant a confié qu'il ne signerait vraisemblablement qu'un contrat d'une saison, hausse du salary cap oblige. Peu importe la destination, l'ailier star du mercato aura donc encore son destin en mains l'année prochaine, période où il pourra choper le plus gros contrat possible. On pourrait donc dire que cette intersaison n'est qu'un gigantesque essai, et que la vraie free agency sera celle de l'été 2017. Qu'a t-il donc à craindre en signant chez les New York Knicks ? Il touchera ses 25 millions, tout en étant dans une équipe ultra compétitive et dans le plus gros marché possible. Libre à lui par la suite de se laisser tenter par un autre projet, comme un retour à OKC, où son pote Russell Westbrook sera free agent également. Et si les Knicks atteignent au moins les Finales de Conférence dans un esprit qui lui correspond, il n'est pas interdit qu'il prolonge. Certes toutes ces choses ne sont que des arguments moins pesants qu'une Dream Team aux Spurs et aux Warriors, mais tant que l'espoir existe...    
Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest