La baston qui a lancé l’aventure des Knicks des 90’s

La baston qui a lancé l’aventure des Knicks des 90’s

Pat Riley a coaché l'une des équipes les plus tough de l'histoire dans les années 90. Voici le récit de l'accrochage qui a tout fait démarrer à New York. Coin gauche : Anthony Mason. Coin droit : Xavier McDaniels.

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / G.O.D.

Parmi les nostalgiques de la NBA des années 90, il n'y a pas que des amoureux transis de Michael Jordan et des Chicago Bulls. D'autres équipes ont marqué les esprits, comme les New York Knicks de Pat Riley, un groupe de fous furieux qui venaient autant sur le terrain pour remporter des matches que pour proposer des masterclasses d'agressivité et de toughness.

Cette aventure, très éloignée des spotlights du Showtime basketball piloté par le même Riley du côté de Los Angeles, a en partie démarré grâce à un événement que beaucoup pensent orchestré par celui qui est aujourd'hui le big boss du Miami Heat : une bagarre à l'entraînement entre deux fortes têtes d'une équipe qui n'était quasiment composée que de ça, Anthony Mason (RIP) et Xavier McDaniel, aka X-Man.

Une oral history parue chez The Athletic raconte cet incident survenu le deuxième jour du camp d'entraînement précédent la saison 1991-1992. En voici quelques extraits traduits.

Le Mook spécial Bad Boys est disponible !

Patrick Ewing : "C'était juste avant que l'on fasse une pause pour boire de l'eau. Ils se sont mis dessus. Ils n'arrêtaient pas de se chauffer l'un et l'autre.

Xavier McDaniel : "Je crois qu'il n'a pas aimé toute la merde que je lui balançais. Je lui contrais ses tirs en lui disant de se barrer de là. Puis il m'a envoyé une patate sans sommation. De là, c'était parti".

Pat Riley : "Je me souviens juste qu'ils se regardaient comme des guerriers en mode : 'OK, on sait qu'il va se passer quelque chose entre nous'.

Carlton McKinney : "Aucun d'entre eux ne reculait. Si on les avait laissés, ils seraient encore en train de se battre".

Xavier McDaniel : "Je voulais juste l'atteindre. Pat Riley me disait de ne pas y aller. Putain, je n'allais pas laisser quelqu'un me frapper par suprise quand même ?"

Jeff Van Gundy : "On faisait un atelier rebonds pour les arrières avec Paul Silas. Tout se passait bien de nôtre côté. Mais alors même qu'on était en train de s'entraîner, on pouvait entendre les grognements et l'impact du contact physique de l'autre côté. On pouvait ressentir ce qui se passait, même sans le voir".

Xavier McDaniel : "Je l'ai pourchassé. Tout simplement. Il est allé dans le vestiaire et j'ai essayé d'y aller aussi. Patrick Ewing m'a attrapé et moi je l'ai repoussé en lui disant que j'allais attendre Mase à l'extérieur. Je ne voulais rien entendre".

Pat Riley : "Une fois tout ça terminé, ils se sont regardés en se disant : 'OK, on en a fini. J'ai marqué mon territoire et tu as marqué le tien'."

Xavier McDaniel : "On est devenus très bons potes après ça".

Pat Riley ne serait pas devenu Pat Riley sans un accident de vélo

Comme on l'expliquait en intro, plusieurs membres de l'équipe des Knicks pensent toujours que tout cela a été pensé par Riley. Norman Scott, l'un des médecins de l'équipe, en fait partie.

"Je suspecte Pat d'avoir simplement programmé le bon alignement des équipes en opposition pour que ces deux-là se retrouvent en tête à tête. Il savait, dès l'arrivée de McDaniel via un trade, qu'il y aurait un souci. Rien ne lui échappait".

Dès cette saison-là, les Knicks ont montré des progrès après une période de disette. Pendant près de 10 ans, New York est toujours parvenu à atteindre les demi-finales de conférence. En 1994, Riley les a même guidés jusqu'en Finales NBA, avec une défaite à la clé contre les Rockets d'Hakeem Olajuwon.

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest