LeBron James à Cleveland, les dessous du scoop

Retour sur le déroulé des évènements qui ont conduit à la lettre de LeBron James parue dans Sports Illustrated.

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
LeBron James à Cleveland, les dessous du scoop
On ne va pas se mentir, l'avenir de LeBron James a une fois encore rendu tout le monde un peu fou. Des rumeurs contradictoires, des sources allant d'une vendeuse de cheesecakes à des insiders NBA, le tracking d'un avion (celui de Dan Gilbert) minute par minute, des news pas toujours pertinentes relayées partout (y compris chez nous)... Quatre ans après avoir laissé planer le suspense puis utilisé l'outil médiatique sous une forme discutable, LeBron a procédé un peu différemment. Sans cette fois l'avoir cherché, la star a créé un climat pesant en optant pour le silence radio pendant près d'une semaine, avant d'opter pour une solution plus feutrée et élégante : un courrier sur le site du magazine Sports Illustrated. Comment Lee Jenkins, respecté dans le milieu depuis de nombreuses années et encore davantage depuis la parution du coming out de Jason Collins, a-t-il convaincu le joueur du Heat de s'exprimer dans ses colonnes et sous cette forme ? Les sites Poynter et Deadspin sont revenus sur le déroulé des évènements qui ont conduit à cette lettre à coeur ouvert qui a comblé les fans des Cavs tout en ménageant l'amour-propre de ceux du Heat.

Dan Gilbert était bien dans un avion pour Miami

Pour commencer, revenons sur la rumeur qui a le plus secoué les fans et, parfois de façon ridicule, les médias. Le 6 juillet, soit dimanche dernier, un tweet annonce que Dan Gilbert est à bord d'un avion à destination de Miami pour rencontrer LeBron James. Le propriétaire des Cavs nie rapidement en bloc, expliquant qu'il est dans son jardin et non dans les airs. Faux. Il y a bien une réunion ce jour entre Gilbert, James et son agent Rich Paul, pièce centrale dans ce dossier. C'est lui qui fait savoir à Cleveland que son client est motivé pour revenir et qu'un peu de cap space ne ferait pas de mal à la franchise. Après 4 heures de réunion marquées par les plates excuses de Gilbert pour sa lettre pleine de rage d'il y a quatre ans, les deux parties se séparent. Le lendemain, la lettre est retirée du site des Cavs, ce que beaucoup interprètent logiquement comme une volonté de ménager l'orgueil de LeBron James. [superquote pos="d"]Jenkins reçoit un coup de fil. On lui explique qu'il a de bonnes chances d'être choisi pour relayer la décision de LeBron.[/superquote]La veille, le 5 juillet, l'entourage de LeBron et son agent avaient déjà décidé qu'une annonce par voie de presse sous une forme claire et humble serait nécessaire quelle que soit la décision. Lee Jenkins, qui a déjà écrit plusieurs articles laudateurs au sujet du "Chosen One", dont un plébiscite poignant pour qu'il soit élu sportif de l'année en 2013, reçoit un coup de téléphone. On lui explique alors qu'il a de bonnes chances d'être choisi pour relayer la décision de LeBron James, sans pour autant lui préciser quelle sera ladite décision, ni quand elle interviendra. Une seule exigeance, ce sera sous forme de lettre, à la première personne. Jenkins alerte naturellement sa hiérarchie, qui ne connaitra rien de la décision de James jusqu'au matin même de la parution du désormais célèbre "I'm Coming Home".

La police de Bath avait également été alertée

Mercredi 9, LeBron James rencontre un contingent du Heat, Pat Riley en tête. Le dîner est cordial et le dirigeant gominé rentre chez lui avec bon espoir de conserver sa star. C'est à ce moment-là que LeBron arrête son choix et décide de quitter Miami pour Cleveland. Jeudi 10, alors que leur client se trouve à Las Vegas pour encadrer un camp de basket, ses représentants alertent la police de du comté de Bath, où James possède une maison, qu'une annonce susceptible de provoquer une arrivée massive d'individus dans le voisinage tombera dans les heures qui viennent ou le lendemain. Les forces de l'ordre renforcent le niveau de sécurité. Les badauds et la presse locale se ruent alors devant la demeure du "King" pour un balet ridicule qui ne débouchera sur aucune annonce. [superquote pos="g"]Plus mature, mieux conseillé, LeBron a cette fois pris la bonne "décision".[/superquote]Pendant ce temps-là, LeBron James rencontre Lee Jenkins à Las Vegas. Les deux hommes planchent sur le texte qui paraîtra le lendemain sur le site de Sports Illustrated. Le journaliste met en forme la pensée du All-Star et ce dernier valide après avoir relu l'article. Ce n'est que le lendemain, vendredi 11 juillet, que Chris Stone, le rédacteur en chef de SI, voit débouler dans son courrier le scoop qui secoue encore la planète basket aujourd'hui : LeBron James est de retour à Cleveland.
"Je pense que l'entourage de LeBron James faisait confiance à Lee et du coup à Sports Illustrated. Ils savaient qu'on ne transformerait pas tout ça en cirque", a expliqué Chris Stone.
C'est indéniable, le procédé est nettement plus valorisant pour LeBron James que ne l'était l'arrogante apparition en prime time il y a quatre ans pour annoncer qu'il exportait ses talents à South Beach. Plus mature, mieux conseillé en termes de communication, "King James" a cette fois pris la bonne "décision".    
Afficher les commentaires (14)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest