March Madness, les 10 joueurs à suivre

La March Madness débute mardi en NCAA. Voici de quoi vous familiariser avec quelques uns des joueurs qui devraient marquer le Tournoi.

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié  | BasketSession.com / NEWS / NCAA
March Madness, les 10 joueurs à suivre
Ben Simmons, favori pour être le premier à venir serrer la pogne d'Adam Silver fin juin lors de la Draft 2016, ne participera pas au tournoi NCAA cette année. Ce n'est pas parce que le phénomène australien sera dans son canapé durant la March Madness que la compétition ne sera pas intéressante. D'autres éléments, dont certains seront eux aussi bien placés dans la hiérarchie derrière Simmons, devraient se distinguer et déchaîner les foules. Certains ne seront que des seconds tours de Draft, mais auront un impact important dans la campagne de leur équipe. Voici 10 joueurs que l'on suivra de près à compter du 15 mars sur les parquets universitaires.

Buddy Hield (Oklahoma Sooners)

Ce qu'on aime chez lui : Son vrai nom déjà. Hield est Bahaméen et est né sous le patronyme de Chavano-Rainer Hield, ce qui en jette quand même pas mal. Son jeu offensif ensuite, évidemment. A 22 ans, l'arrière des Sooners a accumulé pas mal d'expérience et progressé chaque année au point de devenir l'attaquant le plus meurtrier du panel et le meilleur scoreur de toute la NCAA (25 points par match). Au fil des saisons, Hield a fait évoluer son jeu pour devenir un shooteur de haute volée et extrêmement régulier (49% en global, 46% à 3 points), capable de faire d'une équipe moyenne un outsider sérieux dans ce tournoi. Draft 2016 : D'abord annoncé en milieu de 1er tour, Buddy Hield a maintenant le profil d'un lottery-pick quasi certain. On le voit bien dans le top 10, voir le top 8. Comparaison NBA : James Harden pour la polyvalence à la finition. https://www.youtube.com/watch?v=AhLYXFbgvm0

Denzel Valentine (Michigan State Spartans)

Ce qu'on aime chez lui : Valentine est un vrai leader et un joueur au caractère bien affirmé capable d'influer sur tous les aspects du jeu de son équipe ou presque. Ses statistiques sont édifiantes (19.4 pts, 7.6 pds et 7.6 rbds de moyenne) et en font le joueur le plus complet de la cuvée à venir. Les Spartans sont toujours attendus au tournant au mois de mars et s'ils atteignent le Final Four, ce sera parce que Denzel Valentine a fait tourner la machine. Draft 2016 : Valentine est difficile à évaluer. Le top 5 parait un peu élevé pour lui dans le sens où il a déjà 22 ans et une marge de progression forcément moins importante que les adeptes du one-and-done. Ce pourrait néanmoins être un steal s'il sortait de la catégorie des lottery-picks. Comparaison NBA : Draymond Green, pour le côté all-around player issu de Michigan State un peu sous-coté au départ, même si les deux hommes ne jouent pas au même poste. https://www.youtube.com/watch?v=Pty2ArLg7PM

Brandon Ingram (Duke Blue Devils)

Ce qu'on aime chez lui : Sa longueur effrayante qui lui permet de shooter devant n'importe qui et d'être un mismatch pour tous les autres postes 3. Sa jeunesse aussi, puisque Ingram n'aura 19 ans qu'au mois de septembre. On aime un peu moins ses décalcomanies à la Matt Barnes qui font toujours un effet spécial sur des joueurs aussi frêles. Coach K compte a priori plus sur Grayson Allen pour faire basculer les matches durant le tournoi, mais c'est bien Ingram le plus talentueux de la bande. Draft 2016 : C'est beaucoup plus serré qu'on ne le croit entre Brandon Ingram et Ben Simmons pour le first pick. C'est justement par rapport à ce qu'il sera capable de faire dans ce Tournoi que l'ailier de Duke a une chance de doubler l'Australien, dont l'équipe de LSU a lamentablement mis un terme à sa saison avant la March Madness. On ne l'imagine pas descendre en dessous du 2nd pick tant son potentiel est fou. Comparaison NBA : Kevin Durant pour le morphotype et peut-être aussi pour le reste dans quelques années... https://www.youtube.com/watch?v=XXvH-L28akk

Tyler Ulis (Kentucky Wildcats)

Ce qu'on aime chez lui : Le fait que ce soit le meilleur joueur de sa génération... au rapport taille/talent. Cette saison, il a souvent porté les Wildcats sur ses épaules et prouvé qu'un joueur d'1m75 pouvait prospérer dans la fac la plus performante de la décennie. On apprécie l'un des aspects sous-cotés de son jeu : la défense (il a été nommé meilleur joueur de la SEC, mais aussi meilleur défenseur !). Draft 2016 : Isaiah Thomas a prouvé qu'on pouvait devenir All-Star en mesurant 1m75 dans la NBA moderne, après avoir été drafté en 60e position (!). Les joueurs de petite taille font toujours peur aux franchises au moment de la Draft et Ulis risque d'être pris au 2e tour juste à cause de cela. On peut toutefois penser qu'un contender comme San Antonio le prendra en toute fin de 1er tour. Comparaison NBA : Isaiah Thomas pour le gabarit, mais aussi pour son agressivité offensive et son côté infatigable. Il faut tenir compte que son potentiel de base est supérieur à celui du meneur des Celtics. John Calipari ne prend que les meilleurs à Kentucky... https://www.youtube.com/watch?v=CuF3dbXqEIw

Jaylen Brown (California Golden Bears)

Ce qu'on aime chez lui : Son physique. Jaylen Brown est un athlète assez phénoménal capable de brutaliser les défenseurs un peu trop audacieux et d'accéder au panier sans craindre les contacts un peu rudes. Son début de saison a été très intéressant du côté de Berkeley avant une baisse de régime depuis quelques semaines. Sa forme récente peut inquiéter en vue du Tournoi NCAA (9/42 au shoot depuis 4 matches), mais il devrait tout de même faire le show lors des premiers tours avant de se présenter à la Draft. Draft 2016 : Son fameux "ceiling" (plafond de progression) en fait un lottery-pick quasi inévitable et un top 5 très probable. Comparaison NBA : Une incertitude subsiste sur le poste auquel il sera le plus efficace au haut niveau. Arrière ou ailier chez les Golden Bears, il a un passé de meneur et aurait peut-être fini à cette position s'il n'avait pas grandi (2m01) depuis deux ans. Pour l'heure, on osera une comparaison avec Jason Richardson, l'ancien trampoline humain des Warriors. https://www.youtube.com/watch?v=Rgnjs9Ty2Jw

Brice Johnson (North Carolina Tar Heels)

Ce qu'on aime chez lui : Son côté "je peux faire le sale boulot mais aussi être le meilleur joueur de mon équipe". Senior chez les Tar Heels, Johnson est "NBA ready" et tourne sur un double-double de moyenne cette saison en NCAA (16.6 points et 10.6 rebonds de moyenne), ce qui en fait un des postes 4 les plus redoutables de cette March Madness. Pas un joueur qui a connu la "hype", mais dont est sûr qu'il sera efficace et solide au plus haut niveau. Draft 2016 : Sa présence parmi les lottery-picks dépendra sans doute du parcours des Tar Heels dans le Tournoi NCAA. On ne l'imagine pas disparaître du premier tour tant il semble pouvoir être un contributeur efficace en NBA. Comparaison NBA : Taj Gibson pour le goût de la besogne et le fighting spirit. https://www.youtube.com/watch?v=He2uYSDD4v4

Malcolm Brogdon (Virginia Cavaliers)

Ce que l'on aime chez lui : Sa palette et son QI basket. Il tourne à 18 points de moyenne par match et à 41% à trois points tout en étant un passeur honnête et un formidable défenseur, peut-être même le meilleur autour du périmètre de toute cette cuvée. Autre aspect à ne pas négliger, c'est un étudiant brillant et un excellent communiquant qui fera un très bon client pour la presse US. Draft 2016 : Pour lui, tout dépendra de ce qu'il accomplira avec Virginia durant ce Tournoi. Lorsque l'on est senior, on a généralement laissé filer sa chance d'être un lottery-pick, à moins justement de briller pendant la March Madness. De bonnes prestations et une présence, au minimum, dans l'Elite Eight lui permettrait d'être possiblement dans les 20 premiers appelés par Adam Silver au mois de juin. Comparaison NBA : Thabo Sefolosha. https://www.youtube.com/watch?v=ru80y0ajamQ

Isaiah Whitehead (Seton Hall Pirates)

Ce que l'on aime chez lui : Son côté ex-starlette en rédemption.  Il a presque complètement disparu des radars après avoir été l'une des vedettes du pays lorsqu'il était au lycée. Au point qu'aucun des sites de référence ne l'annonce ne serait-ce qu'au second tour de la prochaine Draft... La raison principale de ce désamour est son choix d'avoir rejoint la petite fac de Seton Hall pour rester près de sa famille et la blessure qui a sérieusement tronqué sa saison freshman. Cela dit, il a presque hissé à lui seul les Pirates jusqu'au Tournoi NCAA et on attend de voir ce qu'il réserve aux adversaires qui auraient oublié qu'il était l'un des guards les plus talentueux de sa génération... Draft 2016 : Une campagne réussie durant la March Madness pourrait lui permettre de revenir en grâce auprès des scouts NBA. Si ce n'est pas le cas, Whitehead patientera une saison de plus en espérant retrouver une cote décente et intégrer une ligue qui lui semblait promise il n'y a pas si longtemps. Comparaison NBA : Lance Stephenson et pas seulement parce qu'ils ont fréquenté la Lincoln High School de Brooklyn tous les deux. https://www.youtube.com/watch?v=isuF7yvyCko

Jakob Poeltl (Utah Utes)

Ce que l'on aime chez lui : C'est un protecteur de cercle comme on en fait de moins en moins et sa vitesse de déplacement pour un type de 2m13 est assez sidérante. Si la mode est aux intérieurs qui étirent le jeu et shootent, l'Autrichien est une arme terrifiante pour Utah dans la peinture et exclusivement dans la peinture, aussi bien en attaque qu'en défense. Rares sont les universitaires qui ont défendu efficacement sur lui et beaucoup d'entre eux ont pris le bouillon de l'autre côté du terrain. Jahlil Okafor, aujourd'hui aux Sixers, a pris très cher lors du dernier Tournoi NCAA et cauchemarde encore sur Poeltl... On est curieux de voir jusqu'où il est capable d'emmener les Utes dans ce Tournoi NCAA. Draft 2016 : En quelques mois, il a effectué un bond important dans toutes les mock drafts et est passé d'une fin de 1er tour à une place très probable dans le top 10. Comparaison NBA : Andrew Bogut sans le fighting spirit australien mais avec un bien meilleur footwork. https://www.youtube.com/watch?v=oW56m_T-8wY

Troy Williams (Indiana Hoosiers)

Ce que l'on aime chez lui : Ses qualités athlétiques. Williams respire la performance et les exploits physiques comme peu de joueurs en NCAA. Rebondeur féroce pour un poste 3, le Hoosier est également adroit à la finition et a un shoot tout à fait acceptable qui se développera avec le temps. Son énergie débordante a propulsé Indiana au sommet de la Big Ten et donné beaucoup d'espoirs aux Hoosiers à l'approche du Tournoi. Il a un petit côté "ça passe ou ça casse" qui égayera quelques rencontres de son équipe durant cette March Madness. Draft 2016 : Il a initialement prévu de ne se présenter à la Draft qu'en 2017, mais on peut supposer que ce désir peut être modifié par un appel du pied insistant de certaines franchises NBA après le Tournoi NCAA... Autre petit souci qui n'en fera probablement pas un lottery-pick : il a été suspendu pour consommation de marijuana durant la saison... Comparaison NBA : Gerald Wallace. Même gabarit (2m01), même poste (small forward) et même intensité à la limite du raisonnable. https://www.youtube.com/watch?v=04wFrTvlDVY  
Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest