Memphis s’est fait un Suicide Squad

Le recrutement des Memphis Grizzlies avant la deadline est à peu près aussi flippant qu'intrigant. Un cocktail explosif !

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
Memphis s’est fait un Suicide Squad
On a beaucoup parlé des joueurs qui ont quitté les Memphis Grizzlies à l'approche de la deadline. Normal, puisque Jeff Green et Courtney Lee étaient deux membres importants de la rotation et qu'on a clairement identifié ça comme une résignation par rapport à leurs chances de faire du grabuge cette saison. Mais parlons une minute de ce qu'a récupéré David Joerger pour composer une team un peu liftée. Avec les arrivée de Lance Stephenson, Chris Andersen et PJ Hairston, la franchise du Tennessee a ajouté trois éléments au profil de têtes brûlées à un effectif qui en comportait déjà quelques uns... Mettons de côté Mike Conley et Marc Gasol, deux modèles de professionnalisme et qui ne paraissent même pas capables de faire de mal à une mouche, et imaginons un peu ce à quoi pourraient ressembler les Grizzlies sur certaines séquences. On pourrait parfaitement se retrouver, si Joerger en a envie, avec le 5 suivant : Lance Stephenson à la mène, Tony Allen à l'arrière, Matt Barnes à l'aile, Zach Randolph au poste 4 et Chris Andersen sous le panier, avec en 6e homme, PJ Hairston (dont le potentiel de folie est sous-coté, lui qui a mis un lycéen KO dans un match d'exhibition après sa Draft...). Autant dire un cocktail agressif, musclé, dur sur l'homme et complètement gangsta. Pas sûr que ça permettre à Memphis de remporter des matches, mais on peut être certains que les adversaires n'oseront pas jouer avec la fleur au fusil contre cette bande de fêlés qui nous fait un peu penser au Suicide Squad de DC Comics (le film sort en août prochain avec Will Smith, Jared Leto et Margot Robbie - coeur avec les doigts -)

Lance Stephenson aka Captain Boomerang

Son super-pouvoir : Tout ce qu'il tente peut potentiellement lui revenir en pleine gueule. Son pedigree de super-vilain : violence domestique couverte par les Pacers lors de sa première saison en NBA, bouffonneries en tout genre pendant les matches, perte totale de ses talents de basketteur depuis sa signature à Charlotte et son passage chez les Clippers. Chances qu'il saborde l'équipe : 8/10 - Les Grizzlies ont dit qu'ils allaient lui filer pas mal de temps de jeu. Donner trop de liberté à "Born Ready", c'est l'encourager à imploser.

Chris Andersen aka El Diablo

Son super-pouvoir : Violenter et effrayer les intérieurs adverses avec ses tatouages jusque sur la tronche. Son pedigree de super-vilain : Exclu de la NBA en 2006 pendant deux ans pour consommation de drogues dures. Chances qu'il saborde l'équipe : 1/10 - A Miami, tout le monde l'a décrit comme un coéquipier modèle. Depuis sa cure de désintox il y a 9 ans, le Birdman est un peu plus peace.

Matt Barnes aka Le Joker

Son super-pouvoir : fomenter des coups de traître pour se venger de l'injustice de la vie. Son pedigree de super-vilain : des embrouilles à répétition sur le terrain depuis le début de sa carrière et, son chef d'oeuvre, une virée en pleine prépa estivale pour aller casser la gueule de Derek Fisher, coupable de fréquenter son ex-femme. Chances qu'il saborde l'équipe : 7/10 - Barnes est souvent apprécié par ses petits camarades, mais il a toujours en lui ce sentiment que les autres ne le méritent pas. Prudence, donc...

Zach Randolph aka Deadshot

Son super-pouvoir : Un tir à mi-distance d'une précision mortelle. Son pedigree de super-vilain : Une droite sur le bad boy Ruben Patterson à l'entraînement à l'époque des Jailblazers de Portland. Puis quelques années de gâchis de son talent, faute d'une hygiène de vie modèle. Chances qu'il saborde l'équipe : 4/10 - Z-Bo a encore en travers de la gorge les doutes de la direction sur la pertinence de lui faire signer un nouveau contrat et sa relégation provisoire sur le banc en cours de saison. Attention à ce que personne ne le chauffe pendant un scrimmage...

Tony Allen aka Katana

Son super-pouvoir : Intestable au corps à corps malgré un calme apparent. Il dévore au passage l'âme de ses adversaires. Son pedigree de super-vilain : Une patate exceptionnelle sur OJ Mayo, 5 cm de plus, qui refusait de lui payer une dette de jeu. Il a aussi fait cauchemarder Kobe Bryant avant et après chacun de leurs affrontements. Chances qu'il saborde l'équipe : 5/10 - Le "Grindfather" est un cadre respecté de l'équipe et se tient généralement à carreau. Mais la frustration de ne toujours pas avoir été désigné meilleur défenseur de l'année et les résultats décevants des Grizzlies pourraient faire ressortir son côté obscur.

La bande annonce de Suicide Squad

https://www.youtube.com/watch?v=WsfDNPFfxYM    
Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest