Oscar Robertson : « A la place de Melo, je partirais »

S'il était à la place de Carmelo Anthony, Oscar Robertson ne se poserait pas de questions. Il quitterait les New York Knicks.

Yann LachendrowieczPar Yann Lachendrowiecz  | Publié  | BasketSession.com / NEWS
Carmelo Anthony déclarait il y a quelques jours vouloir être courtisé comme Dwight Howard l'avait été l'été dernier lorsqu'il était devenu free agent. Pour l'instant, seules les rumeurs incessantes autour du futur de l'ailier des Knicks rappellent les dernières semaines d'un Dwightmare interminable qui avait rythmée la dernière free agency. Et alors que nombreux sont ceux qui semblent avoir une idée très précise de quel serait le meilleur choix pour Melo, Oscar Robertson s'est exprimé à son tour sur les ondes de SiriusXM NBA Radio. En réponse à Spike Lee qui lui demandait ce qu'il déciderait à la place du scoreur new-yorkais, l'ancien MVP a expliqué pourquoi il quitterait Manhattan.
« Aujourd’hui, je partirais. Laissez-moi vous dire pourquoi. Quand il était à Denver qui faisait tourner la balle et qui quand elle avait besoin d’un panier, envoyait le ballon vers Carmelo. Quand il shootait, on disait qu’il shootait trop. Mais quand il ne tirait pas, on disait qu’il ne prenait pas assez de shoots. Quoi qu’il fasse à New York, les gens vont le critiquer alors qu’il y a des gars aux Knicks qui ne peuvent pas jouer et qui sont blessés tout le temps. »
Le Hall of famer fait certainement allusion à Amar'e Stoudemire ou d'Andrea Bargnani, souvent absents cette saison en raison de blessure mais dont les contrats pèsent lourdement dans la masse salariale des Knicks. Et si tout Big Apple attend désormais que Phil Jackson fasse des miracles en construisant dès la saison prochaine une équipe compétitive autour de Melo, Oscar Robertson reste sceptique quant à l'influence que pourrait avoir le Zen Master sur la décision de Carmelo Anthony.Pire, il conseille même à l'ancien Nugget de faire ses valises et d'opter pour une équipe comme les Houston Rockets avec qui « il pourrait tout gagner ».
« Permettez-moi de poser la question : A quand remonte la dernière fois que Phil Jackson a joué. Je pense que Phil est très fort d’avoir obtenu un job à 12 millions de dollars. Bien joué. Prends l’argent et cours. Si j’étais Carmelo Anthony, je dirais : ‘Ecoutez, je ne vais pas rester ici et encaisser toutes ces critiques. Il y a des gars ici qui gagnent 12, 15, 16 millions de dollars et qui ne font rien alors que je tourne à 28, 29 points par match. »
 
Afficher les commentaires (17)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest