A Philadelphie, le tanking, c’est fini

Si les Philadelphie Sixers n'ont jamais avoué publiquement leur entreprise de tanking, éthique oblige, ils admettent chercher à désormais gagner des matches.

BasketSessionPar BasketSession  | Publié  | BasketSession.com / NEWS
A Philadelphie, le tanking, c’est fini
Brett Brown, le coach des Philadelphie Sixers, a pointé du doigt la principale différence entre les trois dernières saisons et l'exercice à venir pour son équipe.
"Tout le monde veut gagner des matches maintenant", a déclaré l'entraîneur au Philadelphie Inquirer.
Un commentaire qui reviennent à confesser, en quelque sorte, que la victoire n'était clairement pas l'un des objectifs - et même au contraire - des Sixers lors des saisons précédentes. Ce n'est pas un scoop. Le projet de reconstruction mené par Sam Hinkie s'appuyait principalement sur la draft, sur l'accumulation d'assets et sur l'espoir de mettre la main sur une superstar en devenir. Après deux ratés (troisièmes choix en 2014 et 2015), Philly a fini par récupérer le premier pick de la draft et a donc choisi le très talentueux Ben Simmons. Si le tanking est vieux comme la loterie, c'est un mot tabou lorsque les dirigeants s'adressent à la presse. Il est remplacé par la notion de "développement des jeunes joueurs". Mais ce développement, justement, n'est pas incompatibles avec l'envie de gagner, la preuve, c'est toujours la mission principale des Philadelphie Sixers plus ambitieux mais patients.
"On va doucement commencer à voir ce que ces gars-là peuvent devenir en NBA. Du genre : 'wow, imaginez Joel Embiid dans deux ou trois ans'", poursuit Brett Brown.
Les Philadelphie Sixers ont essayé de gagner le moins de matches possibles pendant trois saisons. Ils essayeront désormais de faire de leur mieux, même si l'effectif limité ne devrait pas non plus permettre à la franchise de gagner plus de 25 matches (allez 30, au mieux).  
Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest