Que doit faire Domantas Sabonis pour être enfin respecté ?

Que doit faire Domantas Sabonis pour être enfin respecté ?

Domantas Sabonis a beau poser des stats indécentes tous les ans, il reste encore sous-coté par le grand public et les médias.

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus

Domantas Sabonis est d'ores et déjà l'un des meilleurs intérieurs à avoir jamais porté le maillot des Sacramento Kings. Sa place sera déterminée dans quelques années, lorsque l'on saura s'il a pu participer à des campagnes de playoffs aussi belles que Chris Webber ou Vlade Divac. Sur le plan des statistiques, celui qui fêtera ses 28 ans en mai prochain fait un chantier incroyable depuis quasiment le début de sa carrière en NBA et n'a pas baissé de pied entre son aventure avec les Pacers et celle chez les Kings, débutée en 2022. Sabonis est un métronome, ni plus, ni moins.

Tous les soirs, Mike Brown sait ce que le Lituanien va lu apporter : des points, des rebonds, du playmaking et de la personnalité. Actuellement, le fils du cultissime Arvydas est lancé à la poursuite de la plus longue série de double-doubles consécutifs en NBA depuis 40 ans détenue par Kevin Love (53). Et "Domas" ne fait que dans le point et le rebond, même s'il est sur sa 6e saison de rang avec au moins 18 points et 12 rebonds de moyenne. L'ancien intérieur de Gonzaga est aussi une machine à triple-doubles ! Après avoir signé son 21e TD de la saison la nuit dernière contre Toronto, Domantas Sabonis est déjà aux portes du top 10 all-time en la matière avec 52 matches en 3D, à 7 longueurs seulement de Larry Bird.

Pourtant, il est probablement le joueur actuel avec le plus faible ratio production/exposition médiatique. Que les médias ne s'intéressent pas trop à lui est une chose, mais le symptôme est le même chez les fans et les acteurs de la ligue. Le fait qu'il ne soit pas All-Star cette saison alors que son équipe est fréquemment dans le top 5 à l'Ouest, en est la preuve. Les statistiques ne font pas tout, fort heureusement. Mais on ne peut même pas dire que Sabonis fait des stats dans le vent ou pour rien. Encore une fois, son équipe est compétitive et c'est en partie grâce à lui et au tandem qu'il forme avec De'Aaron Fox.

Alors, que doit faire Domantas Sabonis pour que l'on parle plus de lui et que son CV compte plus de sélections au All-Star Game et autre chose qu'une simple All-NBA Third Team ?

Jouer dans un gros marché... ou espérer que Sacramento devienne plus populaire

Les Kings commencent seulement à entrevoir la lumière après des années de purgatoire. Ils ont une équipe compétitive, spectaculaire et un gimmick cool avec le laser déployé lors des matches à domicile. Les imaginer trader un joueur aussi productif et efficace que Sabonis serait presque injuste. Pourtant, en admettant que Sacramento stagne et n'arrive pas à passer le 1er tour des playoffs, il faudra réfléchir à des ajustements. Et pour passer un cap vraiment significatif, seuls le Lituanien et De'Aaron Fox ont le profil pour rapporter gros. On va partir du principe que Monte McNair ne veut pas se séparer de Domantas Sabonis. Pour que ce dernier soit plus respecté, il faut qu'il accompagne ses Kings vers une progression encore plus significative et devienne une équipe qui ne manque plus jamais les playoffs. On sait à quel point c'est compliqué à l'Ouest, mais les atouts sont là. En faisant de Sacramento "the place to be" en Californie à côté des monstres de Los Angeles et San Francisco, la popularité des joueurs des Kings augmentera probablement.

Progresser encore en défense

Domantas Sabonis n'est pas un paresseux ? Il a simplement, depuis le début de sa carrière, certaines limites en défense et encore trop fréquemment ciblé par les adversaires. Récemment, on a vu Jaime Jaquez Jr et Bam Adebayo festoyer en l'attaquant jusqu'à plus soif. Malgré une composition physique robuste et la présence d'efforts, le Lituanien n'a pas la capacité à vraiment dissuader près du cercle ou à inspirer la crainte. S'il était en plus au-dessus de la moyenne en défense, on parlerait alors d'un top 10 player incontestable en NBA et d'un joueur qu'il serait impossible d'ignorer.

Se vendre plus et se vendre mieux

Domantas Sabonis a les codes de la culture américaine. Il y est né (à Portland, quand son père y jouait), y a grandi jusqu'à l'âge de 8 ans, y est revenu pour y faire sa formation à la fac de Gonzaga, et y vit pleinement en tant qu'athlète professionnel depuis 2016 et sa Draft par le Thunder. Aux yeux des gens, il n'est pourtant qu'un Européen discret de plus, pas très intéressé par les spotlights et l'attention médiatique. Le fait de ne pas avoir voulu surfer sur la célébrité de son père peut expliquer cette relative retenue. On n'a pas vraiment lu ou vu de sujets consacrés à "Sabas", pour mieux le connaître et aider le grand public et les observateurs à s'attacher davantage à lui. Apprécié partout où il est passé, le joueur de 28 ans dit rarement un mot plus haut que l'autre et n'est pas dans la culture de la punchline ou du bon mot. En s'ouvrant d'avantage et en exprimant sa frustration devant ce que l'on pourrait considérer comme un manque de respect, Sabonis gagnerait probablement en exposition.

Rien

Si ce n'est pas dans sa nature de rechercher l'exposition, si les Kings restent un peu confidentiels et si l'envie de McNair est de tenter le coup avec ce groupe tel qu'il est construit aujourd'hui, on ne peut décemment pas demander grand chose de plus à Domantas Sabonis. Si on considère que De'Aaron Fox est le franchise player, alors Sabonis est le lieutenant. Et qui, aujourd'hui, en NBA, peut se targuer d'être un lieutenant plus fort que lui, qui ne manifeste pas un ego surdimensionné et est tourné vers le collectif ? C'est peut-être ça, l'étiquette que devrait réclamer le plus Domantas Sabonis.

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest