Randy Wittman : “Je ne sais même plus qui faire jouer”

Les Wizards n'ont toujours pas ouvert leur compteur cette saison au grand désespoir de leur entraîneur.

Yann LachendrowieczPar Yann Lachendrowiecz  | Publié  | BasketSession.com / NEWS
Randy Wittman : “Je ne sais même plus qui faire jouer”
Washington n'a toujours pas gagné le moindre match et reste aujourd'hui la seule équipe de la NBA a être vierge de tout succès depuis le début de la saison. Une situation qui commence à faire sérieusement déprimer Randy Wittman, impuissant devant l'incapacité de ses joueurs à faire basculer un match en leur faveur.
« Je regarde notre roster et, si j'avais un portable quand je suis sur le banc, j'appellerai la ligne directe du service des joueurs qui ont été coupés pour essayer de trouver quelqu'un », a déclaré le coach des Wizards au Washington Post après le nouveau revers subi lundi soir par ses joueurs face à Indiana.   « Franchement, en ce moment, je cherche désespérément quelqu'un qui puisse m'apporter de la constance. »
En l'absence de cadres comme John Wall et Nene qui devrait lui signer son retour ce soir, Wittman confesse qu'il a même des difficulté à choisir des titulaires capables de donner un élan de révolte à son équipe.
« Je ne sais pas qui faire débuter, qui faire jouer, qui ne pas aligner. C’est la confusion entre les différents joueurs. Dans ce groupe, il n’y a pas de cohérence. »
Et comme toute équipe qui doute, les Wizards accumulent les erreurs et les mauvais choix. Conséquence, leur réussite aux tirs est en chute libre, en témoigne le calamiteux 35,6% (31/87) affiché aux shoots lors du dernier match contre Indiana.
« Je sais qu’on va me demander pourquoi ils ont fait ça. Mais je ne sais pas. Je ne sais pas… », ajoute un Wittman de plus en plus dépité par les prestations de son équipe.   « Quand vous hésitez et que vous pensez à vos actions, vous ne pouvez pas prendre les bonnes décisions. »
Quoi qu'il en soit, le coach de Washington est embarqué dans la même galère que ses joueurs et il les soutiendra jusqu'au bout même s'il voit de moins en moins de raisons d'y croire.
 « Ils peuvent gagner. Je n’ai aucun doute là-dessus. Tous les jours je me lève en me disant que ça va être le bon soir. Je le sens bien. Je dois être débile, mais je crois en eux, réellement. »
Afficher les commentaires (13)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest