Spencer Dinwiddie, l’inconnu qui va relancer Detroit

Le rookie Spencer Dinwiddie fait l'unanimité à Detroit. Même Stan Van Gundy est séduit, ce qui tombe bien puisque l'avenir de la franchise est entre ses mains.

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
En juin de l'année dernière, quelques jours avant la Draft, on avait tenté de jouer les prophètes en vous indiquant quels joueurs de cette cuvée pourraient mériter le statut de "steals". En gros, lesquels seraient sans doute choisis trop bas par rapport à leurs qualités réelles. Il s'avère que, dans l'ensemble, on n'a pas toujours visé juste. La faute à des blessures (Rodney Hood et Mitch McGary), des performances moyennes (Shabazz Napier), à un manque de place pour eux dans le roster de leur équipe (Kyle Anderson et Nick Johnson) ou tout simplement parce qu'ils ne sont déjà plus dans la ligue (DeAndre Daniels ou Patric Young)... En revanche, l'un des joueurs que l'on avait cité est en train de faire son trou bien sagement et de poser quelques pierres pour l'avenir : Spencer Dinwiddie. Le moment est évidemment opportun pour parler du jeune meneur des Pistons, puisqu'il sort d'un match très remarqué sur le parquet de Washington. Avec 20 points, 8 passes, 4 rebonds et une interception en moins de 25 minutes, Dinwiddie s'est fait connaitre de manière assez spectaculaire du grand public samedi soir. Mais ce n'est pas seulement grâce à ce coup d'éclat que l'on croit en lui dans le Michigan. Sans une grave blessure au genou en janvier 2014, lorsqu'il portait encore le maillot des Colorado Buffaloes (l'ancienne équipe de Chauncey Billups ou d'Alec Burks), ce joueur de 21 ans aurait probablement été drafté au 1er tour lors de la grand-messe de fin de saison. S'il n'a pas évolué dans l'une des facs les plus cotées du pays, le Californien de naissance est dans les petits papiers de tous les scouts du pays depuis quelques années. [superquote pos="g"]Son genou le lâche, il consulte le doc qui a relancé la carrière d'Adrian Peterson.[/superquote]Coéquipier de DeAndre Daniels (champion NCAA avec UConn l'an dernier) dans l'équipe de la William Howard Taft High School à Woodland Hills, il fait rapidement parler de lui pour son jeu très complet et ses statistiques qui rappellent un ancien élève de l'établissement, le double champion NBA Jordan Farmar. Passeur très doué, il reçoit le John Wooden Award de l'état en 2011, en empilant également les récompenses collectives. Débarqué dans le Colorado après que les meilleures facs californiennes lui aient préféré d'autres meneurs au profil plus athlétique, il s'éclate à Boulder lors de ses deux premières saisons, et signe même un perfect contre Oregon State en saison régulière (10/10 au shoot, 8/8 sur la ligne) en plus d'autres prestations haut de gamme, profitant d'une taille élevée par rapport à la concurrence (1m98). On l'aperçoit même sous le maillot de Team USA en 2013, lors des peu médiatisées Universiades en Russie. Il tient à faire une dernière année à la fac alors qu'on vient de le nommer dans l'équipe-type de la Pac 12, mais son genou le lâche à ce moment-là et il décide de consulter l'un des meilleurs spécialistes du pays, Russ Paine, l'homme qui a permis à Adrian Peterson, selon les propres dires du running back des Vikings, d'être élu MVP de NFL en 2012. Un choix judicieux, puisqu'il lui évite une convalescence trop longue et le conseille sur l'attitude à adopter dans les prochaines années. [superquote pos="d"]"Il est formidable. Tout ce qu'il fait est intelligent et réfléchi". Stan Van Gundy.[/superquote]La suite, c'est une sélection en 38e position par les Pistons lors de la dernière Draft, et des aller-retours en D-League faute de place pour lui dans l'effectif. Brandon Jennings et DJ Augustin sont des joueurs difficiles à bouger d'une rotation et ce sont finalement la blessure du premier jusqu'à la fin de la saison et le trade du second vers Oklahoma City qui lui permettent de faire mieux que de la figuration. Si Reggie Jackson, arrivé du Thunder, a les clés en main, Dinwiddie montre de belles choses dans un rôle de doublure et parfois même de second arrière. L'intéressé connait mieux les systèmes que quiconque et fait preuve de beaucoup de maturité à chaque fois que son coach le sollicite. Sans s'arrêter sur ses stats, Stan Van Gundy parle de lui en des termes très élogieux :
"Il est formidable. Tout le monde a remarqué sa progression depuis le début. Je lui ai confié les rênes de l'équipe contre Chicago, face à Derrick Rose, et j'ai adoré son approche. Tout ce qu'il fait est très intelligent et réfléchi. Je suis ravi de ce qu'il est en train de montrer".
S'ils lui ont caché ses affaires pour l'embarrasser devant les journalistes qui attendaient sa réaction après son superbe match à Washington, les coéquipiers de Spencer DInwiddie tiennent leur jeune partenaire en très haute estime. Le son de cloche est très positif, qu'il provienne de Reggie Jackson ou du vétéran Caron Butler.
"Il n'y a pas grand chose que Spencer ne sache pas pas faire. Dès qu'il parviendra à jouer en confiance et libéré à chaque fois, il sera très fort. Il doit comprendre qu'on commet forcément des erreurs quand on joue au basket. Mais dès qu'il est agressif, il provoque des choses dans notre jeu", explique Jackson.
"On ne peut qu'aimer des gars comme ça qui ont une bonne personnalité et sont agréables à vivre. Tout le monde a une bonne opinion de lui parce qu'il a un coté naturellement bon. C'est un garçon curieux et qui pose constamment des questions et veut donner son opinion", poursuit Butler.
Amené à voir son temps de jeu augmenter d'ici la fin de la saison, Spencer Dinwiddie a ce qu'il faut pour faire partie de l'avenir de la franchise. Qu'ils aillent en playoffs ou non cette saison, les Pistons possèdent un noyau de jeunes joueurs que l'on devrait voir arriver à maturité prochainement pour permettre à Detroit de redevenir enfin compétitif à l'Est. Andre Drummond, Kentavious Caldwell-Pope, le binôme Monroe-Jackson (si les deux hommes prolongent), Dinwiddie, voilà qui pourrait redonner un peu de vie au Palace d'Auburn Hills.

Son match face à Washington

[youtube hd="0"]https://www.youtube.com/watch?v=A9_2Q4Gh9VY&utm_source=dlvr.it&utm_medium=twitter[/youtube]

Les apparitions de Spencer Dinwiddie en 2015

Date Opp. Score Min FGM FGA FG% 3PM 3PA 3PT% FTM FTA FT% Off Def Reb Ast TO Stl Blk PF Pts
Feb 28 @WAS L 95-99 24:57 8 14 57.1 1 4 25.0 3 3 100.0 1 3 4 8 3 1 0 4 20
Feb 24 CLE L 93-102 9:16 0 4 0.0 0 2 0.0 0 0 0.0 0 0 0 0 2 0 0 0 0
Feb 22 WAS W 106-89 17:43 0 6 0.0 0 3 0.0 0 0 0.0 0 1 1 7 2 0 0 2 0
Feb 20 CHI W 100-91 30:42 5 9 55.6 1 2 50.0 1 2 50.0 0 3 3 9 2 3 0 3 12
Feb 11 SA L 87-104 1:53 0 1 0.0 0 0 0.0 0 0 0.0 0 0 0 1 0 0 0 0 0
Feb 10 @CHA W 106-78 3:35 0 0 0.0 0 0 0.0 0 0 0.0 0 0 0 0 0 0 0 0 0
Feb 3 MIA W 108-91 6:32 0 0 0.0 0 0 0.0 0 0 0.0 0 0 0 2 0 0 0 1 0
Jan 31 HOU W 114-101 10:57 1 2 50.0 0 1 0.0 0 0 0.0 0 2 2 2 2 0 0 1 2
Jan 28 @PHI L 69-89 13:39 1 6 16.7 0 2 0.0 4 4 100.0 0 1 1 2 1 1 1 2 6
Jan 27 CLE L 95-103 11:54 1 3 33.3 0 1 0.0 0 0 0.0 0 3 3 3 2 0 1 0 2
Jan 25 @TOR L 110-114 10:39 1 4 25.0 0 2 0.0 0 0 0.0 0 1 1 2 0 0 1 3 2
Jan 24 @MIL L 86-101 7:02 1 3 33.3 0 1 0.0 2 2 100.0 0 2 2 2 1 1 0 0 4
Afficher les commentaires (9)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest