Victor Oladipo, le pari gagnant du Magic

Victor Oladipo a été replacé à la mène par sa franchise pour sa première année en NBA. Le plus fou ? Ça fonctionne !

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
Les dirigeants et les différents membres du staff des Orlando Magic ont une idée lumineuse pour leur nouveau joyau Victor Oladipo, drafté en deuxième position en juin dernier. L’ancien pensionnaire des Hoosiers d’Indiana est un arrière athlétique capable de détruire son vis-à-vis en défense et de scorer aisément en transition. Son tir est en progression depuis sa saison freshman en NCAA et Oladipo est présenté comme une « future star potentielle ». En revanche, son dribble et sa vision du jeu n’ont jamais été loués. Les coaches n’ont pourtant rien trouvé de mieux que de le faire basculer au poste de meneur de jeu, au moins le temps de sa première saison NBA. Quoi de mieux pour faire travailler son jeune joueur prometteur sur ses points faibles ? Dans le même temps, le Magic s’assure de ne pas gagner trop de matches afin de récupérer un « vrai » meneur de jeu de qualité lors de la draft 2014 (la franchise a des vues sur un certain Marcus Smart). Voilà le plan.
« Je n’avais joué meneur. Ça m’était peut-être arrivé quelques fois à l’entraînement à Indiana mais rien de plus », reconnaît Victor Oladipo.
Dans les faits, Victor Oladipo a d’abord débuté sixième homme du Magic, alternant sur les postes de meneur et d’arrière en fonction du cinq. Le gamin d’Upper Marlboro s’est tout de suite fait remarquer parmi les rookies – la classe 2013 étant vraiment faible – malgré sa maladresse aux shoots et ses balles perdues (3,74 par match). Oladipo est ensuite monté progressivement en puissance avant d’être bombardé dans le cinq majeur par Jacque Vaughn. Le plus souvent au poste d’arrière même s’il lui arrive toujours d’effectuer des piges à la mène. Face aux Sixers, le 3 décembre dernier, le joueur de 21 ans s’est offert son premier triple double dans la grande ligue (dans une rencontre historiqueMichael Carter-Williams a lui aussi claqué un TD).
« Cette performance (le triple double) est une conséquence de son travail depuis le début de la saison. Il veut toujours apprendre et progresser. Il veut toujours faire mieux le jour d’après. On doit lui donner beaucoup de crédit pour ça », raconte le coach.
Entre les différentes Summer League qui ont suivi la draft et le mois de décembre, Victor Oladipo a pu se perfectionner à la mène. Le travail paie.
« J’ai le sentiment d’avoir progressé, ouais », assure le principal intéressé. « Je progresse chaque jour. C’est juste l’expérience. Vous savez, l’expérience des matches, regarder des films et ajuster mon jeu. »
Contrairement à la plupart des « tops picks » qui sont mis dans les meilleures conditions possibles, Oladipo a dû changer de poste pour à son arrivée dans la ligue la plus relevée du monde.
« C’est un challenge. Mais j’ai déjà dû faire face à plusieurs challenges dans ma vie. »
A la fin de la saison, le Magic aura probablement un nouveau choix de draft haut placé. Surtout, son meilleur jeune sera nettement plus polyvalent qu’à son arrivée en NBA. Avec un peu de chance, Orlando aura même un nouveau meneur talentueux pour compléter son backcourt.
Afficher les commentaires (8)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest