Andrew Wiggins en patron, Green se réveille : Les notes du Game 5

Andrew Wiggins en patron, Green se réveille : Les notes du Game 5

Petite distribution des notes après ce Game 5 remporté par les Warriors contre les Celtics la nuit dernière.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus

Andrew Wiggins : 9/10

Eh ben mon vieux, celle-là, on ne l’avait vraiment pas vu venir. Si on nous avait dit il y a deux ans qu’Andrew Wiggins aurait un tel impact sur une finales NBA. Chapeau au Canadien. Il est plus que le facteur X de Golden State. Il est le meilleur coéquipier de Stephen Curry. Mieux encore, il a été le meilleur joueur de ce Game 5 crucial avec 26 points, 13 rebonds et des drives précieux pour apporter du scoring quand Kerr misait sur un cinq défensif. Sans oublier sa défense sur Jayson Tatum. Champion. Enfin presque.

Jayson Tatum : 6/10

Il y a eu un moment où l’on avait l’impression qu’il avait la mainmise sur le match. Tatum a fait exploser la défense des Warriors avec ses trois-points dans le troisième quart-temps. Il termine d’ailleurs meilleur marqueur de la partie avec 27 points (10 rebonds, 4 passes). Mais il s’est retrouvé sans solution dans le money time, dépassé par Wiggins. Il doit revenir encore plus fort dans le Game 6.

Stephen Curry : 4/10

Il fallait bien qu’il se calme à un moment. Curry n’a mis que 16 points en vendangeant mais son équipe a quand même gagné. 7 sur 22, 0 sur 9 à trois-points mais les Warriors ont fini par l’emporter. C’est un signe très encourageant pour les hommes de Steve Kerr. Surtout que ce n’est pas particulièrement la défense des Celtics qui a stoppé le chef. Il a eu un paquet de tirs ouverts. Il les a juste ratés.

Marcus Smart : 6/10

Tout n’était pas parfait mais Marcus Smart a quand même fait son match. Par contre, perdre quand il met 20 points… c’est mauvais signe. L’inverse du cas Curry. Le meneur des Celtics manque parfois de rigueur, aussi bien en attaque qu’en défense, mais il pose des difficultés aux Warriors en postant, en faisant parler sa puissance ou même en tirant de loin.

Klay Thompson : 6/10

De la maladresse par moment – on sent qu’il n’est pas tout à fait lui-même en attaque – mais tout de même 21 points et des paniers marqués dans des timings intéressants. Mais aussi une belle activité en défense pour provoquer des pertes de balle. Game 6 Klay arrive messieurs et mesdames.

Jaylen Brown : 3/10

Avec 18 points, 9 rebonds et 4 passes, Jaylen Brown a noirci la feuille. Mais il est quand même passé à côté de son match. Beaucoup de maladresse : 5 sur 18 aux tirs et 5 balles perdues. Il n’a pas su faire la différence dès que les Warriors l’ont orienté à gauche. Et ils l’ont fait bien plus souvent que les consignes de vote du parti présidentiel. Malheureusement pour les Celtics (et pour la République).

Draymond Green : 8/10

Son changement d’attitude change tout. Si les Warriors ont pris le large d’entrée, c’est surtout parce que Green était de suite dedans. Impliqué en défense, bien sûr, mais aussi en attaque ! Quand il score, ça libère tellement d’espaces. Il n’a même pas besoin de beaucoup marquer. Juste d’apporter du danger de temps en temps avec des drives ou des petits flotteurs. 8 points, 8 rebonds, 7 passes et 6 fautes, histoire de rester fidèle à lui-même.

Derrick White : 2/10

Inexistant. La fatigue s’installe à Boston et ça se sent chez les joueurs de devoir qui peinent à avoir un impact, à l’image d’un Derrick White un peu à l’Ouest.

Gary Payton II : 7/10

Le Facteur X. Les points du banc ont aussi fait la différence : 31 pour Golden State, 10 pour Boston. Avec 15 pions pour le fils Payton, à 6 sur 8 aux tirs. C’est un défenseur d’élite mais c’est aussi une menace permanente sur transition ou sur des coupes dans le dos de ses adversaires. Ce n’est pas un hasard s’il termine avec le meilleur différentiel du match (+16).

Robert Williams : 6/10

Il continue de peser. Mais même là, ça n’a pas suffit. N’empêche que sa présence déstabilise l’attaque des Celtics. Il est peut-être même celui qui impacte le plus le jeu offensif de Stephen Curry.

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest