Willis Reed : « Derrick Rose est un winner »

Séduit par le recrutement estival des New York Knicks, Willis Reed se déclare tout particulièrement emballé par l'arrivée de Derrick Rose à Big Apple.

Yann LachendrowieczPar Yann Lachendrowiecz  | Publié  | BasketSession.com / NEWS
Willis Reed : « Derrick Rose est un winner »
Double champion NBA avec les Knicks dans les années 70, Willis Reed attend depuis plus de 40 ans de voir une nouvelle bannière s'élever dans le hauteurs du Madison Square Garden. Et même si l'on imagine mal les hommes de Jeff Hornacek venir se mêler à la course au titre dès cette saison, le recrutement opéré cet été par Phil Jackson a de quoi redonner le sourire à des fans qui espèrent désormais voir leur équipe retrouver le haut du classement à l'Est. Une mission qui semble à priori dans les cordes de l'escouade new-yorkaise à en croire le Hall of Famer qui estime que les signatures de joueurs de la trempe de Derrick Rose et de Joakim Noah devraient permettre à l'équipe de faire enfin figure de favoris au sein de leur Conférence.
« La seule chose que je peux vous dire au sujet de Derrick Rose, c’est qu’il est un ‘winner’ », confie Reed dans un entretien accordé au New York Daily News. « S’il peut jouer 75% des matches et rester en bonne santé, vous aurez un super joueur. Il fallait que l’on améliore le poste de meneur. Et ils avaient aussi besoin de quelqu’un de plus expérimenté à l’intérieur. Je pense que c’est que Jackson a fait. »
Heureux que les Knicks aient su construire un effectif qui semble enfin compétitif, Willis Reed se déclare tout aussi séduit par la nomination de Jeff Hornacek à la tête de l'équipe.
« J’adore Hornacek. Mais ma femme ne l’aime pas car nous avions l’habitude de l’affronter quand j’étais coach à Creighton et qu’il jouait pour Johnny Orr à Iowa State. Il avait l’habitude de nous mener la vie. Elle ne l’a jamais aimé. Mais ça fait partie du passé. J’adore la manière dont il jouait. Je lui souhaite bonne chance. »
La principale mission pour l'ancien coach des Suns sera de redonner vie au collectif new-yorkais pour permettre notamment à Carmelo Anthony de partager davantage les tâches offensives avec ses coéquipiers.
« J’ai regardé Melo joué aux Jeux Olympiques. Qu’est-ce que j’aurais donné pour avoir un jeu offensif comme le sien… Laissez-moi vous dire quelque chose. Je le regarde jouer depuis son année de freshman à Syracuse. Et tous les gamins savent qu’il peut scorer. C’est une super joueur offensif. Espérons que l’équipe sera meilleure cette année. »
Un retour au premier plan des orange et bleu redonnerait en effet un peu de baume au cœur à la légende locale qui ne désespère pas de voir son équipe favorite brandir un jour à nouveau le trophée suprême.
« Vous savez, je pensais vraiment que ça allait arriver quand Patrick Ewing était là. Je pensais que cette équipe allait le faire. J’étais déçu pour lui. Il leur a manqué un joueur qui aurait été capable de faire la différence », assure la légende de 74 ans qui espère toujours voir les Knicks atteindre les sommets de son vivant. « Je serai toujours un fan. Je dis toujours aux gens qu’on ne peut pas apprécier la victoire si l’on n’a pas d’abord été un loser. J’espère que les Knicks auront l’opportunité d’y arriver. Et si ça doit arriver, le plus tôt sera le mieux… »
Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest