Quand Yao Ming était trop timide pour reprendre ses partenaires…

Dans un entretien pour The Players Tribune, le géant pivot chinois Yao Ming, désormais retraité, s’est confié sur son année rookie, livrant quelques anecdotes sympathiques.

BasketSessionPar BasketSession  | Publié  | BasketSession.com / NEWS
Quand Yao Ming était trop timide pour reprendre ses partenaires…
Le passage de Yao Ming en NBA n’a pas manqué de singularité. Sélectionné au #1 pick de la Draft NBA 2002 par les Houston Rockets, avec dans ses bagages la pression d’un pays entier, qui voyait dans ce diplodocus de 2,29 m l’avènement du basket chinois aux États-Unis, et un porte-drapeau désigné. Vous parlez d’une pression. Yao Ming aura marqué la Ligue par sa personnalité calme et introvertie, aux antipodes des habituels caractères exubérants de la NBA, son habileté pour un joueur de sa taille, sa concurrence avec Shaquille O'Neal, mais aussi par des blessures à répétition qui ont écourtées sa carrière dans la Grande Ligue. Dans un entretien sur sa si particulière année rookie (qui a notamment fait l’objet d’un long documentaire intitulé "The Year of the Yao"), Yao Ming s’est confié sur sa timidité à l’encontre de ses propres coéquipiers, à qui il n’osait pas rectifier de l’appeler par son prénom, et non par son nom.
"Tout le monde m’appelait Yao, pensant que c’était mon prénom. En Chine, nos noms de familles sont placés en premier tandis que nos prénoms sont à la fin. Pour mes amis chinois, j’étais Ming. Là j’étais juste Yao. Une fois que tout le monde a commencé à le dire de cette façon, je ne les ai jamais corrigé. J’étais trop timide", a expliqué Yao Ming sur The Players Tribune.
A noter que l’ex-pivot des Rockets, retiré en 2011, est en course pour le NBA Hall of Fame, avec notamment Vlade Divac et Toni Kukoc. Par Tom Lansard.
Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest