Il faut arrêter de banaliser Giannis Antetokounmpo

Il faut arrêter de banaliser Giannis Antetokounmpo

Impressionnantes depuis le coup d’envoi de la saison, les performances de Giannis Antetokounmpo ne sont pourtant pas assez mises en avant.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié

Giannis Antetokounmpo a planté 50 points cette nuit. Et pourtant, aucune trace de son carton en UNE d’ESPN, le géant des médias sportifs US. Sa prestation d’exception n’est pas non plus mise en avant sur d’autres sites spécialisés américains. Le double-double de LeBron James contre les San Antonio Spurs ou encore les 25 points de Carmelo Anthony pour mener les Portland Trail Blazers à la victoire passent visiblement avant l’un des matches les plus dominants de la carrière du MVP en titre. Un constat presque aussi fou que la performance du Grec hier soir. 50 points sur la défense du Jazz, l’une des plus efficaces du championnat. 50 points avec 14 rebonds et 6 passes. Son dix-septième double-double de suite. 50 points sans la moindre balle perdue en plus de 38 minutes. Fantastique.

Surtout, il a mené les Milwaukee Bucks à une nouvelle victoire (122-118). La franchise du Wisconsin est désormais bien installée en tête de la Conférence Est avec 14 victoires en 17 matches. Et pourtant c’est presque comme si c’était… normal ? Et bien ça ne l’est pas ! Que les Bucks soient attendus au sommet, d’accord. Que Giannis Antetokounmpo enchaîne les matches au très haut niveau, OK. Mais ce n’est pas une raison pour fermer les yeux sur l’excellence affichée par la jeune superstar depuis un mois.

Giannis Antetokounmpo, favori pour le doublé

Il a été élu MVP en 2019 mais il est finalement encore plus fort cette saison. Son travail de fond à trois-points commence par exemple à porter ses fruits – encore trois paniers primés cette nuit. Il est plus dominant qu’il ne l’a jamais été depuis son ascension au sommet de la hiérarchie NBA. Pourtant, la ligue continue de décerner les récompenses hebdomadaires à d’autres acteurs de la Conférence Est. C’est un détail. Le « Greek Freak » n’en a certainement rien à secouer des titres de joueur de la semaine. Mais ça montre simplement à quel point ses performances sont parfois banalisées.

Quelle est sa place dans la course au MVP depuis le début de la saison ? Il est évidemment cité à chaque fois mais combien d’analystes, nous y compris, ont mis en avant les envolées héroïques de James Harden, Luka Doncic ou LBJ tout en négligeant les sauvageries de ce bon Giannis ? 31 points, 56% aux tirs, 13,9 rebonds et 6,4 passes de moyenne. Pour lui, ça devient une habitude. Mais ça reste une ligne de statistiques irréelle. Il serait temps d’apprécier ça.

Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest