Gordon Hayward, cette fois c’est la bonne ?

Shaï MamouPar Shaï Mamou Publié

Gordon Hayward a été le meilleur joueur des Celtics contre Golden State la nuit dernière. Va-t-il enfin devenir le joueur décisif dont a besoin Boston ?

Ce n'est pas une victoire isolée après 5 défaites inquiétantes en 6 matches qui va tout faire oublier. Mais en ces temps de crise (le terme est fort, mais être 5e de l'Est pour un finaliste de Conférence avec un franchise player que l'on dit isolé, ce n'est pas anodin) tout est bon à prendre. Les Boston Celtics ont très nettement dominé les Golden State Warriors et il est donc bon de se pencher sur ce qui a bien fonctionné. Kyrie Irving a réussi à impliquer tout le monde (11 passes décisives), le banc a été prolifique (68 points sur les 128 marqués) et la défense à nouveau au niveau d'élite dont on la sait capable (95 points seulement pour les Warriors avec, notamment, Kevin Durant à 5/16). Une performance a néanmoins un peu plus marqué les esprits que les autres. Gordon Hayward, qui a plus souvent été une énigme et un handicap qu'autre chose cette saison, a inscrit 30 points à 12/16, avec 7 rebonds, 4 passes et 2 interceptions à la clé.

Des statistiques que pouvait revendiquer sans rougir "l'ancien Hayward", celui du Utah Jazz, All-Star et playmaker de l'une des meilleures équipes de la Conférence Ouest. Le Hayward post-blessure dramatique tâtonne lui depuis 5 mois, d'abord dans le cinq puis en sortie de banc, sans parvenir à retrouver sa polyvalence et son impact des deux côtés du terrain. L'espace d'un match, c'est le Hayward vintage qui a gratifié Brad Stevens de sa présence. Et ça change tout ! Les Warriors n'étaient pas d'humeur à livrer un gros combat, mais voir l'ailier de bientôt 29 ans dans ces dispositions a de quoi redonner espoir aux fans des Celtics. Personne de raisonnable ne demandera à Gordon Hayward de tourner à 30 points de moyenne jusqu'à la fin de la saison, playoffs inclus. Mais à chaque fois que l'ancien Jazzman réussit à retrouver de l'adresse offensive, le reste de sa panoplie se déploie et la victoire est généralement au bout. Sur les 11 matches où l'intéressé a marqué 15 points ou plus cette saison (sur 59 matches joués), Boston en a remporté 10. Lorsqu'il a marqué moins de 10 points, ce qui est malheureusement arrivé à 40 reprises, le bilan des Celtics est de 20-20...

L'impliquer plus, le secret de la réussite ?

Dès lors que le protégé de Brad Stevens parvient à s'exprimer de manière raisonnable en attaque, Boston n'est plus la même équipe. Une partie des problèmes collectifs affichés depuis quelques semaines pourrait en fait être résolue en trouvant le moyen de systématiquement impliquer Hayward en attaque et de lui faire retrouver l'efficacité qui était la sienne en 2016-2017, où il shootait à 47% en global et 40% à 3 points. Il prenait alors près de 16 shoots par match, ce qui paraît aujourd'hui impossible vu l'obligation de répartir les munitions entre Kyrie Irving, Jayson Tatum, Jaylen Brown, Marcus Morris et les autres Celtics en quête d'impact offensif comme l'année dernière. Mais si le volume sera moins important, l'alimenter sur des systèmes où il obtiendra des positions ouvertes ne peut qu'avoir des effets positifs.

Ce n'est pas la première fois cette saison que Gordon Hayward donne l'impression d'être sur la bonne voie. Malheureusement, la plupart de ses bonnes copies ont été suivies de bouillies indigestes (pas uniquement de son fait, c'est l'histoire de la saison des Celtics) et il n'a jamais réussi à enchaîner pour que l'on puisse clamer haut et fort que son retour est effectif. Ce coup-ci est peut-être le bon.

Si tout au long de la saison le discours d'optimisme à son égard de Brad Stevens a été tourné vers l'idée qu'Hayward ne serait à 100% qu'au moment des playoffs, le temps file. Dans un mois, Boston sera vraisemblablement engagé dans une série contre Indiana (l'état dans lequel il est né, a grandi et été à la fac) ou Philadelphie, avec l'obligation pour le natif de Browsburg de se montrer performant. La viabilité du projet de Danny Ainge avec ce groupe en dépend peut-être.

Les 30 points de Gordon Hayward vs Golden State