Jimmer Fredette avait besoin « d’un nouveau départ »

Jimmer Fredette est la pioche idéale pour les Bulls. Et Chicago est la franchise idéale pour Jimmer Fredette. Le début d'une belle histoire ?

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / NEWS
Jimmer Fredette avait besoin « d’un nouveau départ »
Bill Simmons, l’éditorialiste Grantland, a une théorie selon laquelle un joueur qui excelle dans un aspect précis du jeu trouvera toujours une franchise. Sous-entendu, à défaut d’être une star, le joueur en question fait un parfait role player. Cette théorie est d’autant plus vraie pour les shooteurs d’élite, denrées rares en NBA. Ainsi, Jimmer Fredette a beau être une sacrée déception depuis son arrivée dans la ligue – superstar et phénomène universitaire drafté en dixième position en 2011 –, il aura encore des occasions pour démontrer l’étendue de ses capacités. Coupé par les Sacramento Kings via un buyout, il suscitait même l’intérêt de plusieurs franchises candidates aux playoffs. Le meneur shooteur a finalement rejoint les Chicago Bulls, pour son plus grand bonheur.
« C’est une ville sportive. Les gens adorent les Bulls ici. L’accueil des fans était génial. J’apprécié déjà leur soutien », racontait Jimmer Fredette au Chicago Tribune après son premier match disputé sous ses nouvelles couleurs hier soir.
Privés de Derrick Rose, les Chicago Bulls ont donc confié le rôle de troisième meneur au jeune Jimmer Fredette (25 ans). Cette signature a été perçue comme un bon coup par la grande majorité des observateurs de la ligue. Effectivement, la formation de Tom Thibodeau manque cruellement de shooteurs et l’ancienne vedette de BYU affiche un très bon 49,3% de réussite derrière l’arc.
« Il va pouvoir compléter nos principaux scoreurs grâce à ses capacités aux tirs », résume Tom Thibodeau, ravi de pouvoir compter sur Jimmer Fredette pour la fin de saison et les playoffs.
Le coach des Bulls a pour réputation de faire briller les meneurs (John Lucas III, C.J. Watson, D.J. Augustin, Kirk Hinrich, Derrick Rose) et le système offensif chicagoan laisse beaucoup de liberté au porteur de balle. Alors évidemment, Jimmer Fredette ne passera pas en priorité dans la rotation mais il ne serait pas si surprenant que le Mormon claque une ou deux performances encourageantes d’ici la fin de la saison.
« Des fois vous avez juste besoin d’un nouveau départ », conclut Jimmer Fredette.
Il a désormais quelques semaines pour prouver qu’il peut effectivement se faire une place dans la ligue. Pour de bon.
Afficher les commentaires (4)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest