Skylar Diggins se lâche sur le salaire d’Harrison Barnes

BasketSessionPar BasketSession Publié

Entre Skylar Diggins, star des Dallas Wings, et Harrison Barnes des Dallas Mavericks, la différence de salaire est violente. La joueuse s'en offusque.

La différence salariale entre les joueurs NBA et leurs homologues de WNBA est de plus en plus discutée aux Etats-Unis. Certaines stars de la ligue, comme DeMar DeRozan ou Damian Lillard ont clairement milité pour une augmentation drastique des revenus chez les joueuses. Le reste fait office de majorité silencieuse. Alors que la WNBA a connu un boost en termes d'audience ces derniers mois, la situation est inchangée et quelques unes des meilleures basketteuses commencent à élever la voix. Skylar Diggins, éliminée avec Dallas mardi par le Phoenix de Diana Taurasi et Brittney Griner, a tenté une comparaison avec Harrison Barnes. A savoir le joueur le mieux payé des Mavs.

"Je suis la joueuse la mieux payée des Dallas Wings et mon salaire est à six chiffres et dans la tranche basse (115 000 dollars par an, NDLR). Harrison Barnes, qui a le plus gros salaire des Mavs, a gagné 24 millions de dollars la saison passée. Il est plus jeune que moi. Vous connaissez ses stats ? Est-ce qu'il a été All-Star ? L'année dernière, j'ai été dans le premier cinq WNBA. Et j'ai aussi été All-Star pour la troisième fois", a expliqué Diggins sur WealthSimple.com.

L'un des problèmes majeurs concerne la répartition des revenus liés aux droits télé en WNBA, différente de celle en vigueur en NBA. Les joueurs reçoivent 50% des revenus, contre 20% pour les joueuses.

"Avant même que l'on parle du salaire de base des joueuses, il faut régler cette incroyable histoire de pourcentage de revenus liés aux droits TV. Les gens disent que le basket féminin n'est pas un jeu assez intéressant, mais c'est juste pour court-circuiter la discussion. On ne touche rien non plus sur les ventes de maillots ! Les joueurs NBA touchent quelque chose. Mon maillot est l'un des cinq plus vendus depuis trois ou quatre ans en WNBA..."

Il y a effectivement encore beaucoup de travail...