5 choses que vous ne saviez pas sur Darius Garland

5 choses que vous ne saviez pas sur Darius Garland

Darius Garland fait un début de saison de grande classe avec les Cavs. On vous en dit un peu plus sur le talentueux meneur de Cleveland.

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus

Les Cleveland Cavaliers sont l'une des belles surprises du début de saison en NBA. Les Cavs sont enthousiasmants et on commence à deviner que l'avenir a des chances d'être radieux grâce notamment à deux jeunes talents : Evan Mobley et Darius Garland. On vous avait déjà parlé des petites anecdotes autour du premier, candidat évident pour le titre de Rookie of the Year. Au tour de Garland, excellent à la mène pour la franchise de l'Ohio et de plus en plus crédible pour être l'un des meilleurs point guards de la ligue d'ici quelques années.

Cette saison, Darius Garland tourne à 19.5 points et 7.2 passes de moyenne à 47% d'adresse globale, à 39% à 3 points. Si Cleveland est 7e, à seulement trois victoires de la tête de la Conférence Est après 26 matches, c'est en partie parce que Garland progresse de jour en jour et endosse avec un peu plus d'aise le costume de leader technique.

5 choses que vous ne saviez pas sur Evan Mobley

Son père est un ancien joueur NBA

Ca ne parlera pas aux plus jeunes, mais Winston Garland, le papa de Darius, a joué 7 ans en NBA pour cinq équipes différentes. Winston était meneur à Missouri State avant d'être drafté en 40e position de la Draft 1987 par les Milwaukee Bucks, qui l'ont immédiatement envoyé à Golden State. Il ainsi porté le maillot des Warriors (entre 1987 et 1990), des Clippers (1990-1991), des Nuggets (1991-992), des Rockets (1992-1993) et enfin des Wolves (1994-1995).

Le paternel du point guard des Cavs était loin d'être un basketteur ridicule puisqu'il a bouclé une saison à plus de 14 points de moyenne avec les Warriors et même un triple-double à son actif. Avant sa dernière année en NBA avec Minnesota, Winston Garland a joué un an en Italie, au Benetton Trévise, avec lequel il a remporté la Coupe d'Italie.

Winston a rapidement compris que son fils avait le talent pour faire carrière. Lorsque Darius a été courtisé par l'équipe AAU de Brentwood, ses parents ont immédiatement décidé de quitter l'Indiana pour s'installer dans cette ville du Tennessee. Un bon choix, puisque Darius a été immédiatement considéré comme l'un des meilleurs prospects américains à son poste dès le lycée.

Son surnom lui vient d'un talent hors basket

Vous ne le saviez peut-être pas, mais Darius Garland est surnommé "Boog" par ses proches, ses amis et ses coéquipiers. La raison est simple : Garland est un danseur hors-pair qui n'hésite jamais à faire la démonstration de son talent, que ce soit pour danser le boogie ou autre chose. La NBA a peut-être déjà trouvé le successeur d'Iman Shumpert, victorieux il y a quelques jours, pour un futur Danse avec les Stars...

Sur le terrain, ce sont plutôt les autres qui dansent lorsque Darius Garland manie le ballon.

Il vient du même bled que le King of Pop

S'il est doué en danse, Darius Garland, c'est peut-être parce que quelque chose dans l'air de la ville de Gary, dans l'Indiana, donne le gène du mouvement grâcieux à celles et ceux qui y naissent. Quarante-deux ans avant que le petit Darius ne naisse, l'hôpital principal de cette ville de 69 000 habitants - donc à peine moins que Charleville-Mézières - un certain Michael Jackson y voyait le jour.

Le talent de l'autre MJ l'a rapidement mené, sa famille et lui, loin de la bourgade du Midwest, comme Darius Garland finalement... On lui souhaite la même réussite professionnelle, mais pas la même vie, bien évidemment.

Kevin Love est son mentor

Kevin Love n'est sans doute plus le joueur qu'il était et son contrat rend parfois sa présence à Cleveland un peu embarrassante. Néanmoins, l'ancien intérieur All-Star ne sert pas de plante verte dans la franchise de l'Ohio. Outre quelques apparitions intéressantes ces dernières semaines sur le terrain, le champion NBA 2016 est très investi auprès de certains jeunes joueurs, particulièrement Darius Garland.

Ce dernier parle de Love avec beaucoup de respect et d'admiration.

"C'est incroyable et un plaisir de l'avoir autour de moi. Je l'appelle "my big vet". Il est le patron ici. Il a gagné un titre, a été aux Jeux Olympiques et des sélections au All-Star Game. Kevin a tout fait. On essaye tous de lui demander des conseils, moi en particulier. Je vais souvent manger avec lui et on discute énormément.

Lors de ma saison rookie, il m'a dit de toujours rester agressif. Il me le répète à chaque shootaround. Il veut que je joue mon jeu".

Le conseil a été suivi à la lettre depuis la saison dernière où le meneur de 21 ans prend une dimension impressionnante. Conserver Kevin Love n'aura pas été vain si ce dernier facilite effectivement l'éclosion du joyau drafté avec le 5e pick en 2019.

Son GOAT personnel n'est pas Michael Jordan

Darius Garland est né en 2000. Il n'a donc jamais vu jouer Michael Jordan ou d'autres icônes de la ligue qui ont évolué avant lui en live. Son joueur préféré, et donc celui qu'il considère comme le plus fort de tous les temps, a une certaine filiation avec MJ.

"Ma famille et moi avons toujours été d'immenses fans de Kobe Bryant, c'est mon joueur préféré", disait-il en 2019 à Lakers Nation, quelques mois avant la disparition tragique du Black Mamba.

A l'époque où il avait encore le droit de le dire, Garland avait d'ailleurs expliqué que jouer pour les Lakers serait un rêve. Il se trouve que Los Angeles avait justement le 4e pick de la Draft 2019 et aimait beaucoup Garland, mais ce pick a servi à compléter le trade pour Anthony Davis...

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest