5 choses que vous ne saviez pas sur Evan Mobley

5 choses que vous ne saviez pas sur Evan Mobley

Evan Mobley fait un début de carrière très remarqué en NBA. Voici 5 choses à découvrir sur le rookie des Cleveland Cavaliers.

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus

Evan Mobley est l'une des sensations du début de saison en NBA. Le rookie des Cleveland Cavaliers, drafté en 3e position en 2021, est déjà l'un des grands favoris pour remporter le titre de Rookie of the Year. Ses performances dans l'Ohio contribuent énormément à la place des Cavs dans le top 8 pour le moment.

Mais saviez-vous déjà tout du jeune Californien, auteur en moyenne de 13.3 points, 8.2 rebonds et 1.3 contre ?

Il ne voulait pas jouer au basket

Evan Mobley vient d'une famille de basketteurs, entre son père Eric, joueur professionnel aux quatre coins du globe (Chine, Mexique, Indonésie et Portugal notamment), sa mère Nicol, enseignante avec un passé d'intérieure en high school à San Diego et son frère aîné Isaiah, junior à USC.

Pourtant, là où beaucoup de gamins issus de tribus aussi orientées basket ont toujours rêvé de NBA, faire carrière dans le basket n'a pas toujours été une évidence pour lui. Dans les camps d'été, Evan n'était pas fréquemment retenu parmi les meilleurs, au contraire de son frère. Sur le terrain, il ne montrait pas un enthousiasme débordant, conscient que sa taille lui donnait un avantage mais aussi qu'il existait d'autres choses que le sport dans la vie.

"Je me souviens dans les catégories de jeunes, je n'avais pas vraiment envie de jouer. Je remontais le terrain sans forcer, en sachant que j'étais meilleur que la plupart des autres gamins. Le basket ne me plaisait pas plus que ça et c'est venu progressivement", racontait-t-il chez The Undefeated.

Que les fans des Cavs se rassurent, Evan Mobley adore le basket aujourd'hui. Il suffit de le voir sur un terrain pour le comprendre.

Jalen Green en délicatesse, Evan Mobley brillant : Le point sur les premières des rookies

Ses formateurs l'ont comparé à Giannis, KD et... Mozart

L'un de ses coaches en AAU du côté de Compton, Etop Udo-Ema a vu passer un paquet de jeunes talentueux issus de Californie. Pourtant, avant même qu'il ne soit considéré comme un lottery pick, ce dernier voyait en lui un cocktail explosif avec un goût de gloire.

"J'ai dit qu'Evan Mobley était un talent générationnel et je maintiens. Il est une sorte de mix entre Giannis Antetokounmpo et Kevin Durant au niveau de son jeu. C'est un défenseur capable de changer le cours d'un match. Je coache depuis 30 ans et je pense que c'est le meilleur prospect que j'ai vu passer".

Ray Barefield, son coach en high school, est allé plus loin et un peu plus dans l'originalité.

"Je comparais Evan à Mozart parce que tout lui vient incroyablement naturellement. La plupart du temps, avec des gamins qui sont déjà à la fac, il faut 30 ou 40 répétitions pour qu'ils maîtrisent quelque chose. Il suffit de montrer quelque chose à Evan une ou deux fois et c'est parfait".

C'est peut-être pour ça que ses parents lui ont acheté un piano quand il était plus petit... Il a toutefois vite oublié ses leçons et a préféré passer plus de temps sur les terrains de basket, ce qui est une bonne chose pour les fans.

Seul Anthony Davis a fait aussi bien que lui à la fac

Difficile de faire plus précoce et expéditif qu'Anthony Davis à la fac. Lors de sa seule saison universitaire, "Unibrow" a été sacré champion NCAA dès son année freshman avec les Kentucky Wildcats de John Calipari. Là-dessus, impossible pour Evan Mobley de faire aussi bien collectivement, même s'il a montré de belles choses avec les USC Trojans.

En termes de récompenses individuelles, en revanche, Mobley a marché dans les pas de la star des Los Angeles Lakers. En 2012, Davis a été nommé meilleur joueur de sa conférence, meilleur défenseur de l'année en NCAA et Freshman of the Year. Le seul autre joueur d'une conférence majeure à avoir réussi cet exploit avec ces trois mêmes distinctions ? Evan Mobley.

On lui souhaite évidemment de finir avec un palmarès digne de celui de "AD", même si sa présence dans les 75 meilleurs joueurs de l'histoire de la NBA n'a pas satisfait tout le monde.

Filez-lui un Rubik's Cube et observez

Avant de se dédier complètement au basket, Evan Mobley se considérait - et se considère toujours un peu - comme un nerd, fan hardcore de puzzles et d'énigmes en tout genre. L'un de ses favoris ? Le Rubik's Cube, qui reste infaisable pour beaucoup d'êtres humains n'ayant pas compris le mécanisme. Evan l'a maîtrisé assez rapidement, ce qui va bien dans le sens de ce que disait son coach sur ses capacités d'apprentissage.

Il n'est peut-être pas encore au niveau de l'ancien Warriors et Monégasque Aaron Craft en matière de Rubik's Cube, mais on veut bien le voir se lancer dans un challenge.

Il n'a rien à voir avec Cuttino Mobley

Certes, Evan Mobley vient d'un clan pour lequel tout ou presque tourne autour du basket, mais Cuttino Mobley n'en fait pas partie. Les fans qui ont grandi dans les 90's et 2000's se souviennent sans doute de l'arrière des Houston Rockets, beau scoreur et gros shooteur, que ce soit au Texas ou lors de ses passages à Orlando, Sacramento et Los Angeles. On l'a aussi vu être co-capitaine de l'équipe Power en 2017, dans la BIG3 League.

Même à 46 ans, Cuttino shoote a priori mieux que Evan, qui est à 2/10 à 3 points après 9 matches en NBA. Mais encore une fois, la capacité du rookie des Cavs à progresser très vite pourrait bien changer cette donnée...

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest