Brooklyn, bienvenue au zoo

Intraitables dans leur salle, les Brooklyn Nets ont assuré cette nuit leur qualification en playoffs. Ils espèrent bien y avoir un rôle à jouer.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
Brooklyn, bienvenue au zoo
Le quartier new-yorkais de Brooklyn s’est un peu « embourgeoisé » depuis quelques années et il n’est plus déconseillé d’y passer faire un tour si vous avez la chance de passer par la grosse pomme. En revanche, le Barclay Center n’est pas une destination apprécié des franchises NBA. L’antre des Brooklyn Nets est en passe de devenir une forteresse difficile à prendre d’assaut. Pour preuve, les guerriers de Jason Kidd y ont remporté 26 de leur 37 matches disputés à domicile, un bilan flatteur quand l’on se remémore le début de saison catastrophique des New-yorkais. Même les Houston Rockets – certes privés de trois titulaires – ne sont pas parvenus à s’imposer sur les terres hostiles de Brooklyn. Avec une nouvelle victoire à la maison cette nuit, les Nets se sont désormais officiellement qualifiés pour les playoffs.
« On était attendu en playoffs, ce n’est qu’une étape de plus », tempère Paul Pierce au New York Post. « Nous sommes heureux de notre qualification mais ce n’est pas notre objectif final. »

Le retour des lions indomptables

Les Brooklyn Nets reviennent de loin. Après un début de saison cauchemardesque, on pensait la franchise favorite pour le trophée du plus beau flop de la saison. Nouveaux riches, les New-yorkais ont touché le fond lorsque Brook Lopez s’est à nouveau blessé. Out pour toute la saison. Et pourtant, quelques mois plus tard, Joe Johnson et ses coéquipiers ne s’arrêtent plus. Les vieux briscards ont même bouclé le mois de mars avec le meilleur bilan de la Conférence Est, au moment même où Miami et Indiana commencent à accuser le coup. Finalement, la blessure du pivot All-Star des Nets a changé la donne.
« Cette blessure nous a métamorphosé, elle a changé notre paysage », confie Jason Kidd à ESPN. « Notre jeu était axé sur Brook et désormais, nous sommes ce que l’on appelle une ‘équipe de petite taille’. »
En effet, les Brooklyn Nets se sont trouvés une identité (notre analyse sur leur jeu « small ball ») en l’absence de Brook Lopez. Shaun Livingston s’est révélé dans le cinq de départ. Joe Johnson et Paul Pierce sont montés en régime. Andray Blatche et Mirza Teletovic sont des options offensives de choix en sortie de banc. L’équipe de Jason Kidd a des atouts à faire valoir. Sans compter que ses joueurs défendent dur, même en l’absence d’Andrei Kirilenko et de Kevin Garnett – à noter le bon passage du rookie Mason Plumlee, un joueur intéressant.

Les Brooklyn Nets, intraitables à domicile

Les Brooklyn Nets ne sont pas terrifiants mais ils sont du poil à gratter pour n’importe quelle grosse équipe de la Conférence Est (Combien y-a-t-il de grosse équipe dans la Conférence ? Mystère). Les déplacements de l’autre côté de l’East River sont toujours périlleux. Depuis février, les Nets se sont offerts, entre autre, le scalp des Spurs, des Bulls, des Grizzlies, des Suns et donc des Rockets à domicile.
« On essaye juste de protéger notre terrain. Nos adversaires viennent et on fait en sorte qu’ils repartent avec une défaite. C’est le même tarif pour tout le monde », explique Shaun Livingston.
Dans ces conditions, les Brooklyn Nets peuvent désormais rêver de jouer avec l’avantage du terrain dès le premier tour. En effet, la franchise est à portée de fusil des Chicago Bulls et des Toronto Raptors, troisièmes ex-aequo. Quoi qu’il advienne, les Nets ont fait le plus dur en remontant la pente pour finalement se qualifier pour les playoffs. A eux de réveiller le zoo au mois d’avril.
Afficher les commentaires (6)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest