CQFR : Shining Tatum et la défense gruyère des Sixers

CQFR : Shining Tatum et la défense gruyère des Sixers

Voici ce qu'il fallait retenir du game 1 entre les Boston Celtics et les Philadelphia Sixers.

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
- Brad Stevens est un sorcier. On a presque l'impression que quelle que soit l'équipe qu'il aura à sa disposition, il sera capable de lui faire gagner des matches. Sans Jaylen Brown, qui est quand même devenu un pion essentiel de son équipe, le coach des Celtics a vu son équipe remporter le game 1 contre l'équipe la plus en forme de la Conférence depuis deux mois. - Prochain défi : gagner le game 2 avec un cinq Shane Larkin - Abdel Nader - Semi Ojeleye - Guerschon Yabusele - Aron Baynes. Chiche ? - Cela faisait plus de 30 ans que trois joueurs des Celtics n'avaient pas marqué au moins 25 points chacun dans un match sans prolongation. Pas pour rien qu'on a surnommé Terry Rozier, Jayson Tatum et Al Horford, le "Big Three" de Boston. - L'agent de Terry Rozier (29 points, 8 rebonds et 6 passes à 7/9 à 3 points), dans quelques mois.   - Le public du TD Garden s'est montré taquin avec Ben Simmons. A chaque passage de l'Australien sur la ligne, la foule a scandé : "Not a Rookie". Une référence au débat sur le fait que Ben Simmons, blessé la saison dernière, a un avantage sur les autres débutants et ne devrait pas être éligible pour le titre de rookie de l'année. A contrario, Jayson Tatum a eu droit à des "He's a Rookie", lors de ses 12 passages sur la ligne. - Tatum, justement, a encore été épatant cette nuit. Être capable de claquer 28 points dans une demi-finale de Conférence tout en étant intelligent et précieux dans le jeu quand on vit ses premiers mois en NBA, ça tient du prodige. Encore un coup de maître de la part de Danny Ainge. - Excellents en défense ces dernières semaines, les Sixers sont passés à côté de leur sujet cette nuit. Prendre 117 points par une équipe qui n'est pas considérée comme une team d'attaque et la laisser shooter à 17/35 à 3 points, ce n'est pas bon signe. - Même Joel Embiid, point d'ancrage de Philly dans sa moitié de terrain, a eu du mal en termes de mobilité et de placement. Il a reconnu lui-même après le match qu'il avait "fait de la merde" en défense. - Offensivement, difficile en revanche de reprocher quoi que ce soit au Camerounais. 31 points, 13 rebonds et 5 passes à 12/21, c'est du solide. - Pour la première fois depuis le début des playoffs, Ben Simmons s'est montré en difficulté dans le maniement du ballon et la prise de décision. Les 7 pertes de balle de l'Australien en témoignent. Ça n'enlève évidemment rien aux coups de génie dont il est parfois capable, comme ici contre Al Horford. - C'est aussi la première fois depuis quelques mois qu'on s'est dit : "Ce serait quand même fun et pratique si Ben Simmons avait un shoot". - Les Celtics ont trouvé le moyen de troller (un peu) les Lakers. - Le fait de jeu le moins surprenant de la nuit : Marcus Smart s'est embrouillé avec un adversaire. Cette fois, il s'agissait de Dario Saric. Les deux hommes avaient l'air chauds pour un petit free fight sur le parquet, mais ont été rapidement séparés grâce à une vieille connaissance de la Pro A, Jay Larranaga, assistant de Brad Stevens à Boston. - Pendant que Joakim Noah fait le fou capillairement et partage ses expéditions ganja en pleine nature, son pote de Florida Al Horford est le taulier des Celtics (26 points, 7 rebonds et 4 passes).
Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest