DeMar DeRozan : 1000 matches NBA, un accomplissement pas banal

En jouant contre les Atlanta Hawks lundi, DeMar DeRozan est devenu le 143e joueur à avoir disputé 1000 matches en NBA.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / NEWS
DeMar DeRozan : 1000 matches NBA, un accomplissement pas banal

Même avec beaucoup de talents, faire une longue carrière en NBA n’est pas donné à tout le monde. Il y a les blessures, les aléas de la vie, etc. Même les parcours les plus brillants peuvent parfois prendre rapidement des tournures beaucoup plus sombres. C’est pourquoi il est important de saluer toute forme de longévité au plus haut niveau. DeMar DeRozan, par exemple, a joué son 1000e match chez les pros la nuit dernière. Il a compilé 26 points et 6 passes pour contribuer à la victoire des Chicago Bulls contre les Atlanta Hawks (111-100).

Encore une fois, ce n’est pas banal. Seuls 142 joueurs NBA (153 en comptant ceux qui ont aussi joué en ABA) ont atteint cette barre avant lui. C’est peu finalement. Il y a eu plus de 4000 basketteurs dans cette ligue. Surtout qu’à ce stade de sa carrière, DeRozan reste une star qui tourne en 26-5-5 à 50% de réussite aux tirs. C’est une valeur sûre de cette ligue en attaque et, à 33 ans, il continue de se montrer précieux et efficace sur le terrain tout en ayant gardé sa patte malgré les évolutions du jeu.

« Beaucoup de joueurs n’ont pas la chance de ne serait-ce que se rapprocher des 1000 matches en carrière », admet l’intéressé. « C’est un très beau seuil. Je n’ai jamais rien pris pour acquis. C’est quelque chose que j’essaye de répéter aux jeunes joueurs : le nombre de gars avec qui j’ai joué qui ont disparu du jour au lendemain. Tout peut vous être enlevé très vite. On ne sait jamais combien de temps il nous reste. »

Avec le load management qui est de plus en plus répandu chez les stars, il se pourrait que cette barre des 1000 soit de moins en moins atteinte, même si la science, le basket moderne et les techniques d’entraînement permettent a priori aux athlètes de durer plus longtemps.

« Quand je suis arrivé dans la ligue, on ne pouvait pas juste sécher un entraînement ou un match parce que l’on perdait de suite sa place. C’était ça la mentalité. Il fallait trouver un moyen de jouer même en étant blessé. Mes joueurs préférés ne rataient aucun match. J’essaye de prendre soin de mon corps au maximum parce que je veux jouer tous les matches. »

Jusqu’à présent, ça paye pour DeMar DeRozan. Titre ou pas, il gardera une place dans l’Histoire de la ligue à la fin de sa carrière.

CQFR : Lillard et Green cartonnent, les Kings sont implacables

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest