Evan Mobley, jusqu’où peut-il mener les Cavs ?

Evan Mobley, jusqu’où peut-il mener les Cavs ?

Les Cavs abordent la saison 2022-2023 avec une ambition jamais vue depuis le départ de LeBron James. Le motif principal : la présence d'Evan Mobley.

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Article

C'est assez déroutant, mais on commence à s'y habituer. Les Cleveland Cavaliers sont l'une des équipes que l'on va suivre avec le plus d'excitation sur la ligne de départ de cette saison 2022-2023. Il y a plusieurs explications à cela, évidemment. Le recrutement de Donovan Mitchell, trois fois All-Star ces trois dernières années, la montée en puissance de Darius Garland, excellent la saison dernière, la force de frappe défensive globale du groupe, le retour de Ricky Rubio... Mais la principale, c'est bel et bien l'envie de voir de quel métal est fait Evan Mobley.

Avec ce que l'on a vu lors de sa saison rookie, on a bien une petite idée. Entre la perception que l'on avait du joueur qu'il était à la fac de USC et ce que l'on a concrètement vu sur sa soixantaine de matches en NBA, le fossé est immense. On avait bien compris que son profil physique et son talent promettaient beaucoup. Pas qu'il serait déjà la pierre angulaire d'une équipe et un basketteur aussi mature des deux côtés du terrain. Mobley n'est pas passé très loin d'une place dans l'un des deux meilleurs cinq défensifs et du titre de Rookie of the Year, c'est dire...

Le voilà de retour - après avoir soigné une entorse à la cheville durant la pré-saison - avec une cible bien plus importante sur le corps. Les sondés l'ont désigné comme le joueur le plus susceptible d'exploser cette saison, devant Cade Cunningham, Anthony Edwards et Zion Williamson. Son coach, JB Bickerstaff, lui a donné comme mission d'être élu Defensive Player of the Year. Son partenaire de raquette, Jarrett Allen, dit de lui que lorsqu'il doit défendre sur lui à l'entraînement, il a le pressentiment qu'il trouvera toujours le moyen de marquer. N'en jetez plus.

Il faut dire que voir un joueur de 21 ans être déjà l'un des meilleurs défenseurs de la ligue à son poste est rarissime. Tous les membres du club des joueurs capables de défendre sur tous les postes et types de joueurs - Giannis Antetokounmpo, Anthony Davis, Ben Simmons et Draymond Green - ont mis quelques années à déployer cette caractéristique. Mobley l'a fait d'emblée.

Avant lui, seuls trois rookies avaient tourné à 15 points, 8 rebonds et 1.5 contre de moyenne : Emeka Okafor, Pau Gasol et Karl-Anthony Towns. Offensivement, il est tout à fait dans les temps de passage des deux derniers et sa marge de progression reste pourtant importante. A trois points, rien ne devrait l'empêcher d'être de plus en plus fiable. Le reste de sa palette technique est déjà bien en place et risque d'être encore plus effrayante avec une ou deux saisons de plus dans les jambes.

En attaque, le fait de jouer avec d'autres menaces offensives comme Darius Garland et Donovan Mitchell alignées ensemble devrait également jouer en sa faveur. Mobley sera plus souvent ouvert, que ce soit au large ou sur les lignes d'accès au cercle.

Cleveland a trois All-Stars dans sa rotation serrée, Mitchell, Garland et Allen, mais c'est pourtant Evan Mobley qui semble être ce qui se rapproche le plus d'un franchise player, ou en tout cas d'un joueur qui peut ramener les Cavs vers les sommets sans avoir besoin de compter LeBron James dans leurs rangs.

En termes de CV, on pourrait se dire que Donovan Mitchell est le meilleur joueur des Cavs et qu'une équipe ne peut pas gagner le titre ou aller vraiment loin en playoffs avec "Spida" comme option numéro un. Sauf qu'Evan Mobley est peut-être déjà le meilleur joueur des Cavs, déjà un All-Star, un aspirant au meilleur cinq défensif ou non, de la saison, un prétendant à la succession de Marcus Smart comme DPoY et, qui sait, encore bien plus...

On va même oser dire que si les Cavs font un bon début de saison à l'Est, son nom reviendra dans le MVP Ranking sur les premiers mois. Il lui manquera peut-être un peu de scoring pour remplir les critères traditionnels, mais en termes de "valuability", quelque chose nous dit qu'on sera sur quelque chose d'assez fou.

Sa présence, au milieu d'un effectif très compétent, donne envie d'imaginer des choses assez folles pour Cleveland. L'effet de surprise ne sera plus là au début de la saison, mais ça ne devrait pas empêcher la franchise de l'Ohio et sa pépite d'être rapidement l'un des sujets les plus chauds de la Conférence Est.

5 choses que vous ne saviez pas sur Evan Mobley

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest