[ITW] James Borrego : son avis sur LaMelo, Gregg Popovich et l’avenir

[ITW] James Borrego : son avis sur LaMelo, Gregg Popovich et l’avenir

Ancien coach en chef des Hornets et assistant de Gregg Popovich aux Spurs, James Borrego a répondu à nos questions avant sa participation au programme Jr. NBA Coaches.

Benjamin MoubechePar Benjamin Moubeche  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Interview

Pendant ses 20 ans en tant que coach NBA, James Borrego a rarement eu l’occasion de s’ennuyer. Assistant de Gregg Popovich aux Spurs, il était aux premières loges des titres de Tim Duncan, Tony Parker et Manu Ginobili en 2005 et 2007. Premier coach en chef latino-américain de l’histoire lors de son arrivée aux Hornets, il est également l’un des artisans des débuts tonitruants de LaMelo Ball dans la ligue.

Licencié par Charlotte en avril 2022, alors qu’il avait signé une extension de contrat l’été précédent, l’entraîneur a hâte de voir ce que lui réserve l’avenir. En marge de sa participation au programme Jr. NBA Coaches, on a pu échanger sur son départ des Hornets, l’avenir et son lien avec Gregg Popovich.

BasketSession : Pendant tes quatre ans avec les Hornets, l’équipe s’est améliorée chaque saison. Tu as signé une extension de contrat l’été dernier, mais tu as été licencié cette année. Pour quelles raisons vous et votre équipe vous êtes-vous séparés ?
James Borrego : Quand je regarde en arrière, je suis très fier de ce que nous avons réalisé. Nous avons progressé de 10 victoires sur les deux dernières années, ce qui est très difficile à faire en NBA. Seuls les Suns et les Warriors l’ont fait. Nous avons grandi chaque année et je pense que c’est à cela que l’on reconnaît un bon programme, un bon staff et de bons joueurs.

Maintenant, tout ce que nous pouvons faire, c’est aller de l’avant et apprendre de cette expérience. Je ne vais pas regarder en arrière et me plonger dans les discussions qui nous ont amenés à passer à autre chose. Ce que je peux dire, c’est que je suis reconnaissant pour le temps que j’ai passé ici et que j’ai hâte de voir ce que me réserve l’avenir.

LaMelo Ball n’a que 21 ans, mais il est déjà All-Star. Tu l’as coaché pendant ses deux premières saisons dans la ligue, penses-tu qu’il ait le potentiel de devenir un joueur All-Time ?
J’ai apprécié le temps que j’ai passé avec LaMelo. Je l’ai coaché quand il était Rookie of the Year et All-Star dans ses premières saisons. Ses deux premières années étaient impressionnantes. Il a beaucoup de mérite là-dedans, l’entraîner est un plaisir. Il est facile à coacher, il est adorable et il a chaque jour une superbe énergie.

Au final, c’est LaMelo qui déterminera lui-même jusqu’où il ira. Mais en me basant sur ce que je sais de lui, son caractère, son amour du jeu et son éthique de travail, il n’y a pas de limite pour lui. Il a le potentiel pour être un joueur All-Time. Je sais que c’est ce qu’il veut et je ne lui souhaite que le meilleur.

En dehors de LaMelo Ball, quels jeunes joueurs as-tu hâte de voir jouer pendant la saison 2022-23 ?
Notre ligue est pleine de jeunes joueurs merveilleux. La NBA est entre de bonnes mains. C’est dommage que Chet Holmgren se soit blessé à Oklahoma City. C’est un garçon que j’avais hâte de voir jouer. Mais il suffit de regarder Luka Doncic, Jayson Tatum ou Trae Young, tous ces jeunes joueurs… notre ligue se porte bien. Je pense que Paolo Banchero, qui arrive cette année avec le Magic, va être très intéressant à regarder. J’entends beaucoup de bonnes choses à son sujet.

À Charlotte, tu étais connu comme un coach de développement. Tu avais une équipe très jeune, que tu as rendue meilleure chaque saison tout en aidant les joueurs à se développer. Considères-tu cela comme ta spécialité ?
Je pense que le développement est l’élément vital de toute organisation. Et le développement interne, c’est le domaine que vous pouvez contrôler le plus en tant que coach et leader.

Je suis très fier de la façon dont nous avons développé et fait grandir nos joueurs. Nous avions une approche très spécifique avec chaque joueur sur la façon dont nous allons les développer. Ensuite, c’était à eux de travailler, et ils l’ont fait. Ils étaient très réceptifs et reconnaissants envers mon staff.

C’est ma philosophie et c’est comme ça que l’on construit une organisation. C’est ainsi que l’on grandit par le développement : en s’améliorant chaque jour, en ayant un plan et en le mettant en œuvre chaque année. Donc oui, peu importe où je suis, le développement sera toujours le point central de ce que je fais.

"L’une des plus grandes forces de Gregg Popovich, c'est sa capacité à s’adapter et à s’ajuster en fonction de son équipe. Je sais qu’il est très excité à l’idée d’entraîner ce jeune groupe."

Tu as passé beaucoup de temps dans l’organisation des Spurs. Nous t’avons récemment vu avec Gregg Popovich et Ettore Messina en Italie, il y a manifestement un vrai lien entre vous. Peux-tu nous raconter ce que cela fait d’être sur le banc de Pop ? Quelles sont les choses les plus importantes qu’il t’a apprises ?
Oui, j’ai eu la chance de passer du temps avec eux ces deux dernières semaines. Comme vous pouvez l’imaginer, nous nous sommes beaucoup amusés en Italie. Le basket était amusant, mais les dîners l’étaient encore plus. Beaucoup de bonne nourriture, beaucoup de bon vin avec Pop et Ettore Messina, qui nous a accueillis. J’ai passé un moment merveilleux en compagnie de ces grands esprits. Tous les deux ont eu beaucoup de succès, pendant très longtemps et à différentes époques.

Ce que je dirais de coach Pop, c’est qu’il m’a appris la discipline. Avec lui, j’ai appris la structure, la responsabilité, à donner de la clarté à mon staff et à mon équipe, en construisant une véritable identité et en les responsabilisant. Je pense que ce sont des traits que j’ai pris de lui.

Ces deux dernières semaines, lui et moi avons passé du temps à parler de son ouverture et de sa capacité à s’adapter à différents joueurs et différents styles. Il a entraîné à une époque où le jeu au poste était très important. Tim Duncan et David Robinson jouaient au poste. Puis le jeu a évolué vers une attaque plus ouverte et écartée. Il s’est adapté à l’évolution de Tony Parker, il s’est adapté aux forces de Manu Ginobili.

Je pense que c’est l’une des plus grandes forces de Gregg Popovich, sa capacité à s’adapter et à s’ajuster en fonction de son équipe. Voir Pop coacher cette jeune équipe va être très amusant et très excitant pour la ligue. C’est une nouvelle équipe, et je sais qu’il est très excité à l’idée d’entraîner ce jeune groupe.

Mon séjour en Italie a été fantastique. J’ai beaucoup aimé le jeu européen. C’est un jeu un peu différent, mais j’en apprécie les différents aspects. Ils sont très disciplinés et très méthodiques. Ils accordent beaucoup d’importance à chaque ballon. Chaque possession est une guerre. Dès le début, on a l’impression d’être dans un quatrième quart-temps en NBA — et je pense que c’est ce que l’on voit à l’EuroBasket actuellement.

Justement, envisages-tu de coacher en Europe ou es-tu vraiment concentré sur la NBA ?
Je suis ouvert à toutes les possibilités. Je ne fermerai jamais la porte à rien, je suis réceptif à toutes les opportunités. C’est pour ça que je suis là où je suis aujourd’hui. Pour l’instant, je me concentre sur ma progression sur le plan pédagogique, le fait de renvoyer l’ascenseur (dans le programme Jr. NBA Coaches, ndlr) et de m’améliorer. Quelles opportunités se présenteront ? Nous le découvrirons dans les prochains mois.

Ce que je peux dire, c’est que je suis enthousiaste pour la suite et que j’aime le jeu européen. L’étudier me fascine et j’essaie de progresser en tant que coach par le biais du basket européen. Je pense qu’il y a des choses que nous pouvons mieux faire en tant que coaches NBA et que ce qui se fait en Europe est une piste. La NBA a été mon aventure sur ces vingt dernières années, c’est donc là que se trouve mon cœur, mais je ne fermerai jamais aucune porte.

En 2018, tu es devenu le premier véritable coach en chef latino-américain de l’histoire de la NBA. Quelle importance accordes-tu à ce moment ?
C’était un moment important. Je n’aurais jamais imaginé être ici pendant mon enfance à Albuquerque, au Nouveau-Mexique. J’adorais la NBA. Je la regardais de loin, mais je n’aurais jamais imaginé être un jour coach en chef en NBA. Cela montre qu’il faut travailler dur et tirer le meilleur de chaque opportunité.

Je suis très chanceux et reconnaissant de travailler pour une ligue si inclusive, diversifiée et progressiste. Et je suis seulement un autre exemple de cela. Je veux que mon histoire ait un impact sur les jeunes et qu’ils sachent qu’il n’y a pas de limites à ce qu’ils peuvent accomplir.

Quel est le conseil le plus important que vous pourriez donner à un futur coach de basket ?
Si je devais m’adresser à moi-même quand j’étais jeune, je me dirais de fréquenter de grands esprits, que ce soient des joueurs ou des coaches. Il faut vraiment creuser, on peut apprendre énormément de choses à leur contact en tant qu’entraîneur de basket.

J’ai eu la chance de côtoyer, à San Antonio, de grands joueurs et de grands coaches. Tout le monde ne peut pas organiser dans une organisation comme celle-là, mais vous pouvez faire de votre mieux dans votre propre ville et votre propre État. Apprenez, posez des questions, écoutez et sortez de votre zone de confort quand vous entraînez une nouvelle équipe. Trouvez des joueurs et commencez à travailler, grandir et construire votre identité en tant que coach.

Parfois, vous allez échouer. Parfois, vous allez réussir. Mais c’est la beauté de ce processus. Mettez-vous à l’épreuve. Mon voyage n’a pas été un long fleuve tranquille, j’ai probablement postulé pour vingt, trente ou quarante postes pendant ma carrière. Relevez-vous quand vous êtes abattu. Continuez à avancer, continuez à devenir meilleurs et ne cédez jamais. C’est le voyage de la vie, et c’est la beauté de la vie.


Le programme Jr. NBA Coaches - Online présenté par Gatorade® est hébergé sur OWQLO et propose 12 sessions virtuelles en direct de février à septembre pour les utilisateurs de l'application âgés de 16 ans et plus en France. La prochaine session avec l'ancien head coach NBA James Borrego aura lieu le jeudi 15 septembre. Pour plus d'informations, visitez owqlo.comgatorade.co.uk ainsi que @NBAFRANCE sur Facebook et Twitter et @NBAEurope sur Instagram.

[ITW] TJ Parker : "Gagner l'Euroleague ? Pas du tout, il faut être réaliste"

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest