Les Kings ne cesseront donc jamais d’être des clowns

Les Kings ne cesseront donc jamais d’être des clowns

Le transfert de Tyrese Haliburton est le dernier exemple de la nullité absolue des Sacramento Kings en matière de gestion.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Edito

Un peu moins de quatre ans en arrière, à l’approche de la draft 2018, j’écrivais un article expliquant pourquoi il fallait à tout prix éviter que Luka Doncic se retrouve aux Sacramento Kings, en détaillant trois scénarios hypothétiques où le Slovène terminait ailleurs qu’en Californie. Un avis – un peu bâtard, j’avoue – que les gérants passionnés de Kings France n’avaient pas particulièrement apprécié.

Un mois plus tard, tada. Vlade Divac sélectionnait Marvin Bagley en deuxième position le soir de la draft, laissant ainsi passer un talent générationnel. Depuis, Doncic s’est affirmé comme un multiple All-Star et potentiel futur MVP. Bagley, qui fait ses stats, peine à trouver sa place au sein de la franchise et s’est déjà pris le bec plusieurs fois avec le front office.

La vérité, c’est que j’aime bien les Kings. J’adorais Jason Williams quand il drivait Sacramento avec Chris Webber. Je n’étais pas particulièrement fan de l’équipe avec Mike Bibby et Peja Stojakovic mais je ne pouvais qu’admette qu’elle était belle à regarder. Puis, comme beaucoup de monde, j’avais envie de les voir taper les Lakers de Shaq et Kobe.

D’un côté, j’aurais voulu que Luka Doncic soit le prodige qui vient relever la franchise. En plus, la perspective de l’associer à De’Aaron Fox était plutôt alléchante. Au final, si je ne voulais surtout pas qu’il atterrisse à Sacramento, c’est parce que je n’avais absolument pas la moindre confiance envers le management de cette organisation. Ni avant, ni maintenant, et probablement pas demain non plus.

En fait, pour faire simple, ma vision des Kings se résume aux mots choisis par l’éditorialiste Bill Simmons après le transfert de Tyrese Haliburton hier soir : ce sont « des imbéciles. » C’est cash, c’est gratuit et c’est sans doute exagéré mais cette conclusion est le fruit de plus de 15 ans de disette, de mauvais choix, etc.

La dernière fois que Sacramento a disputé les playoffs, j’allais sur mes 17 ans, je portais des jeans G-Star trop grands pour moi, des requins achetés 40 balles à Clignancourt et je jouais encore en cadets à Massy. Je vais en avoir 33 en juin, j’ai quitté Paris et je vais me marier. Ce n’est pas juste pour raconter ma vie. Mais en gros, beaucoup de choses ont changé. Sauf que les Kings sont toujours nuls. Toujours paumés.

Adrian Wojnarowski révélait hier que la plupart des GM de la ligue ont été choqués par le transfert d’Haliburton vers Indiana. Personne ne l’avait vu venir. Le jeune homme, envoyé aux Pacers, était lui aussi surpris. Le « WHAT THE FUCKKKKKKK ????? » était la réaction générale.

Aller à contre-courant n’est pas toujours une mauvaise chose. La majorité n’a pas toujours raison. Au passage, j’ai vu plus de personnes qui estiment que les Pelicans ont fait une bonne affaire en récupérant CJ McCollum que l’inverse (lol.  Mauvais move de New Orleans, mark my words).

Mais quand TOUT LE MONDE considère que tu as foiré, c’est sans doute que tu as foiré. Et les Kings se sont évidemment foirés. Et je continuerai de le penser même si la franchise accroche par miracle les playoffs. Même si Tyrese Haliburton ne devient jamais une superstar à Indiana.

Les dirigeants ont foiré parce qu’ils ont sacrifié le seul joueur de leur effectif qui pouvait peut-être, à terme, faire évoluer les mentalités au sein de l’organisation. Le seul à vraiment avoir l’étoffe d’un leader. Son joueur le plus prometteur et peut-être déjà le plus talentueux. Un meneur de 21 ans à plus de 14 points et 7 passes de moyenne, plus de 40% à trois-points, le tout en évoluant dans une situation merdique et sans forcément être aux commandes.

Les rares fois où les coaches l’ont laissé driver l’équipe, Haliburton a été excellent. Maintenant, il n’est plus là, un an et demi après sa draft. L’avoir récupéré en 12ème position était un sacré steal. Un basketteur avec une super mentalité, un type combatif, qui ne se cherche pas d’excuse, qui joue dur, qui progresse, etc. Un gars adulé par les supporters.

Les Kings voulaient tellement Domantas Sabonis – un très bon basketteur – qu’ils ont accepté de céder leur meneur de demain. « All in » pour le « play in. » Sacramento vise maintenant la dixième place. Pour l’instant, les joueurs d’Alvin Gentry sont treizièmes avec 6 victoires de moins que les Lakers, neuvièmes.

Tout miser sur l’instant présent, c’est cool. Mais si c’est pour se faire déchiqueter au premier tour par les Suns – en supposant même que les Kings sortent les Lakers au play in – quel intérêt ? Je comprends la pression liée à la longue attente des supporters. Mais c’est justement en faisant ce genre de move bidon à court terme que la franchise s’est retrouvée dans cette position.

Les coaches ont changé. Les dirigeants, les joueurs aussi. Shit, même le propriétaire n’est plus le même. Et pourtant, c’est toujours la même merde.

Le contrat de Domantas Sabonis expire dans deux ans, ce qui laisse en plus craindre une nouvelle reconstruction si jamais le Lituanien décide d’aller voir ailleurs en rejoignant une équipe plus compétitive – par exemple.

L’axe formé avec Fox est intéressant. Un « one-two » punch meneur/pivot. Mais avec quasiment aucun shooteur autour. Parce que oui, en plus de céder Haliburton, les Kings ont envoyé Buddy Hield. C’est à se demander s’il y a seulement eu des négociations. On a l’impression que le GM des Pacers a dit « OK, je veux ça et ça » et les Kings ont juste répondu « OK. »

Gentry va devoir rafistoler son effectif en faisant jouer Sabonis et Richaun Holmes, un autre pivot prolongé pendant l’été. Harrison Barnes pourrait jouer poste 3 alors qu’il est bien plus efficace en 4. Soupirs.

Ça me fait mal pour les fans des Kings. Parce que même si leur franchise favorite est menée par des clowns, eux ont le mérite d’être fidèles. Ils se sont battus pour garder leur équipe à Sacramento. Ils sont parmi les plus bouillants de la NBA. Sans doute les plus fatigués aussi.

Les fans des Kings sont à l’image de ceux qui gèrent le compte France : ils sont passionnés. C’est l’un des comptes les plus actifs et les plus drôles de la communauté. Eux aussi méritent mieux.

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest