Le Power Ranking de l’Ouest à J-70

Le Power Ranking de l’Ouest à J-70

A 70 jours de la reprise de la NBA, voici un power ranking de la Conférence Ouest.

BasketSessionPar BasketSession  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
Après le power ranking de la Conférence Est, voici celui de l'Ouest. Un tableau relevé qui peut évidemment lui aussi évoluer d'ici la reprise, après les premiers matches de pré-saison.

1- Golden State Warriors (64-18)

Y a-t-il vraiment besoin d'expliquer pourquoi les Warriors ont 99,9% de chances de dominer leur sujet encore une fois ? A priori, ils feront attention à faire souffler encore plus les cadres et ont peut les imaginer avec un bilan légèrement inférieur à celui de l'an dernier (67 victoires).

2- San Antonio Spurs (56-26)

Comme tous les ans, on se dit que les Spurs vont prendre un trop gros coup de vieux et lâcher du lest pour laisser d'autres se battre pour les 2 ou 3 premières places à l'Ouest. Kawhi Leonard est le meilleur two-way player de la ligue et Gregg Popovich le meilleur tacticien. Les joueurs se connaissent par coeur, contrairement aux rivaux de Houston ou OKC. Rien que pour ça, on les maintient en #2.

3- Houston Rockets (55-27)

On peut être sceptiques sur l'association CP3-Harden, la qualité est là et l'effectif reste solide malgré les départs. La plupart des snipers sont restés et PJ Tucker viendra apporter une caution tough en remplacement de Patrick Beverley. Difficile de mettre beaucoup de concurrents devant eux.

4- Oklahoma City Thunder (53-29)

Russell Westbrook et Paul George dans la même équipe, c'est quand même assez fou. Même s'il faudra peut-être un peu de temps pour que ça "clique", l'avantage du terrain au 1er tour est un objectif réaliste pour le Thunder.

5- Minnesota Timberwolves (50-32)

Le modèle de développement : le Utah Jazz 2016, passé d'une petite équipe en développement et non qualifiée pour les playoffs à une demi-finale de Conférence après avoir fini 5e. Une qualification pour la post-saison serait déjà une avancée majeure, mais quelque chose nous dit que Tom Thibodeau va viser plus haut avec le bel effectif qu'il a entre les mains.

6- Los Angeles Clippers (49-33)

On aurait pu penser que les Clippers allaient sombrer dans le power ranking avec le départ de Chris Paul. Deux places en moins, ce n'est pas rien, mais on a dans l'idée que ce sera une équipe différente et pas forcément beaucoup moins compétitive à terme. Beverley, Teodosic, Gallinari, ça donne envie et ça peut jouer le jeu si Griffin est le leader adéquat.

7-Memphis Grizzlies (47-35)

Chaque année, on les imagine sortir du top 8 et en fin de cycle. Même si l'historique Z-Bo est parti, pouvoir compter sur des pros comme Mike Conley et Marc Gasol dans son cinq est un luxe. Fizdale est un coach de qualité et ce n'est pas encore cette année que Memphis va rentrer dans le rang.

8- Denver Nuggets (44-38)

On a vu la saison passée que Mike Malone savait tirer le meilleur parti de son effectif et l'apport d'un vétéran comme Paul Millsap va rendre Denver encore plus redoutable. Si la progression de Nikola Jokic se poursuit comme prévu, les Nuggets pourraient même tenter de viser un poil plus haut.

9- New Orleans Pelicans (43-39)

Les Pelicans ne pourront pas être trop loin du compte avec trois All-Stars dans le cinq dont deux des meilleurs big men de leur génération. Malheureusement, l'alchimie totale n'est pas garantie et le supporting cast est faible, ce qui peut être rédhibitoire à l'Ouest.

10- Utah Jazz (41-41)

C'est un peu triste de faire dégringoler le Jazz de la 5e à la 10e place, mais les départs de Gordon Hayward et George Hill ne peuvent pas être encaissés sans douleur dans le Far West. Si Quin Snyder les maintient dans le top 8, ce sera une très belle performance.

11- Portland Trail Blazers (39-43)

Là aussi, on se dit que ça paraît sévère et que Damian Lillard se fait fréquemment une joie de faire taire les sceptiques. Simplement, la concurrence s'est renforcée et aucune recrue de marque n'a débarqué dans l'Oregon. Le recul, même léger au niveau du bilan, paraît inévitable.

12- Dallas Mavericks (38-44)

Dirk, Harrison Barnes, Dennis Smith Jr, Nerlens Noel, il y a de quoi faire avec ce groupe. Le problème vient de la force de frappe de l'opposition et l'envie de Mark Cuban de reconstruire. Ce n'est pas compatible avec une lutte pour la qualification en playoffs.

13- Sacramento Kings (34-48)

Le cocktail de jeunes très prometteurs et de vétérans très confirmés va être intéressant à suivre et devrait conduire les Kings à un bilan à peu près similaire à l'an dernier, mais avec un meilleur présage pour la suite des opérations.

14- Los Angeles Lakers (29-53)

La première saison pleine sous le règne de Magic Johnson ne devrait pas enflammer le Staples Center. Il s'agira de mettre Lonzo Ball et le reste des éléments prometteurs en confiance poru préparer un avenir nettement plus ambitieux.

15-Phoenix Suns (26-56)

Les Suns ne sont pas pressés de gagner et eux aussi auront pour objectif principal de créer un élan autour de leurs jeunes joueurs, tout en donnant envie à Devin Booker de s'engager sur le long terme.
Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest