Lonzo Ball n’a pas démérité contre Stephen Curry

Lonzo Ball n’a pas démérité contre Stephen Curry

Opposé à la crème de la crème, Lonzo Ball a réussi l’un de ses meilleurs matches de la saison. Il a d’ailleurs terminé avec un double-double.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Article
Oubliez deux secondes les provocations de LaVar Ball. Oubliez son entêtement à faire les gros titres. Ou alors, oubliez ses mimiques et retenez simplement le message en substance : s’il dit que son fils est meilleur que Stephen Curry même si le double-MVP remportait dix trophées de plus, et s’il le dira aussi longtemps qu’il sera en vie, c’est d’abord par amour. Quel père veut voir quelqu’un au-dessus de son propre enfant ? Mais essayons d’oublier tout ça et concentrons-nous sur Lonzo Ball. S’il n’y avait pas autant de hype autour de lui, il serait moins souvent mis en avant, certes, c’est logique, mais ses qualités seraient elles aussi moins mises en retrait par rapport à sa maladresse. Bref, tout ça pour dire, concentrons-nous juste sur la prestation du rookie de 20 piges contre les Golden State Warriors, champions NBA. La performance d’un jeune homme inexpérimenté opposé au meilleur joueur de la ligue à son poste. Opposé à la meilleure équipe du monde. Et bien le gamin n’a vraiment pas démérité. Premier signe de son impact ? Il a joué 43 minutes. Seul l’excellent Brandon Ingram a passé plus de temps (44) sur le parquet du côté des Los Angeles Lakers. OK, c’est une toute petite indication. Lonzo Ball a toujours un certain temps de jeu (33 min en moyenne). Mais Luke Walton a déjà prouvé qu’il n’hésitait pas à laisser son meneur sur le banc quand ce dernier est à l’ouest. Surtout lors d’une fin de match serrée. Mais non, les Angelenos avait besoin de Lonzo. Et il a répondu présent. Son plus grand moment restera évidemment ce coup de chaud dans le troisième quart. Son équipe courait après le score quand il a enchaîné deux paniers primés de suite. Une délivrance pour un joueur qui a avoué être tracassé par sa maladresse record. Il a même ajouté un layup dans la foulée. Trois possessions et huit points consécutifs pour remettre les Lakers devant.

Le coup de chaud de Lonzo Ball

https://twitter.com/NBA/status/936099430738034688 Lonzo Ball a raté deux tirs qui auraient pu faire la différence dans le quatrième quart temps. Un trois-points ouvert et un petit shoot après un drive. Mais dans l’ensemble, sa prestation est vraiment solide. Il a terminé avec 15 points (5/12 aux tirs, 3/7 à trois-points), 10 passes et seulement 2 balles perdues. Il avait même contribué à museler Curry avant que ce dernier se réveille en OT. Certes, il n’a pas fait la différence. En revanche, son attitude peut rassurer ceux qui ont peur de le voir sombrer. C’est dans un match avec autant d’intensité que les vrais se font une réputation. Il a largement tenu son rang. Il a fait tourner la balle, comme d’habitude, mais il a aussi su apporter un peu de piquant en dribbles. Ce qu’il ne fait pas toujours. Ou pas assez souvent. Il n’est pas le plus vif ni le plus athlétique. Mais il sait bouger. Ses petites feintes de corps alliées à sa taille suffisent à lui offrir des espaces à mi-distance. Après, c’est toujours la même histoire : quand il mettra dedans, il sera redoutable. Quand il mettra dedans… c’est vite dit. Mais comme ses partenaires des Lakers, le rookie n’a pas à baisser les yeux après avoir défié Stephen Curry et les Warriors.
Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest