Les 7 survivors pour le titre de MIP

Les 7 survivors pour le titre de MIP

Nous voilà à mi-saison et la lutte pour le trophée toujours très disputé de MIP bat son plein. Voici notre liste de candidats toujours en lice pour succéder à Lauri Markkanen.

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES

A mi-saison, il est temps de faire un point sur le trophée généralement le plus complexe à attribuer, tant chacun a des attentes et des critères différents pour l'attribuer : celui de MIP. Après le sacre de Lauri Markkanen et à quarante matches de la fin, voici les 7 joueurs qui sont toujours dans la conversation à nos yeux.

Jalen Johnson (Atlanta Hawks) - 3e saison en NBA

Stats actuelles : 15 points, 8.3 rebonds, 3.1 passes, 57.7% au tir, 40.3% à 3 points, 31.8 minutes/match
La saison dernière : 5.6 points, 4 rebonds, 1.2 passe, 49%, 28.8% à 3 pts, 14.9 minutes/match

Le grand public ne le connait pas encore, mais ça ne saurait tarder. Johnson est en train d'assurer aux fans des Hawks la présence d'un joueur sûr et performant dans les années à venir, quoi qu'il advienne de Trae Young et du projet actuel. Statistiquement, "JJ" est le joueur dont la production et le temps de jeu ont le plus décollé d'une saison à l'autre. On voit désormais toutes les cordes à son arc et ce qu'il risque de pouvoir en faire à l'avenir sur le poste 3. L'ancien de Duke propose un cocktail de confiance en ses capacités, d'aptitudes physiques et de polyvalence qui lui permettent de montrer un meilleur visage soir après soir. Sa progression ne permet pas encore aux Hawks de sortir du ventre mou, mais sa cote est grandissante. Sa blessure en début de saison a fait du mal à Atlanta, mais en enchainant les matches il va pouvoir jouer un rôle d'outsider dans la course au MIP.

Tyrese Maxey (Philadelphie Sixers) - 4e saison en NBA

Stats actuelles : 26.1 points, 6.6 passes, 3.6 rebonds, 45.1% au tir, 38.4% à 3 points, 37.4 minutes/match
La saison dernière : 20.3 points, 3.5 passes, 2.9 rebonds, 48.1% au tir, 43.4% à 3 points, 33.6 minutes/match

Le favori des bookmakers à l'heure qu'il est. Depuis le début de la saison, Tyrese Maxey endosse des responsabilités accrues en raison du départ de James Harden et les assume avec encore plus de réussite qu'on ne pouvait l'espérer. En complément du rouleau compresseur Embiid, l'ancien de Kentucky est d'une fiabilité à toute épreuve et a clairement atteint le niveau All-Star. Il devrait d'ailleurs fêter prochainement sa première sélection, en récompense de ses 6 points de plus par match par rapport à l'an dernier, avec quasiment le double de passes décisives. Les tirs qu'il doit désormais prendre sont plus complexes et les défenses adverses se sont mises à le surveiller comme le lait sur le feu, mais Maxey s'en accommode très bien et mérite du crédit pour la 3e place des Sixers à mi-parcours.

Alperen Sengun (Houston Rockets) - 3e saison en NBA

Stats actuelles : 21.6 points, 8.9 rebonds, 4.6 passes, 53.9% au tir, 32 minutes/match
La saison dernière : 14.8 points, 9 rebonds, 3.9 passes, 55.3% au tir, 28.9 minutes/match

Il est injuste de demander à un jeune joueur d'emprunter la même voie que Nikola Jokic pour un jour voler à la même altitude que lui. Mais si Alperen Sengun entend si souvent la comparaison avec la superstar des Nuggets, c'est parce qu'il a le talent et la mentalité qui permettent de raisonnablement lui promettre un brillant avenir en NBA. Peu importe qu'il s'approche ou non du niveau du Joker un jour, le Turc a tout pour être la plaque tournante des Rockets et sa montée en puissance cette saison est un signe fort. Maintenant que le jeu passe davantage par lui et qu'il n'est plus limité par un tanking éhonté, Sengun peut déployer sa panoplie de scoreur et playmaker au potentiel terrifiant. Le voilà avec 7 points de plus par match, un nombre de passes décisives également à la hausse et le sentiment qu'il s'agit du point de départ de quelque chose de grand. Assurément un candidat au titre de MIP.

Ep #127 : Heat, Knicks, Jazz, Cavs, NOLA, la revanche des mal-aimés

Tyrese Haliburton (Indiana Pacers) - 4e saison en NBA

Stats actuelles : 23.6 points, 12.5 passes, 4.2 rebonds, 49.7% au tir, 40.3% à 3 points, 33.4 minutes/match
La saison dernière : 20.7 points, 10.4 passes, 3.7 rebonds, 49% au tir, 40% à 3 points, 33.6 minutes/match

Si Tyrese Haliburton fait partie de cette liste alors qu'il est probablement dans les 10 candidats les mieux placés pour le MVP, cest parce que son statut a changé cette saison. Grâce à ses prouesses, notamment sa faculté à distribuer du caviar à la pelle sans perdre beaucoup de ballons, mais aussi à prendre ses responsabilités au scoring quand il le faut, le meneur des Pacers est en train de guider son équipe jusqu'en playoffs, ou a minima au play-in tournament. Il est tout simplement passé du statut de All-Star (certes en remplacement d'un blessé) à celui de star tout court, cette race de joueurs qui peuvent porter une franchise sur leur dos et la rendre compétitive. Le Prince Hali (copyright Benjamin Moubèche) score plus (+3 points par match), est au-dessus des 12 passes de moyenne et continue d'être incroyablement adroit de près comme de loin (40% à 3 pts). Ja Morant avait un profil de candidature similaire il y a deux ans et l'avait emporté.

Coby White (Chicago Bulls) - 5e saison en NBA

Stats actuelles : 18.5 points, 4.9 passes, 4.4 rebonds, 45.2% au tir, 40.2% à 3 points, 35.5 minutes/match
La saison dernière : 9.7 points, 2.8 passes, 2.9 rebonds, 44.3% au tir, 37.2% à 3 points, 23.4 minutes/match

C'est peut-être la progression la moins attendue de la saison. On avait un peu renoncé à voir Coby White devenir un joueur consistant en NBA, avec cette idée qu'il ne pourrait jamais être plus qu'un 6e homme façon microwave. Force est de constater que la redistribution des cartes et la blessure de Zach LaVine lui ont permis de s'épanouir et de montrer un visage bien plus séduisant et stable. En gagnant une dizaine de minutes par match, White a doublé sa production au scoring, tout en améliorant son adresse, notamment à 3 points, où il tourne au-dessus des 40% à mi-saison. Il fait évidemment tout cela au sein d'une équipe au bord du lifting et en-dessous de ses objectifs, mais ça n'affecte pas ses prétentions et le fait incontestable qu'il a progressé et continue de le faire.

Scottie Barnes (Toronto Raptors) - 3e saison en NBA

Stats actuelles : 20.2 points, 8.5 rebonds, 5.6 passes, 47.9% au tir, 37.8% à 3 points, 35.1 minutes/match
La saison dernière : 15.3 points, 6.6 rebonds, 4.8 passes, 45.6% au tir, 28.1 % à 3 points, 34.8 minutes/match

Après avoir donné l'impression de stagner la saison dernière au sortie de son titre de Rookie of the Year, Barnes a repris sa marche en avant et est aujourd'hui la pierre angulaire du projet des Raptors. Avec le départ probable de Pascal Siakam, Masai Ujiri compte sur son jeune ailier à tout faire pour faire repartir Toronto du bon pied. Scottie Barnes est productif à la finition et à la création (au-dessus des 20 points et 5 passes), mais aussi au rebond (plus de 8 par match), avec une faculté à prendre le jeu à son compte et à se comporter en numéro un que l'on n'avait pas encore vraiment vue jusque-là. Si tout se passe comme l'ont prévu les Raptors, ils ont sous la main l'un des joueurs les plus complets de NBA pour les années à venir. En termes de progression statistique (voir plus haut), les chiffres et les pourcentages parlent d'eux-mêmes.

Derrick White (Boston Celtics) - 7e saison en NBA

Stats actuelles : 15.9 points, 4.9 passes, 3.9 rebonds à 47% au tir, 41.2% à 3 points, 32 minutes/match
La saison dernière : 12.4 points, 3.9 passes, 3.6 rebonds à 46.2%, 38.1% à 3 points, 28.3 minutes/match

L'arrière des Celtics fait un peu figure d'anomalie dans cette liste. Il dispute sa 7e saison en NBA à 29 ans et se retrouve au milieu d'une meute de jeunes loups qui veulent décrocher le MIP. S'il venait à l'emporter, il deviendrait immédiatement le deuxième joueur plus âgé à soulever le trophée, derrière Darrell Armstrong en 1999 (30 ans). Statistiquement, l'ancien Spur ne fera pas décoller les votants au plafond. En revanche, c'est probablement la saison où le grand public a appris à découvrir ce monstre de polyvalence, défenseur d'élite, playmaker compétent et scoreur décisif lorsque la situation l'exige. Il y a peu de chances qu'il l'emporte, mais il a franchi un cap majeur en termes d'importance pour l'équipe et aux yeux des gens dans la ligue.

 

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest