Oui, les Pelicans peuvent faire les playoffs

Après une entame catastrophique, les New Orleans Pelicans sont redevenus une équipe compétitive et décrocher l'un des derniers spots pour les playoffs en avril va redevenir un objectif crédible.

Shaï MamouPar Shaï Mamou  | Publié  | BasketSession.com / MAGAZINES / Focus
Oui, les Pelicans peuvent faire les playoffs
Le démarrage catastrophique des New Orleans Pelicans laissait présager au mieux une saison dans le ventre mou, au pire un licenciement brutal d'Alvin Gentry. Mais depuis quelques matches, la franchise de Louisiane va mieux, beaucoup mieux même. On sait qu'en NBA tout n'est qu'une question de séries et que NOLA peut parfaitement se remettre à perdre et à enchaîner 8 ou 9 défaites pour replonger dans les abysses de la Conférence Ouest. Quelque chose nous dit toutefois que la saison des Pels est bel et bien lancée et qu'ils n'ont pas fini de surprendre.

Jrue Holiday, le trèfle à quatre feuilles

C'est assez rare que le retour d'un joueur, même s'il s'agit d'un ancien All-Star (beaucoup l'ont oublié mais il marchait sur l'eau avec les Sixers en 2013 avant le début du "Process"), ait un tel effet sur le plan comptable pour une franchise. Au chevet de sa femme Lauren, ancienne joueuse de l'équipe américaine de soccer victime d'une tumeur au cerveau alors qu'elle était enceinte de leur premier enfant, Jrue Holiday n'avait évidemment pas trop le temps de se préoccuper des difficultés de son équipe. Une fois celle-ci mise hors de danger et leur petite fille née sans aucun souci, le meneur a immédiatement réintégré la rotation des Pelicans. C'est pour le moment en sortie de banc que l'ancien de UCLA opère, derrière la bonne surprise Tim Frazier, et le moins que l'on puisse dire c'est que son comeback a inspiré ses coéquipiers. [caption id="attachment_350289" align="alignright" width="318"] Jrue Holiday et sa femme Lauren, championne du monde de soccer avec Team USA.[/caption] Les quatre matches de Holiday se sont tous soldés par un succès pour NOLA, contre Portland, Charlotte, Atlanta et Minnesota, et le revenant passe désormais pour un porte-bonheur au sein du groupe. Ses prestations ont d'ailleurs été très honnêtes pour ne pas dire bonnes (voir ci-dessous) avec 16.3 points et 7 passes de moyenne en 25 minutes par match. On peut supposer qu'il montera encore en puissance au fil des semaines et que les Pelicans, s'ils évitent les blessures, pourront s'appuyer sur ses qualités pour frapper à la porte du top 8. Les 4 matches de Jrue Holiday cette saison
Date Opp. Score Min FGM FGA FG% 3PM 3PA 3PT% FTM FTA FT% Off Def Reb Ast TO Stl Blk PF Pts
Nov 23 MIN W 117-96 22:14 2 8 25.0 0 2 0.0 3 4 75.0 0 1 1 8 2 1 1 4 7
Nov 22 @ATL W 112-94 27:18 7 15 46.7 0 3 0.0 1 1 100.0 0 4 4 4 3 2 1 1 15
Nov 19 CHA W 121-116 29:35 9 17 52.9 3 7 42.9 1 2 50.0 0 2 2 9 3 1 0 4 22
Nov 18 POR W 113-101 23:12 8 14 57.1 1 2 50.0 4 7 57.1 0 2 2 7 1 1 1 2 21

Anthony Davis, bien trop fort

La seule inquiétude autour d'Anthony Davis concerne sa santé. Au moindre bobo, le staff médical des Pelicans se met en branle et craint le pire, tant le franchise player de NOLA a connu des soucis fâcheux par le passé. Au-delà de ça, "Unibrow" réussit un début de saison formidable sur le plan statistique et semble avoir trouvé un nouvel élan avec le retour de Jrue Holiday.  En dehors du match facilement gagné contre Atlanta, Davis a sorti l'artillerie lourde depuis 4 matches (voir ci-dessous) avec notamment un pic à 45 points et 10 rebonds face aux Wolves cette semaine, ce qui fait de lui le deuxième meilleur scoreur en NBA derrière Russell Westbrook avec 31.3 points par match. [caption id="attachment_343515" align="alignleft" width="318"] Anthony Davis est lancé sur des bases statistiques effrayantes.[/caption] Davis prend ses responsabilités des deux côtés du terrain et ne semble plus avoir tout le poids de la planète sur les épaules. Le All-Star est prêt à redevenir un joueur dominant statistiquement et psychologiquement pour permettre à ses Pelicans de se mêler à la lutte pour les playoffs. Peu de joueurs intérieurs sont aussi difficiles à défendre dans la ligue et ce facteur fait de New Orleans un adversaire redoutable. Les 4 derniers matches d'Anthony Davis
Date Opp. Score Min FGM FGA FG% 3PM 3PA 3PT% FTM FTA FT% Off Def Reb Ast TO Stl Blk PF Pts
Nov 23 MIN W 117-96 38:31 17 27 63.0 2 4 50.0 9 10 90.0 1 9 10 3 4 2 1 1 45
Nov 22 @ATL W 112-94 18:31 6 12 50.0 0 1 0.0 1 1 100.0 2 1 3 1 2 1 3 1 13
Nov 19 CHA W 121-116 42:19 15 27 55.6 2 5 40.0 6 8 75.0 2 14 16 2 2 0 3 3 38
Nov 18 POR W 113-101 36:41 14 22 63.6 2 5 40.0 8 10 80.0 0 9 9 6 2 2 4 2 38

La Conférence Ouest est bien plus ouverte

Pour le moment, il est difficile d'établir une hiérarchie claire à l'Ouest au-delà du top 5, voir du top 6 si OKC sort un peu de sa torpeur. Rarement la Conférence aura paru aussi ouverte pour les derniers spots en playoffs et l'inconstances des prétendants (Utah, les Lakers, Portland et, dans une moindre mesure, Denver et Sacramento) permet aux Pelicans de ne pas être décrochés malgré une entame de saison cauchemardesque. Sur leur dynamique actuelle, il n'y a aucune raison pour que NOLA ne puisse pas à terme être plus compétitif que quatre des franchises citées plus haut, alors que certaines d'entre elles (LA, Denver et Sacto) n'avaient pas pour objectif de début de saison de se qualifier pour les playoffs... Avec 6 victoires et 10 défaites, le groupe d'Alvin Gentry n'est qu'à deux victoires des prometteurs mais inconstants Lakers, détenteurs du dernier ticket virtuel pour la post-saison.
WESTERN CONFERENCE
Western W L PCT GB CONF DIV HOME ROAD L 10 STREAK
LA Clippers1 14 2 0.875 0.0 10-2 2-0 7-2 7-0 9-1 W 4
Golden State2 13 2 0.867 0.5 9-2 3-1 5-1 8-1 9-1 W 9
San Antonio3 12 3 0.800 1.5 8-3 3-1 4-3 8-0 8-2 W 7
Memphis4 10 5 0.667 3.5 7-3 2-0 5-2 5-3 7-3 W 6
Houston5 9 6 0.600 4.5 5-3 3-1 4-2 5-4 6-4 L 1
Oklahoma City6 8 8 0.500 6.0 5-4 1-0 6-4 2-4 3-7 L 3
Utah7 8 8 0.500 6.0 4-6 1-2 3-3 5-5 5-5 W 1
L.A. Lakers8 8 8 0.500 6.0 6-6 3-1 5-3 3-5 5-5 L 1
Portland 8 9 0.471 6.5 7-6 3-0 4-3 4-6 4-6 L 2
Denver 6 9 0.400 7.5 4-5 2-3 3-4 3-5 4-6 L 1
Sacramento 6 9 0.400 7.5 4-5 1-2 4-4 2-5 4-6 W 2
New Orleans 6 10 0.375 8.0 2-8 0-2 4-5 2-5 6-4 W 4
Phoenix 5 11 0.313 9.0 2-8 0-5 2-3 3-8 3-7 W 1
Minnesota 4 10 0.286 9.0 2-7 0-2 3-4 1-6 3-7 L 3
Dallas 2 12 0.143 11.0 1-8 0-4 1-4 1-8 2-8 L 7

La puissance du vaudou

En mars 2016, un prêtre vaudou de Louisiane répondant au doux de nom de Belfazaar Ashantison avait expliqué qu'une énergie négative entourait les Pelicans et qu'ils auraient besoin de la magie d'un expert. Alvin Gentry en avait souri, mais l'hécatombe de blessures subie par la franchise depuis le début de la saison l'a amené à revoir sa position. Il y a quelques jours, l'ancien assistant de Steve Kerr à Golden State a ainsi dit qu'il était prêt à "accueillir l'aide de n'importe quel volontaire" pour l'aider à résoudre ses problèmes. Depuis, pas un mot à ce sujet, mais quatre victoires consécutives et un effectif à peu près en forme. Reste à savoir s'il a pris le forfait "fin de la guigne" jusqu'à la fin de la saison ou simplement jusqu'aux fêtes de fin d'année... PS : Depuis la rédaction de cet article, Dante Cunningham a appris qu'il manquerait 4 à 6 semaines après une blessure au tibia...
Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest