Rudy Gobert scotché sur le banc, Naz Reid cartonne… les Wolves vont-ils faire face à un dilemme ?

Chris Finch a pris la décision de laisser Rudy Gobert sur le banc dans le quatrième quart-temps afin de lancer sa doublure Naz Reid.

Antoine PimmelPar Antoine Pimmel | Publié  | BasketSession.com / NEWS
Rudy Gobert scotché sur le banc, Naz Reid cartonne… les Wolves vont-ils faire face à un dilemme ?

Les meilleurs joueurs sont censés être sur le terrain dans le quatrième quart-temps d’un match serré. C’est le moment où ils doivent faire la différence. Et pourtant, Rudy Gobert squattait le banc de touche dans les dernières minutes d’une rencontre disputée entre les Minnesota Timberwolves et le Miami Heat. Ses coéquipiers ont réduit l’écart sans lui avant de finalement s’incliner de 3 petites longueurs (110-113).

C’est Naz Reid qui a pris la place du pivot français. Il avait été excellent lors de l’absence de Gobert et il s’est encore illustré la nuit dernière : 21 points et 11 rebonds en 29 minutes tandis que l’intérieur All-Star compilait lui 10 points et 8 rebonds en 31 minutes. Une différence statistique frappante. Surtout que le +/- est aussi largement à l’avantage de Reid : +13 contre -14 pour le cadre de l’équipe de France.

Chris Finch a fait ce choix sur ce match contre Miami mais ça ne veut pas dire qu’il va changer ses plans pour autant. Rudy Gobert est évidemment le titulaire attitré. Une star pour lequel les Timberwolves ont cédé cinq joueurs et quatre choix de draft pendant l’intersaison. Sauf que si l’équipe ne décolle pas… les coaches (et les dirigeants ?) vont finir par se poser des questions.

Naz Reid tourne à 22 points et 9 rebonds sur 36 minutes. Son concurrent est à 16 et 14. Mais ça marche mieux, du moins sur de petits échantillons, avec le premier des deux. Son profil plus offensif fonctionne au-côté d’Anthony Edwards et des autres membres du cinq majeur. Il est aussi beaucoup plus jeune : 23 ans, contre 30 pour le natif de Saint-Quentin.

Sauf que Reid arrive en fin de contrat. Et vu ses performances, il y aura forcément des équipes intéressées, prêtes à mettre un billet sur lui. Les Wolves oseront-ils dépenser encore des millions de dollars sur un pivot alors que Karl-Anthony Towns et Rudy Gobert sont les mieux payés de l’effectif avec respectivement 36 et 41 millions la saison l’an prochain ? C’est à se demander s’il n’y a pas un ou deux hommes de trop à Minneapolis. Reste aux dirigeants de déterminer lequel. Ou lesquels.

Donovan Mitchell balance ses vérités sur Rudy Gobert

Afficher les commentaires (0)
Atlantic
Central
Southeast
Pacific
Southwest
Northwest